CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Planète - Contribution Ecologique
Education à l’Environnement pour un Développement Durable

Hotspots : La course pour inverser la 6ème extinction massive sur Terre

Un eco-documentaire de la Fondation Star Dancing pour la télévision publique

jeudi 4 septembre 2008
Posté par Cyrille

Imprimer Enregistrer au format PDF

Première diffusion, le 2 Novembre sur la télévision publique KQED siégeant en Californie du Nord - USA

LOS ANGELES - Alors que l’humanité est aux prises avec le réchauffement de la planète, les biologistes du monde entier nous mettent maintenant en garde contre une extinction de masse sans précédent, déjà en cours, et qui menace d’exterminer jusqu’à 60 pour cent de toutes les formes de vie sur la Terre avant la fin de ce siècle.



- Voir la bande-annonce

Hotspots, un triste mais optimiste long métrage documentaire pour la télévision de deux heures. Une équipe de production conduite par Michael Tobias et Jane Gray Morrison a posé ses caméras profondément à l’intérieur de zones de conservation critiques, sur la ligne de front où les atteintes à la biodiversité progressent pour trouver un terrain d’entente entre intérêts économiques et intérêts écologiques.

« Le moment est venu d’agir. Jamais les enjeux n’ont été aussi élevés, et la biodiversité autant en danger. Les dirigeants du monde, les organisateurs communautaires, la communauté des scientifiques et chercheurs en sciences sociales, les ONG, les organisations philanthropiques et des particuliers, des étudiants, des bénévoles ... tout le monde doit faire face à cette crise de l’extinction comme le défi le plus pressant qu’une génération ait jamais connue. Nous pouvons, nous devons changer le paradigme pour sauver ce qui reste », dit Tobias et Morrison avec la Fondation Star Dancing, producteur du film.

Explorateur et conservateur, le Dr Russell Mittermeier, président de Conservation International, pense que le documentaire est un guide optimiste pour inventer des solutions nouvelles dans différentes zones à travers le monde afin d’enrayer l’extinction de la moitié des plantes et vertébrés vivants aujourd’hui sur notre Planète.

"En cette année d’élections présidentielles, une des plus importantes dans l’histoire, KQED a immédiatement reconnu que Hotspots offre une merveilleuse occasion pour permettre le débat sur ce qui est un des sujets plus discuté de l’élection : l’environnement", a déclaré M. Scott Walton, directeur général des communications pour KQED, San Francisco télévision publique.

"Notre mission est de présenter des documentaires qui aident les gens à penser par eux-même et à se faire leur propre opinion. Hotspots est un complément parfait à notre grille de programmes. Elle ne présente pas seulement une vision équilibrée d’un problème, mais laisse aussi perplexe, face à ses lieux exotiques et de très belles photographies, et offre un divertissement en même temps."

 A propos du film

Hotspots s’ouvre dans le contexte de l’île de Pâques sur ces mégalithiques réalisés par l’homme, véritables monuments antiques dont les ombres portent sur le paysage désormais quasi-stérile d’une île autrefois paradisiaque, un endroit isolé poussé au point du total effondrement des écosystèmes par le début de l’activité humaine.

L’action commence à Washington DC, à l’installation d’imagerie par satellite de la Conservation International, avant de se diriger au premier point chaud (Hotspot) : Madagascar. Situé à 400 milles au large de la côte Est de l’Afrique, de nombreuses initiatives locales de conservation s’emploient à faire de cette île un laboratoire vivant. Madagascar est une expérience isolée de l’évolution en cours pendant 160 millions d’années, ce qui a produit une population prolifique et unique au monde de plantes et d’animaux, 80 pour cent d’entre elles ne se trouvent nulle part ailleurs sur Terre.

Au cours des 12 dernières années, les habitants ont étudié les sciences et les langues nécessaire pour accueillir des visiteurs étrangers du patrimoine naturelde Madagascar, une vie sans égal, véritable banque génétique de la biodiversité, qui est aussi le foyer d’une rare primate appelé le Indri, le plus grand lémurien vivant du monde. Le film raconte aussi la Blue Black Eyed Lemur, marquant pour la première fois cette espèce en danger critique d’extinction et qui n’a jamais été filmé.

