CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Média du Développement durable > Cinéma
Pourquoi la disparition des néandertaliens nous renvoie à notre propre actualité ?

AO le dernier Néandertal, un film de Jacques Malaterre en DVD

mercredi 9 février 2011
Posté par David Naulin

Imprimer Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

Pour Jacques Malaterre, le réalisateur des séries documentaires "L’Odyssée de l’espèce" et "Homo Sapiens", "la préhistoire constitue un terreau extraordinaire. Elle nous renvoie à toutes les interrogations sur ce que nous sommes aujourd’hui." Avec "AO le dernier Néandertal", désormais disponible en DVD et Blu-ray, il revient avec un film splendide, qui touche en plein cœur les questions plus que jamais d’actualité de l’Homme face à la Nature et nous ouvre les portes de nos origines. "La disparition de Néandertal est porteuse d’un message. Elle nous invite à prendre garde à ce que nous faisons de ce monde", résume Jacques Malaterre.



Pendant plus de 300 000 ans, l’homme de Néandertal règne sur la planète. Il y a moins de 30 000 ans, il disparaît à tout jamais... Son sang coule-t-il encore dans nos veines ? Cette thèse que Jacques Malaterre développe dans son film vient d’être confirmée par l’analyse de l’ADN néandertalien. Une récente découverte scientifique publiée dans SCIENCE atteste en effet que 1 à 4% du génome de l’homme moderne proviendraient des Néandertaliens...

Depuis le 2 février 2011, le film est désormais disponible en DVD et Blu-ray. En bonus : Papa Neandertal, un documentaire de Morad Aït-Habbouche (65min), le making of du film de Patrick Glaize (26min). Avec le DVD : un livret pédagogique (entretien avec Jacques Malaterre, les coulisses du tournage, entretien avec la préhistorienne Marylène Patou-Matis,...). Avec le Blu-ray : Made in Neandertal, le film sans la voix off.

 Une grande épopée humaine : entretien avec Jacques Malaterre

Jacques Malaterre

À la recherche de nos origines

Aux origines de l'humanité - coffret 3 DVD : L'odyssée de l'espèce ; Homo sapiens ; Le sacre de l'homme Je n’étais pas, à l’origine, un spécialiste de la Préhistoire. Mais en réalisant trois fictions documentaires consacrées à cette période (L’ODYSSÉE DE L’ESPÈCE en 2002, HOMO SAPIENS en 2004 et LE SACRE DE L’HOMME en 2007 : réunis dans le coffret DVD Aux origines de l’humanité
), j’ai pris conscience que la Préhistoire constituait un terreau extraordinaire, et nous renvoyait à toutes les interrogations sur ce que nous sommes aujourd’hui. Il y a un proverbe africain qui dit : "Quand tu ne sais plus où tu vas, arrête-toi, retourne-toi et regarde d’où tu viens…" Je crois que l’engouement actuel pour la Préhistoire vient de là, de ce malaise de la société dans laquelle nous vivons, d’une certaine perte de sens. L’homme préhistorique, lui, a pour seule motivation de survivre. Ils se sait mortel, et ressent donc un besoin vital de vivre en harmonie avec le monde et de transmettre la vie. Il est porteur de valeurs essentielles et nous ramène à des notions premières : Pourquoi fais-je ceci ou cela, quelle est ma motivation et quel en est l’intérêt ? Rien chez Neandertal n’est parasité par des phénomènes extérieurs, notamment les codes (sociaux, moraux, religieux…) de nos sociétés contemporaines. La confrontation avec l’homme préhistorique et ses valeurs peut, je crois, provoquer chez nous une introspection salutaire.

