CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Humain - Contribution Sociale
Samedi 15 octobre : journée mondiale des Indignés

La planète des Indignés manifeste dans plus de 80 pays

samedi 15 octobre 2011
Posté par David Naulin

Imprimer Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

De Madrid à Athènes, en passant par New York, Bruxelles et Paris : toutes les capitales occidentales ont vu naître ces derniers mois des mouvements de protestation de populations qui expriment leur crainte d’un "no future". Née le 15 mai à la Puerta del Sol de Madrid, la mobilisation a rapidement trouvé écho en Grèce en juin, sur la Place Syntagma avec le Mouvement des 700 (baptisé ainsi en référence au salaire mensuel minimum). Il s’est ensuite répandu, tout au long de l’été et de façon sporadique, dans plusieurs capitales du monde. Dernière en date : Occupy Wall Street, le campement installé le 17 septembre dans le Zuccotti Park, rebaptisé "Liberty Plaza", près de la Bourse à New York.



Cinq mois après la naissance du mouvement, les indignés ont manifesté, ce samedi, dans le monde entier. Avec pour mot d’ordre "United for Globalchange" (Ensemble pour un changement global), ils espèrent donner une portée internationale à cette forme de contestation inédite. "Pour nous, le moment est venu de nous unir, pour eux, le moment est venu de nous écouter. Peuples du monde entier, levez-vous !" proclame ainsi le site United for Global Change. "Nous ne sommes pas des marchandises entre les mains des politiciens et des banquiers qui ne nous représentent pas. Nous allons manifester pacifiquement, débattre et nous organiser jusqu’à obtenir le changement mondial que nous voulons". Selon le site 15october.net, qui recense tous les rassemblements prévus, 951 villes de 82 pays sont concernées. Ci-dessous, découvrez le clip vidéo réalisé par le site 15october.net à l’occasion de cette journée de mobilisation :

Un samedi de manifestations

A Melbourne, en Australie, où était donné le coup d’envoi de cette journée de mobilisation mondiale, un millier de personnes se sont réunies sur une place du centre-ville. "Les gens veulent une démocratie véritable, ils ne veulent pas que les grandes entreprises influencent leurs représentants politiques. Ils veulent que ces derniers soient comptables de leurs actes. Ils veulent être bien représentés", a dit Nick Carson, porte-parole de OccupyMelbourne.org :

Au pays de Stéphane Hessel, auteur d’Indignez-vous (3,5 millions d’exemplaires), qui a donné son nom au mouvement à travers le monde, la mobilisation est restée jusqu’ici limitée et les cortèges restaient peu fournis samedi. Les indignés étaient environ 500 à Grenoble, selon les organisateurs, mais ils n’étaient qu’une centaine à Marseille où ils se sont regroupés sur la place du général De Gaulle, à proximité de la chambre de commerce. A Nantes, une centaine de personnes se sont rassemblées sur la place Royale, une zone piétonne du centre-ville sur laquelle quatre banques ont installé des succursales. "Je suis ici pour pointer les incohérences du système", explique Géraldine, une salariée du secteur socio-culturel, qui a revêtu la robe blanche et le bonnet phrygien rouge de Marianne, figure de la République française. "On nous demande d’aller voter pour des choses qui sont déjà décidées. Or, la République, c’est nous, pas le type qui a fait l’ENA !", ajoute-t-elle. Les indignés peinent toutefois à attirer les foules en France. Des chercheurs expliquent ce phénomène par le fait que le chômage des jeunes est moins massif qu’en Espagne, par exemple, et que le mouvement syndical canalise déjà les revendications pour en savoir plus lire l’article de LIBÉRATION en cliquant ici. (Les indignés français ont créé une communauté sur Facebook, pour y accéder cliquez ici).

La mobilisation des Indignés devait être mondiale et pacifique mais à Rome les manifestations ont dérapé. De violents affrontements ont eu lieu dans la capitale italienne où des manifestants ont incendié un bâtiment du ministère de la Défense ainsi que plusieurs voitures, brisé des vitrines de banques et ont affronté les forces anti-émeutes. Parmi les dizaines de milliers d’Indignés, une centaine d’individus cagoulés ont multiplié les échauffourées avec la police. Au cours de ces violences, 70 personnes ont été blessées, dont trois sont dans un état grave.

