CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Consommer responsable

L’Agriculture Bio en danger !

mercredi 30 mai 2007
Posté par Robert

Imprimer Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

Tribune libre sur le règlement de l’agriculture bio en Europe
Guillaume Moricourt propose sa tribune libre pour défendre le bio,
le label AB de l’agriculture biologique et l’environnement, face à
l’Union Européenne. Il est l’auteur d’« Agriculture et Santé » aux
Editions Dangles.



Fin décembre 2006, la commission avait essayé de forcer le passage pour son projet européen sur le bio. Un projet si soumis à controverses, que le débat s’était imposé, et que la commission avait du accepter la saisie du parlement européen pour avis.

L’agriculture bio se veut sans OGM, et elle dérange. Dans le dos de ses producteurs, la commission a souhaité considérer qu’un produit contaminé jusqu’à 0.9% par les OGM soit accepté comme produit bio, alors que la limite technique de détection est de 0.1%.

La commission a encore souhaité l’autorisation des pesticides chimiques dans l’agriculture biologique, au cas où des produits naturels de remplacement ne se trouveraient pas dans le commerce ! Seule une préférence est donnée aux produits naturels contre les produits chimiques. Ce qui n’a trompé personne, et ne vise qu’à diluer le bio dans une dose de pesticide, en attendant qu’il ne plonge directement dans la citerne.

Et la commission a voulu étendre un logo européen à tous, en empêchant d’apporter un signe distinctif tel que « Sans OGM », ou « Sans pesticide chimique », ce qui a le mérite de la cohérence, pour forcer un démantèlement progressif.

La commission à l’agriculture du PE, conduite par Marie-Hélène Aubert, députée française des Verts, a proposé un contre-projet discuté en session plénière fin mars 2007, amendant très fortement le projet initial de la commission.

Le PE a justement refusé ces mesures inouïes. Le PE a préconisé une tolérance limitée à hauteur de 0.1% pour les OGM, en phase avec les 85% de consommateurs de l’UE qui refusent les OGM. Il a encore refusé l’usage des pesticides dans le bio. La ficelle est trop grosse !

Cette interdiction des facilités chimiques, tant préjudiciables à notre santé et à la nature, est réclamée par les producteurs bio eux-mêmes, pour imposer à l’agriculteur bio de saines pratiques. Ce n’est qu’à cette condition que l’agriculture bio est la meilleure agriculture qui soit, polluant très peu les terres, l’eau, l’air, les produits, et qu’elle devient capable de garantir la transmission d’un sol non dégradé à ses successeurs, comme l’ont fait nos grands-parents. Au passage, elle sauvegarde très certainement notre santé. Sans parler des saveurs délicates qu’elle sait nous restituer.

Remarquons que la capacité du bio à nourrir la planète, vient d’être reconnue par Nadia el Hadge, fonctionnaire à la FAO, et que ce même organisme international préconise le recours au bio pour sauver l’écosystème, et l’économie des paysans du Sud.

Fin mars 2007, face au danger, le PE a revendiqué un pouvoir de codécision sur le projet, pour ne pas laisser les mains libres à la commission qui s’était encore arrogé le pouvoir inconcevable de rédiger, selon son bon vouloir, les modalités pratiques du futur nouveau règlement. 94% du PE, gauche et droite confondus, a refusé de voter en totalité le projet de Marie-Hélène Aubert, artifice institutionnel qui a bloqué le processus de décision, dans un sain sursaut démocratique.

Ce qui n’a pas plu. Le 24 avril, le Conseil a pris les choses en main, et a demandé un vote au PE en urgence, tout en refusant d’accorder la codécision demandée. En réaction, le PE a renouvelé sa fronde, arguant qu’il voulait prendre le temps de convaincre le Conseil et la commission.

Mais cette fronde des députés a fait long feu. Le 22 mai 2007, le PE est finalement rentré dans le rang, en votant à 91% la totalité du rapport de Marie-Hélène Aubert. Victoire à la Pyrrhus. Certes, le parlement s’oppose au projet de la commission, mais il permet au Conseil de se déterminer dans une orientation que tout nous laisse percevoir comme préjudiciable pour l’avenir.