AO le dernier Néandertal, un film de Jacques Malaterre

Un homme préhistorique sommeille en chacun de nous

Cet attrait pour la Préhistoire résulte aussi, je pense, de l’homme préhistorique qui sommeille en chacun de nous ! Pour moi, l’une des traces les plus évidentes de cette persistance, c’est la fascination
partagée partout dans le monde pour les couchers de soleil ! Pendant 350 000 ans, nos ancêtres ont vu le soleil disparaître, en se demandant chaque fois, face à ce grand mystère, s’il se lèverait à nouveau le lendemain. C’est du même ordre que ce qui se passe lorsque l’on allume un feu dans la cheminée ou qu’on jette trois morceaux de bois dans un barbecue. Tout d’un coup, tout le monde s’arrête de parler pour regarder les flammes. Ce n’est pas parce que le feu est beau, mais tout simplement parce que pendant 350 000 ans on a surveillé ce feu, qui représentait la vie… La survivance de l’homme préhistorique dans l’homme moderne a maintes autres traductions. Ainsi beaucoup d’entre nous passent-ils leur vie entière à payer leur maison, et que font-ils quand ils pourraient en profiter, les week-ends ou en vacances ? Ils partent, ils bougent vers ailleurs. On ne peut pas, en quelques milliers d’années, oublier 350 000 ans de nomadisme !

Du "docu-fiction" à la fiction pure

AO le dernier Néandertal, un film de Jacques Malaterre

Après m’être plongé dans le monde préhistorique, en avoir exploré les aspects documentaires et avoir longuement travaillé sur les moyens de le "reconstituer", j’ai pris conscience qu’il y avait une vraie matière pour raconter une aventure humaine. Néandertal, en effet, est un héros. Il est parvenu à occuper l’Europe sur une période plus longue que nous, dans des conditions souvent hostiles. Et c’est un vrai héros de cinéma. Il a une sale gueule, il a eu un destin terrible… Et il a disparu. Mais qui était-il réellement, et quel était vraiment le monde dans lequel il vivait ? Il y a tout ce qu’il faut pour bâtir une aventure romanesque, une grande épopée humaine. Sa disparition elle-même est porteuse d’un message : elle nous dit que nous aussi nous pouvons disparaître. En une sorte d’effet miroir, le destin de Néandertal nous invite à prendre garde à ce que nous faisons de ce monde.

Les valeurs du Néandertal

Néandertal était très évolué, bien loin de l’image que l’on a encore souvent de lui. C’était un être doté d’une réelle intelligence, qui enterrait ses morts, qui respectait son environnement. Nous lui avons prêté des sentiments, parce qu’il en avait, évidemment ! Il ressentait
de l’amour, de l’amitié, était sensible à la souffrance. Ces hommes préhistoriques avaient également de vraies valeurs, le respect de la
vie, humaine mais aussi animale, la volonté de ne jamais prendre à la nature plus que ce qu’elle peut donner et que ce dont ils ont besoin. Et un comportement pacifique lui aussi avéré : je n’ai aucune raison de te tuer et de te prendre ce que tu as… S’il y a eu des conflits entre tribus, la guerre n’existait pas, on le sait : aucun charnier n’a jamais été retrouvé, et aucune trace sur les nombreux ossements mis à jour.
Nous relevons chez Néandertal une véritable sagesse. Son seul souci est de s’inscrire en harmonie avec son environnement et sa seule mission est d’être un “passeur de vie”. Nous pouvons encore approcher ces valeurs lorsque l’on rencontre des peuples nomades. Je pense par exemple aux Dolgans de Sibérie ou aux Tsaatans de Mongolie : vous arrivez, vous êtes étranger, et ils vous ouvrent leur porte sans vous demander qui vous êtes ni pourquoi vous êtes là. Et ils vous donnent à manger ce qu’il y a de meilleur, tout cela parce que vous représentez une particule de vie, et qu’une particule de vie, cela se respecte et se protège. Au-delà du grand spectacle et de la grande aventure humaine que représente Ao, le film exalte aussi toutes ces valeurs.

Humanisme et tolérance

AO le dernier Néandertal, un film de Jacques Malaterre

L’histoire des hommes préhistoriques, de ce que nous en savons – et telle que j’ai souhaité la raconter dans mon film –, aborde des thèmes intemporels et soulève des questions qui se posent toujours à nous aujourd’hui. Le rejet de l’autre, parce qu’il est différent, parce que son physique, ses modes de vie, sa culture et son origine ne sont pas les mêmes que les nôtres, est au cœur des relations entre les Néandertaliens, nomades, et les Sapiens, également nomades mais plus conquérants, les premiers dotés d’un physique très massif et les autres plus fins et élancés. Pourtant, ils appartiennent tous à la même famille humaine… D’où vient la peur de l’autre et de sa différence… est un thème essentiel sous-jacent de mon film, une question parmi d’autres posée à l’homme il y a 30 000 ans et qui n’a rien perdu de son acuité…