Ensuite, les points chauds du Brésil. La Mata Atlântica, un hotspot de biodiversité, où plus de 93 pour cent des forêts originelles ont été convertis en terres agricoles, alimente la croissance explosive de deux des plus grandes villes du monde, Rio de Janeiro et Sao Paulo. Ici, nous assistons à un autre primate poussé au bord de l’extinction, Coimbra du singe Titi qui lutte pour la survie dans des poches isolées de la forêt tropicale entourée de plantations. À la fragile frontière entre le biologique des terres agricoles et des fragments de forêt, l’équipe filme un incendie dans le pauvre Etat de Sergipe délibérément déclenché par les intérêts du sucre à élargir illégalement des terres agricoles en forêts vierges.

Dans l’état brésilien de Minas Gerais,, Monsieur Paulo Abdala, dont la ferme familiale utilise la puissance de la propriété privée pour protéger un habitat essentiel du singe Muriquis du Nord, un des primates les plus menacées du pays, avec moins de 1000 autres individus. La famille Abdala est un représentant du mouvement mondial qui voit de plus en plus de propriétaires fonciers privés qui créent des sanctuaires pour sauver les espèces et les chances de rebondir pour renforcer la biodiversité assiégée.

"(...) maintenant nous avons des données solides pour montrer la situation qui est beaucoup plus grave que nous ne l’imaginions", déclare au Journal le NewScientist Russell A. Mittermeier, président de longue date de la Commission Species Survival de l’IUCN, un groupe de spécialistes des primates, et le président de Conservation International. "La destruction des forêts tropicales a toujours été la cause principale, mais il semble maintenant que la chasse est aussi une grave menace dans certaines régions, même si l’habitat est encore tout à fait intact. Dans de nombreux endroits, les primates sont littéralement en cours d’extinction. "

L’équipe traverse ensuite les Andes tropicales, l’épicentre mondial de la biodiversité avec une riche série d’écosystèmes uniques qui abritent plus d’espèces que tout autre HotSpot, dont 10 pour cent de la flore mondiale. Ici, nous assistons à l’évolution en action avec le Southern Bamboo Rat, un arbre escaladé avec des rongeurs comme les primates - dont les pattes semblent être en train d’évoluer en mains. Le film Hotspots marque le début de cette créature unique dans l’évolution et nous offre une pause pour examiner notre origine commune.

Après une dangereuse expédition le lendemain sur la rivière avec un bateau épave, l’équipage d’Hotspots part en randonnée dans la Réserve nationale de Tambopata à la rencontre des ornithologues qui révèlent comment le monde animal des espèces est menacé de disparition parce que, comme aras, ils peuvent se vendre jusqu’à $ 30000-

(...)

Au Sequoia National Park dans les Montagnes High Sierra, nous jettons un coup d’oeil dans une grotte profonde - ou vit un scorpion à peine plus gros qu’un grain de riz, mais doté de massifs de griffes - sanctuaire et seule maison depuis la dernière ère glaciaire qui a pris fin il y a dix mille ans. Le scientifique Joel Despain de l’US National Park nous dit qu’assurer la survie de ces organismes est unique en son genre : "c’est ce que nous faisons dans les parcs nationaux, et j’espère que c’est ce que nous faisons partout dans le monde pour protéger tous les animaux et les plantes que nous partageons avec la Terre."

Voyage à travers BigSur, littoral accidenté, où nous voyons le majestueux trois mètres d’envergure, une réussite de conservation, le condor de Californie. Suite à un effondrement de population dans les années 1980 qui a laissé seulement 27 condors, cet oiseau rare au bord de l’extinction a été sauvé grâce à un programme de restauration d’avant-garde qui a déjà rendu plus de 150 condors à l’état sauvage, en Californie, au Mexique et dans Grand Canyon de l’Arizona. En Mai 2008, la population de condors avait atteint 332 individus.

Avec le grizzli de Santa Monica Mountain, la biorégion de prédateurs isolés, nous verrons comment utiliser les émetteurs des écologistes pour suivre dans la forêt puis en territoire urbain le dernier des lions connu. Nous apprendrons qu’un lion a utilisé un souterrain autoroutier 18 fois en un mois pour parvenir à ouvrir l’espace critique.

En Nouvelle-Zélande, une des extinctions capitales du monde, nous découvrons le Kea, un perroquet alpin avec une voix d’opéra, et les Kakapo, seul perroquet capable de voler dans le monde, qui sont tombés à une population d’à peine 92.