En effet, selon des bruits de couloirs, les propositions de la commission sur les pesticides ou les OGM seraient adoptées, et le logo unique ne serait pas imposé. Maigre consolation, le logo AB continuerait de préserver les consommateurs contre les dérives, car il lui serait encore permis d’exiger un cahier des charges supérieur à celui de l’UE. Mais affaire à suivre...

Guillaume Moricourt

Générations Futures



Article lu 92457 fois

lire aussi :
  • L’offre de produits bio se développe en France pour répondre à la demande
  • José Bové change la Pac au salon de l’Agriculture
  • Pesticides dans les produits alimentaires : les Français expriment massivement leur inquiétude
  • Réduire de 50% l’usage des pesticides, dès aujourd’hui, c’est possible
  • Manger « écolo », « régional » et « anti-gaspi » en se faisant plaisir
  • Sorène, une chèvrerie bio en Cévennes
  • Tout beau, tout bio ? L’envers du décor
  • Sécheresse : et si la bio avait des réponses ?
  • Le Bio : qu’y a-t-il vraiment dans votre assiette ? Idées reçues sur l’agriculture biologique
  • L’Agriculture certifiée Biologique
  • WWOOFing : pour des vacances solidaires, économiques et écologiques
  • Les entretiens bio 2011 d’Annonay : du bio dans les étoiles
  • Bio, fausses promesses et vrai marketing : une information au service du lobby agrochimique ?
  • SAUVONS LA BIO : ni pesticides, ni OGM dans la bio !
  • Agriculture Biologique et lutte contre le réchauffement climatique
  • Le label Bio équitable
  • Salon Bio Marjolaine 2012 : l’événement qui vous rapproche de la nature
  • Jardiner durablement et cultiver un potager bio
  • Naturéo, le plus grand super bio de France
  • L’agriculture biologique, voie d’avenir pour 77% des français
  • Quelles évolutions des marchés et des stratégies au plan international pour le développement de l’agriculture biologique et de ses filières ?
  • Larousse du jardin bio
  • Biodiversité et agriculture : Protéger la biodiversité et assurer la sécurité alimentaire
  • Salon Marjolaine : le salon de la vie en bio
  • Culture, élevage, cosmétiques : si beau, si bio ?
  • Le marché de l’alimentaire bio en forte hausse
  • Agriculture biologique : une rentrée riche en actualité
  • Polémique autour des bienfaits de l’Alimentation Bio : la réponse des écologistes
  • Collection FemininBio : 22 livres pour un mode de vie sain, bio et durable
  • Bio : le nouveau logo européen pour les produits biologiques
  • Pain Bio : dans le Gard, agriculteurs bio et boulangers travaillent ensemble
  • Bio Cohérence : la marque des produits 100% bio
  • Les multinationales à l’assaut du bio et du commerce équitable
  • Les magasins bio face à la crise
  • Manger bio, c’est bien si…
  • Le bio trop cher ? Fruits et légumes bio 70% plus chers : oui, mais...
  • La BIO poursuit son développement et accroît son rayonnement auprès des Français
  • Légumes bio mode d’emploi
  • P’tit chef bio
  • Recettes bio pour mes enfants
  • L’Atelier bio : ingrédients, recettes et savoir-faire
  • Fêtes bio, recevoir au fil des saison
  • Le Guide des meilleurs aliments bio
  • Oui au bio dans ma cantine, saison 2 : pour une alimentation locale, de saison et en circuit court
  • Alter Eco lance la première gamme de produits biologiques et équitables "Nord-Nord"


  •  

    Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
    Nombre de visiteurs 9842066

    49 visiteurs en ce moment

    | Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

    Agence MC Cdurable CDURABLE.com

    RSSfr

    Creative Commons License : Firefox


    __________________________________________
    Google
    Loading
      Maison
    La maison durable
      Cdurable.com
    Agir pour un monde durable