A Lisbonne, quelque 50.000 personnes de tous âges, ont défilé aux cris de "FMI dehors", rangées derrière une banderole proclamant "Stop troïka", en référence aux créanciers du Portugal (Union européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international).

Le cauchemar grec va-t-il s’étendre ?

"Ce qui se passe aujourd’hui en Grèce, c’est le cauchemar qui attend d’autres pays à l’avenir. La solidarité est l’arme des peuples", écrit le groupe Démocratie réelle, qui appelle à manifester samedi dans le centre d’Athènes, sur la place Syntagma. Le mouvement est parti au printemps d’Espagne, le pays de l’Union européenne au taux de chômage le plus élevé (plus de 20 % de la population active, jusqu’à 45 % chez les jeunes de 18-25 ans). L’occupation de la place Puerta del Sol, à Madrid, a fait des émules à travers l’Europe, à commencer par la Grèce, où le déblocage de l’aide financière de l’UE et du FMI est assorti de conditions d’austérité draconiennes. Des mouvements semblables se sont développés au Chili ou en Israël.

Les indignés aux États-Unis : "Occupy Wall Street"

Aux Etats-Unis, le mot d’ordre "Occupy Wall Street" a été lancé cet été sur internet par les activistes du collectif Adbusters (« Casseurs de pub »), un groupe créé à Vancouver qui combat le capitalisme et détourne les codes de la société de consommation. "Nous étions inspirés par ce qui s’était produit en Tunisie et en Egypte. Nous avions le sentiment que l’Amérique était mûre pour vivre son propre Tahrir", explique Kalle Lasn, cofondateur du groupe, en référence à la place du Caire devenue l’hiver dernier l’épicentre de la contestation contre le régime d’Hosni Moubarak. "Nous avions le sentiment qu’une indignation véritable montait en Amérique et nous avons voulu produire l’étincelle qui permettrait à cette indignation de s’exprimer", continue-t-il. « Occupy Wall Street » appelait à se rassembler autant de temps que nécessaire à partir du 17 septembre. Le mouvement entrera lundi dans son deuxième mois et les protestataires campent toujours dans un village de tentes dressé dans le parc de Zucotti, près du cœur financier de Manhattan.

Plusieurs stars apportent leur soutien aux manifestants en se rendant à Zucotti : "Lors des premiers jours, on disait que ce n’était qu’une bande de hippies. Mais l’Américain moyen qui a perdu sa protection médicale, qui est sur le point de perdre son boulot peut être tenté de rejoindre le mouvement", a estimé Michael Moore, accompagné de l’acteur Tim Robbins. La comédienne Susan Sarandon s’est également rendue auprès des manifestants : "Je ne connais pas grand-chose à Wall Street mais si je privais autant de personnes leur job, je ne pense pas que je recevrais un bonus ou garderais mon travail". Sont également venus apporter leur soutien : la comique Roseanne Barr, Mark Ruffalo ("Combattre pour la liberté, la justice et l’égalité, il n’y a pas plus américain. Comment peut-on être contre ?", a twitté l’acteur de Shutter Island), Alec Baldwin, Penn Badgley ("Même si la célébrité n’a aucun fondement rationel, il faut utiliser toutes les armes à sa disposition" a-t-il déclaré), Russell Simmons, le rappeur Kanye West, la veuve de John Lennon, Yoko Ono, a affirmé sur twitter : "J’aime le mouvement « Occupez Wall Street ». Comme le disait John : un seul héros ne peut rien. Chacun de nous doit être un héros. Vous l’êtes. merci à tous" ...