Nous rencontrerons également un gardien de phare et son partenaire qui sauvent des espèces menacées d’extinction, ainsi que 285.000 arbres pour restaurer une île dénudée. Un grand partenariat privé / public pour protéger une petite île de forêt encore debout dans une mer de monocultures et de pâturage.

Enfin, nous assistons à la réunion d’une communauté pour célébrer la première fois depuis un siècle que le Kiwi - un oiseau symbole national de Nouvelle-Zélande - se dandine dans la nature à Maungatautari à deux heures à peine au sud d’Auckland. Dans un moment émouvant qui symbolise le pouvoir et la promesse des efforts de conservation du monde entier, les Néo-Zélandais se souviennent des larmes et des pluies le jour ou le Kiwi a été libéré ... même le "ciel a pleuré de joie."

 Informations générales

"La moitié du monde des primates est menacé d’extinction »,
— Par Andy Coghlan et Michael Marshall, NewScientist.com service de presse à 15:45 le 05 Août 2008

Avec le taux actuel d’extinction, 50% des espèces pourraient s’éteindre d’ici à la fin de ce siècle.
— E.O. Wilson, à l’avenir de la vie (2002)

Selon le Global Biodiversity Assessment, l’extinction des espèces depuis l’année 1600 a eu lieu entre 50 et 100 fois plus que la moyenne estimée du taux naturel. Ce taux devrait passer à 1000 fois le taux naturel avec, déjà, plus de 31000 espèces menacées d’extinction. Cette vague d’extinctions et de destruction irréversible de l’écosystème est une tragédie ... Klaus Toepfer, Organisation des Nations Unies Sous-Secrétaire général et Directeur exécutif du PNUE.
www.unep.org/OurPlanet/imgversn/105/editoral.html

La vie sur Terre est en train de disparaître rapidement et continuera à le faire si des mesures urgentes ne sont pas prises. Il existe désormais 41415 espèces sur la Liste rouge de l’UICN et 16306 d’entre eux sont menacés d’extinction, contre 16118 l’année dernière. Le nombre total d’espèces éteintes a atteint 785 et 65 autres sont uniquement en captivité ou en culture.
— Liste rouge UICN des espèces menacées

Nous assistons actuellement à une sixième extinction, un événement majeur dans l’histoire de la Terre, et la plus grande depuis que les dinosaures ont disparu il y a 65 millions d’années.
— Global Biodiversity Outlook 2, Convention des Nations Unies sur la diversité biologique

Les écosystèmes à travers la planète ont été affectés par la perte de biodiversité. 60% des services fournis par les écosystèmes ont été dégradés.
— Millennium Ecosystem Assessment 2005

En moyenne, l’abondance des espèces est en baisse avec 40% de perte entre 1970 et 2000. Les espèces présentes dans les rivières, les lacs et les marais ont diminué de 50%.
— Millennium Ecosystem Assessment 2005

73000 km2 de forêt sont perdus dans le monde chaque année "un secteur 3 fois plus grand que l’État du Vermont.
— Global Environment Outlook, le PNUE

Près d’un quart de la surface terrestre est maintenant cultivée.
Plus d’un quart de tous les stocks de poissons sont surexploités.
Depuis 1980, environ 35 pour cent des mangroves ont été perdus.
Environ 20% des coraux ont disparu en 20 ans, 20% sont dégradés.
— Millennium Ecosystem Assessment 2005

La demande en ressources naturelles au niveau mondial dépasse maintenant la capacité biologique de la Terre de près de 20%.
— Global Biodiversity Outlook 2, Convention des Nations Unies sur la diversité biologique

The Living Planet Index (LPI) est un indicateur de l’état de la diversité biologique mondiale. Entre 1970 et 2003, l’indice a baissé d’environ 30%. Les principales raisons de l’extinction des espèces sont la pollution, l’agriculture et l’expansion urbaine, la surpêche et la chasse. Pendant la même période, entre 1960 et 2000, la population mondiale a doublé.
— Collen, B., McRae, L., Kothari, G., Mellor, R., Daniel, O., Greenwood, A., Amin, R., Holbrook, et S. Baillie, J. (2008) Living Planet Index. 2010 et au-delà : la hausse au défi de la diversité biologique (ed. Par J. Loh), le WWF, Gland, Suisse.

