CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
L’actu du DD > Afrique Durable
Innovations qui nourrissent la planète

Accès à la terre en Afrique : spoliation terrienne ou investissement dans l’agriculture ?

Par Danielle Nierenberg, chercheur senior à l’Institut Worldwatch

jeudi 11 novembre 2010
Posté par Cyrille

Imprimer Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

Danielle Nierenberg est chercheur senior à l’Institut Worldwatch, une organisation environnementale basée à Washington, DC. Elle voyage actuellement à travers l’Afrique subsaharienne évaluant des solutions durables pour l’environnement dans la lutte contre la faim et la pauvreté. Cette étude aboutira avec la sortie de L’état du monde 2011 : Des innovations qui nourrissent la planète. A suivre sur CDURABLE.info ... chaque semaine une nouvelle initiative pour nourrir la Planète.



- Photo : Bernard Pollack

Cette semaine, Danielle Nierenberg nous écrit Des Moines, dans l’Iowa, pour discuter de la tendance, quelque peu controversée, des investissements dans l’agriculture à grande échelle - autrement dit, la spoliation terrienne effectuée par les gouvernements des pays riches. Ces acquisitions dans les pauvres pays en voie de développement ont pour but de permettre aux pays riches d’obtenir de la terre pour assurer à la fois les produits d’exportation et leur propre sécurité alimentaire.

Quelles conséquences ces acquisitions de terre ont pour les fermiers et les communautés locales ? Il est important d’en apprendre plus sur ces deux écoles de pensée concernant l’acquisition de terre. Alors innovations dans l’accès à la terre : spoliation terrienne ou investissement dans l’agriculture ?

The Great Land Grab

 Spoliations Terriennes

Pendant ces dernières années, la Chine, l’Inde et le Moyen-Orient ont investi beaucoup dans les terres africaines, motivés par les crises mondiales alimentaire ou économique et par les menaces du changement climatique, de l’accroissement de la population et de la pénurie d’eau. En contrôlant les terres agricoles au Kenya, en Ethiopie, et ailleurs en Afrique, ces pays espèrent assurer la sécurité alimentaire de leurs propres populations, alors même que l’Afrique sub-saharienne se trouve face à une famine grandissante. Dans la Corne de l’Afrique, au moins 23 millions de personnes sont actuellement confrontés à la famine. Et ces investissements grandissants des pays étrangers en Afrique sont passés largement inaperçus dans le monde.

The Great Land Grab

De plus, la pression sur les sources alternatives d’énergie motive les investisseurs à acheter de la terre pour les cultures énergétiques, comme le mais et la canne à sucre, qui peuvent être utilisées pour produire des biocarburants au lieu de la nourriture.

The Great Land Grab

Selon certains experts, la "spoliation terrienne" ou l’investissement étranger dans la terre constitue en fait un progrès pour l’agriculture, qui introduit le développement et l’agriculture à grande échelle, ainsi que de nouveaux emplois et technologies, dans les pays pauvres. Mais comme l’écrit Anuradha Mittal, membre du Nourishing the Planet Advisory Group dans l’article intitulé "The Great Land Grab", "l’agribusiness’ est souvent réalisé dans les pays en voie de développement, ce qui a pour effet d’expulser les fermiers de leurs fermes, ou bien de rendre leur organisation telle que les fermiers ne deviennent que de simples ouvriers dans leurs plantations."

The Great Land Grab

La spoliation terrienne implique des conséquences lourdes pour les fermiers et les communautés locales. Au Pakistan, par exemple, les Emirats arabes unis ont acheté 324.000 hectares de terre dans la province de Panjab. Selon un syndicat local de fermiers, on estime que cet achat déplacera 25.000 villageois d’une province dont 94% sont des fermiers de subsistance, n’utilisant que 2 hectares de terre par tête. A cause de la spoliation terrienne, les fermiers sont expulsés et l’économie locale souffre. Beaucoup de pays affamés devront importer la nourriture qui, à l’époque, était cultivée localement.

The Great Land Grab

Lire aussi :

- "Land grabbing" : l’accaparement de terres en Afrique se poursuit. Main basse sur les terres du delta du Tana au Kenya

- Plus de photos dans la Galerie de Nourrir la Planète

Blog Institut Worldwatch de Danielle Nierenberg : ‘Nourrir la planète'

 Innovations qui nourrissent la Planète à suivre sur CDURABLE.info

Chaque semaine CDURABLE.info publie une innovation qui contribue à Nourrir la planète. Déjà en ligne au 11 Novembre :

- Réduire le gaspillage de nourriture en Afrique comme aux Etats Unis

- Améliorer la vie des fermiers tout en préservant la biodiversité animale et végétale en Afrique Subsaharienne

- L’irrigation au goutte à goutte en Afrique subsaharienne

- Le rôle vital des femmes pour alimenter les communautés en Afrique subsaharienne

- Des unités de biogaz pour transformer les effluents d’élevage en électricité propre

- Obtenir de l’eau pour irriguer les cultures en Afrique - Zambie

- Transformer la cour d’école en une classe d’enseignement agricole durable au Rwanda

- Réduire ce que les femmes transportent en Afrique subsaharienne

- Une solution pour transformer les déchets organiques humains en fertilisant agricole

- Des solutions locales pour soulager la faim et la pauvreté en Afrique

- Des solutions pour réduire la contamination par les eaux usées à Accra, au Ghana

- Les agriculteurs qui apprennent aux agriculteurs de Maputo, au Mozambique

- Investir dans un meilleur stockage des aliments en Afrique


State of the WorldEn janvier 2011, les efforts du projet Nourrir la Planète donneront lieu à la publication de State of the World 2011 : Innovations that Nourish the Planet, la dernière édition de la publication principale de Worldwatch. Pour la première fois, ce livre annuel sera exclusivement dédié aux solutions pour combattre la pauvreté et la famine.

Le projet Nourrir la Planète établit une évaluation des nouvelles techniques agricoles – des méthodes de récoltes aux technologies d’irrigation et aux politiques agricoles – en mettant l’accent sur le développement durable, la biodiversité, la santé des écosystèmes ainsi que la productivité. Le projet a un double but : celui d’informer sur les efforts mondiaux pour éliminer la faim et celui de promouvoir ces efforts. Le projet étudie également les infrastructures institutionnelles nécessaires à chacune des approches, en suggérant les investissements complémentaires pouvant contribuer au leur succès – des banques de semences locales aux installations de traitement et aux bureaux de marketing.

Mettant l’accent sur les recherches de terrain, la co-directrice du projet Danielle Nierenberg est actuellement en déplacement en Afrique sub-saharienne afin de rencontrer des fermiers et communautés de fermiers, des représentants de gouvernements locaux, des donateurs et des organisations non-gouvernementales.


Article lu 1774 fois

lire aussi :
  • Food Tank : changer le système alimentaire mondial
  • L’Afrique qui bouge
  • Qui est responsable de l’accaparement des terres dans le monde ?


  •  

    Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
    Nombre de visiteurs 9843336

    50 visiteurs en ce moment

    | Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

    Agence MC Cdurable CDURABLE.com

    RSSfr

    Creative Commons License : Firefox


    __________________________________________
    Google
    Loading
      Maison
    La maison durable
      Cdurable.com
    Agir pour un monde durable