À Londres : "Occupy the Stock Exchange"

Spyro, un Britannique de 28 ans très actif dans la préparation du rassemblement prévu samedi à Londres sous la bannière « Occupy the Stock Exchange », résume les raisons de ce mouvement global de colère contre « le système financier ». Les banques, rappelle-t-il, ont été renflouées sur fonds publics, mais les pratiques des bonus et des stock-options sont restées inchangées tandis que les Etats, sous l’œil des marchés et des agences de notation, engageaient des politiques d’austérité et que le chômage, en particulier chez les jeunes, augmentait. "Partout dans le monde, nous disons que cela suffit", poursuit-il.

Contre l’austérité

D’Athènes à New York, les revendications restent assez générales, elles visent les 1 % de la population accusées de concentrer l’essentiel des richesses, elles accusent les gouvernements élus d’être sourds à cette colère. Et les manifestants de proclamer : "nous sommes les 99%" ("We are the 99%"). Ce qui est incontestable, c’est que ces 99% n’ont pas 99% de l’argent. Ainsi, selon une analyse de l’administration fiscale américaine, réalisée par les économistes Thomas Piketty et Emmanuel Saez (fichier Excel), les 99% d’américains ont représenté en 2008 79% des revenus totaux et le pourcent restant a engrangé le reste. Du jamais vu. Dans les années 1970, les 99% gagnaient par exemple quelque 90% des revenus. En 2007, la part du revenu global engrangée par le pour cent le plus riche fut la plus élevée jamais enregistrée depuis 1928. Pour en savoir plus, je vous invite à lire "Les indignés de Wall Street possèdent-ils si peu ?" sur Slate.fr en cliquant ici.

Mais au fait qui sont ces indignés ?

"Question délicate, car il n’y a pas d’étude sur ce sujet", répond Albert Ogien, directeur du centre d’études des mouvements sociaux de l’EHESS dans un entretien dans le quotidien Metro. "Mais le phénomène important est qu’il s’agit surtout d’un mouvement de jeunes, qui sont diplômés mais qui n’arrivent pas à trouver leur place dans la société et ne trouvent pas d’emploi. C’est une jeunesse qui se retrouve bloquée devant les portes d’un monde qui lui sont fermées. Et c’est un mouvement sans leader, sans mot d’ordre global, sans programme, et non violent. L’idée de départ c’est de dire : on sort tous ensemble dans la rue et on dit non, sans armes, à la manière dont fonctionne la société. C’est une nouvelle forme d’intervention des citoyens dans la politique".

L’auteur de "Pourquoi désobéir en démocratie ?
"
poursuit : "Le mouvement des Indignés est révélateur d’un malaise profond, sur la représentativité, sur le fonctionnement démocratique. Beaucoup de gens ressentent que les politiques, professionnalisés, se sont mis complètement à l’écart de ce qui les préoccupe. Qu’ils fonctionnent en vase clos, qu’ils ne les représentent pas, qu’ils ne sont pas à l’écoute du peuple. Les Indignés disent aux politiques : "sans nous vous n’existez pas car vous êtes nos représentants. Et on ne veut plus de vous." C’est ce mot d’ordre consensuel qui les réunit au-delà des frontières".

L’efficacité de cette mobilisation reste à démontrer. "Il y a plus de sympathisants que de personnes qui manifestent réellement", souligne Mary Bossis, professeur à l’université grecque du Pirée.

"Les indignés pourraient jouer un rôle durant les élections de 2012"

Cependant, la mobilisation est telle que les indignés pourraient jouer un rôle lors des présidentielles de 2012 en France et outre-Atlantique, affirme la sociologue Monique Dagnaud qui vient de publier "Génération Y : Les jeunes et les réseaux sociaux, de la dérision à la subversion
"
(aux Presses de Sciences Po). Interrogée par France 24, elle pense que "ces jeunes n’ont visiblement pas envie de se mêler à la politique à l’ancienne, ce qui fait que ces mouvements sont en totale rupture avec les mouvements de protestation traditionnels de la jeunesse, comme celui de Mai 68 par exemple. C’est d’ailleurs pour cela qu’il n’y a pas de leader qui émerge… Toutefois, ces collectifs pourraient toutefois jouer un rôle de lobby protestataire durant les campagnes politiques. Leur visibilité pourrait avoir avoir un effet dans le débat politique et donner plus de poids à la question de la jeunesse durant la campagne électorale. En fait, leur rôle est surtout de faire passer un message, à savoir montrer l’exemple d’une mini-société vertueuse en opposition avec la société corrompue qu’ils dénoncent. Je pense notamment aux indignés de la Puerta del Sol à Madrid qui ont quitté les lieux après avoir balayé la place."

