CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Développement Durable en débat
12 jours pour enrayer le changement climatique

C’est l’heure ! Le sommet sur le climat de Copenhague est ouvert

1er jour : Ouverture du Sommet

lundi 7 décembre 2009
Posté par David Naulin

Imprimer Enregistrer au format PDF

C’est fait. La conférence de l’ONU sur le climat à Copenhague a débuté ce matin. "Vous êtes, durant une courte période, dépositaires des espoirs […] de l’humanité", a déclaré le premier ministre danois Lars Loekke Rasmussen en ouverture du Sommet. Il a aussi suggéré devant 1 200 délégués du monde entier que sa capitale devienne durant deux semaines "Hopenhague" ("le port de l’espoir"), et s’est félicité que 110 chefs d’Etat et de gouvernement aient d’ores et déjà annoncé qu’ils viendront les derniers jours.



La conférence a débuté par la projection d’un court film-catastrophe montrant une fillette profondément endormie dans un lit douillet au côté de son ours blanc en peluche et qui s’éveille au milieu d’un désert au sol craquelé, avant d’être rattrapée par des vagues déchaînées. Apparaissent ensuite plusieurs personnalités, parmi lesquelles l’ancien archevêque sud-africain Desmond Tutu, pour appeler à la conclusion d’un accord ambitieux de réduction des émissions de gaz à effets de serre.

Ouverture du Sommet - Photo : Scanpix/AFP Le président du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC), Rajendra Pachauri, a ensuite dénoncé le piratage des courriels de scientifiques en Angleterre, exploité par les sceptiques du réchauffement pour "discréditer" le GIEC et mettre en cause certaines mesures par rapport aux changements climatiques en cours.

Cette conférence ne sera un succès "que si une action significative et immédiate commence" le jour même où ses travaux s’achèveront, le 18 décembre, a prévenu le patron du climat à l’ONU, Yvo de Boer. "Les pays en développement attendent désespérément une action tangible et immédiate" pour l’adaptation de leurs nations à la nouvelle donne climatique, a-t-il rappelé.

A l’occasion de l’ouverture du Sommet , Connie Hedegaard, Ministre de la Conférence Climatique des Nations Unies à Copenhague en 2009 un dernier appel. Vous pouvez lire son intervention, ci-dessous.

C’est l’heure - La date limite est Copenhague

Connie Hedegaard Par Connie Hedegaard, Ministre de la Conférence Climatique des Nations Unies à Copenhague en 2009

Il y a des moments dans l’histoire où le monde peut faire le choix de prendre plusieurs voies différentes. La Conférence sur le climat, COP15, à Copenhague, est l’un de ces moments décisifs : Nous pouvons choisir d’emprunter la voie de la prospérité verte et d’un avenir plus durable. Ou nous pouvons choisir la voie de l’impasse et ne rien entreprendre concernant le changement climatique, en laissant une énorme facture à payer à nos enfants et petits-enfants. Le choix n’est pourtant pas si difficile à faire.

L’objectif du gouvernement danois est clair et sans ambiguïté : nous travaillons pour un accord mondial ambitieux qui permettrait de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de fournir des résultats tangibles concernant l’adaptation, la technologie et le financement. En outre, Copenhague devrait inclure une date limite concernant le moment de la signature d’un accord juridiquement contraignant. Et il doit mettre le monde sur la voie d’une limitation de l’augmentation des températures au 21e siècle à 2 degrés Celsius.

Le monde nous regarde. Au cours de l’année dernière, nous avons vu une mobilisation populaire sans précédent. Des étudiants et des professeurs, des dirigeants syndicaux et des PDGs, des politiciens et des organisations de la société civile, des scientifiques et des chefs religieux. Des personnes de tous les coins du monde, de tous les milieux ont donné de la voix pour exiger que nous agissions maintenant. L’un des principauxs canaux de communication dont le gouvernement s’est servi pour ses efforts de sensibilisation a été le site COP15.dk qui a permis un nombre sans précédent de discussions, d’informations et un choix clair de savoir où obtenir les dernières nouvelles sur le changement climatique et le processus politique.

Pour le gouvernement danois, une des priorités essentielles a été de s’assurer que la voix des peuples soit entendue. Au cours de l’année dernière, nous avons cherché à impliquer le public mondial. Et nous continuerons à le faire jusqu’à la toute dernière minute. Pourquoi ? Parce que nous sommes convaincus que la question du climat est trop importante pour relever uniquement des politiciens et des négociateurs spécialisés. Et parce que nous pensons que la pression du public est nécessaire pour faire comprendre aux dirigeants qu’ils doivent fournir des résultats tangibles – et de le faire maintenant. En d’autres termes, nous avons délibérément essayé de faire de sorte que le prix de l’inaction à Copenhague soit si élevé qu’aucun gouvernement ne puisse avoir les moyens de le payer.

Conclure un accord ambitieux à Copenhague ne sera certainement pas facile. Dans un contexte où 193 parties doivent se mettre d’accord, la liste des choses qui peuvent mal tourner est sans fin. Toutefois : Je suis convaincue que c’est encore faisable.

Au cours des dernières semaines, des pays ont soumis des propositions quasi quotidiennement. La Norvège réduira ses émissions de 40% en 2020. La Corée du Sud compte s’écarter de 30% de ses habitudes en la matière. La Russie a renforcé son engagement et prévoit désormais jusqu’à 25% de réduction. Et puis il y a le Brésil, le Japon, l’Indonésie et le Mexique.

Le Président Obama a annoncé les objectifs des États-Unis, non seulement pour 2020, mais vraisemblablement encore plus sensibles pour 2025 et 2030. 4 pour cent de moins qu’en 1990 pourrait ne pas être ce que le monde eût espéré, mais il semble que les USA savent que le prix d’un engagement plus tardif sera que la voie des réductions après 2020 va être encore plus raide avec 18% de moins que les niveaux de 1990 en 2025 et 32 pour cent en 2030.

C’est également nouveau et très encourageant de constater que la Chine s’engage au niveau international. Nous devons analyser de plus près comment l’annonce chinoise se traduira quant au pourcentage d’écart par rapport au statu quo.

Pour moi, cela montre que la date limite a de l’effet. Les dirigeants à travers le monde se rendent compte que le prix politique à payer, s’ils ne fournissent pas des résultats tangibles, est trop élevé pour eux. Constatant que pour les agriculteurs pauvres au Mali qui souffrent de la sécheresse et des pluies soudaines, et pour les insulaires du Pacifique dont les maisons sont en train de disparaître dans les flots il n’y a aucune excuse plausible à l’échec.

En 2007, le monde avait décidé de faire de Copenhague 2009 la date limite. Les questions qui restent désormais à régler sont d’ordre politique : est-ce que les ministres et les dirigeants du monde tiennent leur promesse. Vont-ils favoriser l’action à l’impasse ?

Je dis : C’est l’heure ! Le réveil a assez sonné. Et nous avons appuyé sur le bouton d’arrêt momentané de la sonnerie du réveil une fois de trop. Nous pouvons faire de Copenhague ce tournant que le monde attend. Faisons-le maintenant !

- Suivez l’actualité du Sommet avec le site de l’ONU



Article lu 848 fois

lire aussi :
  • Annuaire du PNUE 2013
  • Dernier rapport du GIEC : le changement climatique s’accélère


  •  

    Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
    Nombre de visiteurs 10181722

    38 visiteurs en ce moment

    | Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

    Agence MC Cdurable CDURABLE.com

    RSSfr

    Creative Commons License : Firefox


    __________________________________________
    Google
    Loading
      Maison
    La maison durable
      Cdurable.com
    Agir pour un monde durable