A l’origine du film

Le roman Ao, l'Homme Ancien de Marc Klapczynski Le film est librement inspiré de L’Odyssée du dernier Néandertal : Ao, l’homme ancien, de Marc Klapczynski (Éditions Aubéron). Ce livre a été l’élément déclencheur de mon passage à la fiction. Il m’a donné le courage, vingt-cinq ans après LA GUERRE DU FEU, de Jean-Jacques Annaud, de faire une fiction préhistorique qui nous amène encore plus loin, parce que les connaissances ont évolué et qu’on commence a considérer l’homme préhistorique comme quelqu’un de véritablement intelligent et non plus comme un imbécile qui court à travers une pampa d’un autre temps ! Ce que j’ai gardé du livre c’est son esprit, sa philosophie, qui me correspondent bien. Mais nous avons bien sûr réalisé un gros travail d’adaptation. Là où le roman peut faire parler son héros, analyser sa pensée, la commenter, un film sans dialogues compréhensibles – ce qui était notre choix – ne le peut pas. Il faut à chaque fois réinventer une situation, un contexte qui permette de raconter l’histoire de manière purement visuelle, sans faire du mime pour autant. Les scènes doivent donc toucher dans leur forme, dans leur symbolique, et non par un côté purement illustratif. Si le héros a faim, il ne se tape pas sur le ventre !

Quand la fiction précède la réalité

Lorsque nous avons écrit le scénario, nous avons imaginé qu’un homme de Néandertal et une Sapiens pouvaient avoir eu un enfant ensemble. A l’époque, certains scientifiques le supposaient prudemment, mais d’autres le contestaient formellement, estimant impossible qu’ils aient eu une descendance commune et que l’homme moderne puisse avoir en lui des gènes de Néandertal. Et tout récemment, grâce à la comparaison du génome de Néandertal avec le nôtre, la science est venue confirmer cette hypothèse. Ici, la réalité n’a pas dépassé la fiction, elle a rejoint la fiction ! Ce qui prouve que, parfois, l’audace des créateurs, qui vont au-delà du savoir pour raconter leur propre vision des choses, peut amener à toucher du doigt une réalité encore occultée. Mais ce choix narratif résulte aussi de tout ce que m’avaient apporté les scientifiques lors de mes films documentaires précédents. Car les scientifiques apportent certes leurs connaissances, mais également leur doutes et souvent leurs espérances ! Et ces espérances m’ont donné envie de rêver que Néandertal ait pu nous donner une partie de ses gènes. Nous savons aujourd’hui, en quelque sorte, que son sang coule dans nos veines…

 Néandertal "réhabilité"

Marylène Patou-Mathis, Directrice de recherche au CNRS, responsable de l’Unité d’archéozoologie du département “Préhistoire” du Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN) et conseillère scientifique sur Ao, le dernier Néandertal, évoque le destin de l’Homme de Neandertal, un “mal-aimé” que de récentes découvertes viennent de réintégrer à la famille humaine…

AO le dernier Néandertal, un film de Jacques Malaterre

Néandertal était-il vraiment la brute épaisse qui perdure dans
l’imaginaire collectif ?

Non, et le présenter ainsi relève d’une vision totalement archaïque. On a en effet longtemps considéré Néandertal comme un être inférieur, un être primitif fruste et grossier, notamment du fait de ses caractéristiques morphologiques, son front fuyant, ses bourrelets sus-orbitaires, son gros crâne ovale, sa face projetée en avant…
Mais aujourd’hui qu’il est, en quelque sorte, réhabilité, et alors que les chasseurs cueilleurs reviennent à la mode avec leur cosmogonie, leur parfaite intégration à la nature… – si éloignées de nous –, il faut se garder d’un autre écueil, qui consisterait à le considérer comme un être supérieur. Neandertal n’était ni inférieur, ni supérieur à Homo sapiens : il était simplement différent. Ni brute épaisse, ni bon sauvage !

Qu’a-t-on découvert qui plaide en faveur de cette “humanité” de
Néandertal ?