Un soutien inattendu

Le successeur de Jean-Claude Trichet à la tête de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi a jeté le trouble hier en déclarant "comprendre les jeunes Indignés qui manifestent dans le monde entier". "Nous, les adultes, nous sommes en colère à cause de cette crise. Alors pensez aux jeunes de 20 ou 30 ans…" a-t-il déclaré.

Pour en savoir plus

- Consultez le dossier de Libération en cliquant ici.


Sources : AFP - Reuters - France 24 - Metro - Slate - BFM TV - Libération - Le Figaro


Article lu 2309 fois

lire aussi :
  • Stéphane Hessel : "Créer, c’est résister. Résister, c’est créer"
  • Engagez-vous ! Le nouveau manifeste de Stéphane Hessel
  • Indignés, Stéphane Hessel et Edgar Morin prônent l’espérance
  • La Voie d’Edgar Morin pour l’avenir de l’humanité
  • A nous de jouer ! Le dernier livre de Stéphane Hessel


  • forum

    • Les Amis de la Terre International déclarent leur soutien aux 99 %
      21 novembre 2011, par Caroline Prak - Les Amis de la Terre

      Les événements historiques qui se déroulent actuellement à travers le monde portent une dynamique de transformation qui enthousiasme les Amis de la Terre partout dans le monde. Des soulèvements populaires en Afrique du Nord et dans la péninsule arabe aux indignados d’Europe, des campements du mouvement #occupy aux mouvements étudiants en Amérique latine et au Royaume-Uni, des personnes du monde entier demandent une justice économique et socio-politique.

      Les campagnes que nous avons menées tout au long de notre histoire contre les sociétés multinationales et les politiques économiques destructrices de l’environnement ont clairement montré que nous devons obtenir la justice économique si nous voulons sauver la planète. Les inégalités criantes vécues par les 99 % aujourd’hui sont la conséquence d’un système capitaliste mondialisé qui finance les industries polluantes et investit dans l’expansion militaire au lieu de garantir des économies saines et équitables et des services sociaux fiables. Ce système a engendré une destruction environnementale qui sera léguée à nos enfants ainsi qu´aux nombreuses générations suivantes.

      C´est principalement au niveau local que les Amis de la Terre International luttent pour la justice environnementale. Que nous défendions les droits et les moyens de subsistance des personnes en Ogoniland, en Palestine, en Irlande ou au Honduras, nous sommes unis dans le combat contre l’injustice économique et la cupidité des entreprises. Pour la survie de nos communautés et de notre environnement, nous appelons à une transformation en profondeur du système économique et politique mondialisé qui existe actuellement.

      Des inégalités croissantes

      Partout dans le monde, la crise économique galopante prive des personnes de leurs moyens de subsistance et de leur sécurité sociale. De plus, nombreux sont celles et ceux qui souffrent des impacts d’autres crises en cours : crises alimentaires, pénuries d’eau, destruction des forêts et de la biodiversité, crise énergétique et climatique. Chacune de ces crises est le fruit d’un système économique qui favorise la marchandisation, la privatisation et la surconsommation de nos ressources naturelles communes. Nous constatons aujourd’hui à quel point ces crises exacerbent les inégalités socio-économiques à l’échelle planétaire.