L’activité humaine est responsable de l’anéantissant de près de un pour cent de toutes les autres espèces sur la Terre chaque année.
— Collen, B., McRae, L., Kothari, G., Mellor, R., Daniel, O., Greenwood, A., Amin, R., Holbrook, et S. Baillie, J. (2008) Living Planet Index. 2010 et au-delà : la hausse au défi de la diversité biologique (ed. Par J. Loh), le WWF, Gland, Suisse.

La biodiversité est une contraction de la diversité biologique. La biodiversité reflète le nombre, la variété et la variabilité des organismes vivants. Il comprend la diversité au sein des espèces (diversité génétique), entre les espèces (diversité des espèces), et entre les écosystèmes (diversité des écosystèmes). http://www.greenfacts.org/glossary/abc/biodiversity.htm

La Convention sur la diversité biologique est le premier accord mondial sur la conservation et l’utilisation durable de la diversité biologique établie par la CNUED à Rio de Janeiro "Sommet de la Terre" en Juin 1992. Son objectif est d’élaborer des stratégies nationales pour la conservation et l’utilisation durable de la diversité biologique. Il reconnaît pour la première fois, que la conservation de la diversité biologique est « une préoccupation commune de l’humanité".
Texte de la Convention de CBD

En 2002, la Conférence des Parties à la Convention a adopté un Plan stratégique, dont la mission est de réaliser, d’ici 2010, une réduction significative du rythme actuel d’appauvrissement de la biodiversité aux niveaux mondial, régional et national, comme une contribution à la réduction de la pauvreté et au bénéfice de toute vie sur Terre.

Les Parties signataires du traité rerésentent 191 pays. Les pays non engagés sont Andorre, l’Iraq, la Somalie et les États-Unis. Les Etats-Unis ont signé, mais n’ont pas ratifié le traité.
http://www.cbd.int/doc/publications/cbd-sustain-en.pdf
http://www.cbd.int/convention/parties/list/

 Graphiques

L’extinction des espèces depuis 1800, Thomas et al., 2004 (Nature 427:145-148)

Développement de la population mondiale

Exemples d’Etat, de pression et d’indicateurs de réponse qui ont été adaptés par la Convention sur la diversité biologique pour mesurer les progrès vers l’objectif de 2010

Sur le Web : DancingStarFoundation.org


Dancing Star est une Fondation à but non lucratif d’intérêt public basée en Californie. Sa mission est axée sur la conservation de la biodiversité, l’éducation à l’environnement mondial et la protection des animaux. La Fondation est activement impliquée dans les efforts de restauration écologique, la recherche sur le terrain, le cinéma et l’édition de conférences et de colloques. La fondation travaille avec de nombreux partenaires à travers le monde pour aider à sensibiliser sur l’importance de la gouvernance pour l’environnement, de l’éthique écologique et de de la conservation biologique. La Fondation met l’accent sur l’interdisciplinarité humaine et la justice sociale qui concernent l’humanité dans ses relations avec la nature, et est également préoccupée par les peuples autochtones, les droits de l’homme et de la santé holistique, en reconnaissant que les individus en bonne santé font une planète saine. L’objectif de Danse Star Fondation est d’aider à sensibiliser les gens à travers le monde à l’importance cruciale de la biodiversité, de la protection des animaux et de la conservation et d’inculquer le respect de toutes les formes de vie, qui peut être démontré par les plus modestes gestes de bonté, la compassion et l’amour dans notre vie quotidienne.

- Contact :

Paul Ouest

(541) 359-1886

Skype PaulCWest



Voir en ligne : Le site du Film Hotspots

Article lu 4532 fois

lire aussi :
  • Lancement du rapport GEO-5 pour la Jeunesse
  • l’Avenir de l’Environnement en Afrique (AEO-3)
  • Une révolution technologique pour freiner l’exploitation forestière illégale


  •  

    Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
    Nombre de visiteurs 10178364

    52 visiteurs en ce moment

    | Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

    Agence MC Cdurable CDURABLE.com

    RSSfr

    Creative Commons License : Firefox


    __________________________________________
    Google
    Loading
      Maison
    La maison durable
      Cdurable.com
    Agir pour un monde durable