L’étude du matériel archéologique découvert dans les sites où vécut Néandertal ainsi que de ses ossements a permis des avancées notables ces dernières décennies. Sa parfaite adaptation à son environnement, ses méthodes de chasse élaborées, ses savoir faire
techniques dans la fabrication de ses outils, ses rites funéraires… témoignent de ses capacités cognitives et de l’existence de pensées symboliques. On a également découvert qu’il possédait le gène du langage. Autant de caractéristiques typiquement humaines. La pérennité de son outillage et de ses comportements démontre également une stabilité qui reflète la puissance de son mode de vie et son extrême souplesse adaptative, mais aussi des traditions culturelles différentes selon les groupes régionaux.

Encore récemment, la controverse demeurait sur l’appartenance
“génétique” de Néandertal à l’espèce humaine ?

Neanderthal : Une autre humanité de Marylène Patou-Mathis Néandertal et Homo sapiens avaient-ils eu des enfants ensemble ? Et si c’était le cas, ces enfants avaient-ils eux-mêmes la capacité de se reproduire où étaient-ils stériles ? L’hypothèse de croisements existait, je l’avais moi-même suggérée dans un livre en 2006 dans Neanderthal : Une autre humanité. Et puis une nouvelle extraordinaire est tombée le 7 mai 2010. Une équipe internationale menée par Svante Pääbo (Institut Max-Planck d’anthropologie évolutionniste, à Leipzig) et Richard Green, professeur à l’Université de Californie, a mis en évidence l’existence de croisements entre des Néandertaliens et de premiers hommes anatomiquement modernes. Ils ont montré, grâce au séquençage du génome des Néandertaliens, comparé avec celui de l’homme actuel (Homo sapiens), que certains d’entre nous possèdent quelques gènes Néandertaliens, en moyenne moins de 4 % du génome. Comme seuls les Européens et les Asiatiques sont concernés, ce croisement a eu lieu hors d’Afrique, probablement au Proche-Orient, entre - 50 000 et - 80 000 ans. C’est une véritable réhabilitation pour Neandertal, considéré pendant un siècle et demi comme un “sous-homme”, sorte de maillon faible de la chaîne des Hominidés. Mais la porte reste ouverte sur d’autres questions. Pourquoi, par exemple, ne se sont-ils plus mélangés après la période évoquée plus haut, et pourquoi ont-ils disparu ?

Justement…

À l’heure où la question de notre destinée face aux changements sociétaux et environnementaux nous taraude, la disparition des néandertaliens nous renvoie à notre propre actualité. Nous savons qu’il n’y a pas eu une extinction massive, mais une disparition progressive, qui semble coïncider avec l’arrivée en Europe de groupes d’hommes modernes, il y a environ 45 000 ans. Certaines hypothèses sont actuellement rejetées, comme le changement climatique (un fort refroidissement a eu lieu à cette période), des maladies congénitales, une pandémie liée à une infection virale apportée par les hommes modernes, leur extermination par ces derniers. En revanche, parmi
les plus convaincantes, on pense à un “stress” engendré par l’arrivée d’hommes différents mais qui leur ressemblent, qui aurait provoqué une baisse de la natalité et une augmentation de la mortalité. Les études génétiques récentes renforcent une seconde hypothèse, celle d’une dissolution génétique d’une partie de la population néandertalienne dans celle des hommes modernes, par accouplement fécond.

 Ailleurs sur le web

- Sur Ecolo-Info :

Ecolo-InfoSur Ecolo-Info, découvrez la 2ème partie de cet entretien avec Jacques Malaterre réalisé par Catherine Dauriac juste avant l’avant-première (400 spectateurs) de son film AO, le dernier Néandertal en cliquant ici.


AO le dernier Néandertal

  • Réalisé par Jacques Malaterre avec Simon Paul Sutton, Vesela Kazakova...
  • Long-métrage français - Genre : Historique - Durée : 01h24min - Année de production : 2010 - Distributeur : UGC Distribution

Article lu 3860 fois



forum

 

Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
Nombre de visiteurs 9979422

46 visiteurs en ce moment

| Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

Agence MC Cdurable CDURABLE.com

RSSfr

Creative Commons License : Firefox


__________________________________________
Google
Loading
  Maison
La maison durable
  Cdurable.com
Agir pour un monde durable