      Nous pensons en outre que les inégalités économiques croissantes au cœur de nos sociétés s’accompagnent d’inégalités croissantes au sein du pouvoir politique. Nous vivons pour la plupart dans des systèmes politiques passifs et brisés. L’influence des grandes entreprises est telle que la majorité des institutions de gouvernance à l’échelle nationale et mondiale ont été prises en otage par les lobbyistes d’entreprise. Les institutions démocratiques mondiales devraient par définition servir les intérêts des personnes, et ce faisant protéger notre environnement. Mais si nos institutions démocratiques ne représentent pas l’intérêt commun, si nos institutions de gouvernance à l’échelle nationale et mondiale sont contrôlées par des intérêts privés, alors nous devons descendre dans la rue et exiger que ce système change. Aujourd’hui, la transformation de notre monde commence par la mobilisation et l’appel à un réel changement systémique.

      Un système alternatif

      Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que le même modèle de marché mondial à l´origine du changement climatique, de la destruction de l’environnement et de la pauvreté, soit celui qui résolve les problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui. Ensemble, nous devons renforcer notre résistance à ce système. Nous devons travailler en vue de créer de nouveaux modèles économiques qui encouragent la prospérité collective, l’équité sociale et une réelle durabilité environnementale. Nous sommes fermement convaincus qu’il faut créer un système alternatif qui s’appuie sur la justice environnementale et la justice économique. Nous devons créer des économies qui génèrent non pas des profits mais la vie.

      Nous vivons une situation d’urgence. Les Amis de la Terre International, ensemble avec d’autres organisations alliées du mouvement social, reconnaissent dans les combats des 99%, leurs propres combats. Nous offrons notre solidarité et notre soutien à ce mouvement que nous rejoignons de tout cœur.

      Mobilisation, résistance et transformation !

    • La planète des Indignés manifeste dans plus de 80 pays
      7 novembre 2011, par Malclavellus

      Trop facile de dire seulement "non", de se proclamer plus représentatifs des majorités silencieuses que les représentants élus (bien ou mal). Infiniment plus difficile de définir comment travailler ensemble à un monde plus juste, solidaire, pour que cesse la misère. Mais, entre les deux, il peut être réaliste, utile et mobilisateur de proposer et de revendiquer par exemple une taxe universelle sur les transactions financières, dont le taux ne soit pas ridicule. Bref un but commun, et pas seulement un refus.

      Par ailleurs, ceux qui ont connu les dictatures ne méprisent pas les libertés publiques formelles. Les révolutions arabes ne déboucheront pas en trois mois sur des démocraties sorties d’un chapeau ou d’un miracle. La démocratie reste partout à construire, et il y faut plus que de l’indignation, et davantage que quelques centaines de manifestants qui font surtout le bonheur de certains medias et d’une certaine intellighentzia.

    • La planète des Indignés manifeste dans plus de 80 pays
      16 octobre 2011, par le journal de personne

      Revolta

      La résignée : Oui à l’indignation et après ?
      L’indignée : On s’indigne d’abord et on voit après
      La résignée : si ça se trouve y a pas d’après
      L’indignée : s’il y a un avant, il y a un après
      La résignée : je n’ai pas cette impression
      L’indignée : tu as l’impression qu’on tourne en rond ?
      La résignée : Non, l’impression qu’il ne peut pas en être autrement !

      http://www.lejournaldepersonne.com/2011/10/revolta/

      • Indignés 15 octobre à Marseille
        16 octobre 2011, par alain

        Ce fut une joie pour moi, de voir autant de monde, « être indignés », ce jour du 15 octobre, ni responsable, ni chef, un ensemble de gens qui s’organisent dans une assemblée populaire ; setting devant la mairie pour décider en ensemble de la création de commissions, d’actions à venir… Au même moment sur la planète d’autres assemblées ont eux lieux et font la même chose. Les indignés ont marché (Madrid, Toulouse, Paris, Bruxelles …), et marcheront encore, à nous de nous mettre en marche « DANS NOS TETES « 

        Alain

     

    Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
    Nombre de visiteurs 9840375

    45 visiteurs en ce moment

    | Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

    Agence MC Cdurable CDURABLE.com

    RSSfr

    Creative Commons License : Firefox


    __________________________________________
    Google
    Loading
      Maison
    La maison durable
      Cdurable.com
    Agir pour un monde durable