[CDURABLE.info l'essentiel du développement durable] : Le foie gras pour le réveillon, on s’en passera !
La vérité sur le gavage par le Collectif "Stop au gavage"
Le foie gras pour le réveillon, on s’en passera !
jeudi 27 décembre 2007
par David Naulin

Vous aviez déjà visionné sur Cdurable.info EARTHLINGS et vous vous étiez juré de ne plus manger (trop) de viande. A quelques jours, du prochain réveillon, je partage avec vous quelques documentaires et le combat du collectif Stop au gavage initié par l’association L214. Peut-être que cela vous donnera envie de renoncer comme moi au traditionnel foie gras pour le réveillon du nouvel an.

La vérité sur le gavage par le Collectif "Stop au gavage"

Le foie gras, on s’en passera !

La production de foie gras implique la naissance de 80 millions de canetons par an et 800 000 oisons. Par définition du foie gras, le gavage est obligatoire (art. L. 654-27-1 du code rural). Cependant, le gavage est une violation des règlements et des principes les plus élémentaires de protection des animaux. Le gavage est interdit, pour motif de cruauté, dans la plupart des pays de l’Union Européenne, et depuis peu en Israël et Californie.

Les canetons ou oisons naissent dans un couvoir : les oeufs sont placés sur des chariots dans de grandes armoires à incubation.

Chez les canards, seuls les mâles sont gavés, l’utilisation des femelles est interdite. Le foie des femelles est trop nervé. Les oisillons sont donc triés par sexe dès leur sortie de l’oeuf. Il existe deux techniques pour le faire, soit par autosexage (pour certaines souches, la sélection génétique permet de différencier mâles et femelles par une tâche noire sur la tête des animaux), soit par retournement du cloaque.

Les femelles mulardes sont généralement éliminées (par broyage) après leur naissance.

A un jour, les canetons sont transportés dans un élevage qui les mènera jusqu’à la phase de gavage à l’âge de 80 jours environ.

Le gavage consiste à administrer de force à l’aide d’un tuyau enfoncé de la gorge à l’estomac de l’animal des aliments en grande quantité, très énergétiques et déséquilibrés. Cette opération prend 45 à 60 secondes avec la méthode artisanale. Elle ne prend que 2 à 3 seconde avec la méthode industrielles (largement prédominante) de gavage à la pompe hydraulique ou pneumatique. Les oiseaux sont gavés deux fois par jour.

En France, 87% des canards sont enfermés dans des cages de batterie où ils ne peuvent ni se lever, ni se retourner, ni étendre leurs ailes.

Le foie gras, on s’en passera !

La recommandation de 1999 interdit l’usage des cages individuelles (la France n’applique pas cette recommandation...) Comme alternative à la cage individuelle, il existe la cage collective. D’autres sont enfermés dans des parcs, utilisés pour les oies également.
Suite au choc du gavage, l’animal est pris de diarrhées et de halètements.

Le fonctionnement du foie est perturbé, l’animal a du mal à réguler la température de son corps, il développe une maladie appelée stéatose hépatique. En outre, les dimensions de son foie hypertrophié qui atteindra presque 10 fois son volume normal, rendent sa respiration difficile, et ses déplacements pénibles. Les sacs pulmonaires sont compressés, le centre de gravité de l’animal est déplacé.

Outre la longue liste des maladies, troubles et le malaise général des animaux gavés et encagés, les statistiques de mortalité trahissent l’état de santé des animaux suralimentés. Le rapport de 1998 du Comité Scientifique vétérinaire mandaté par la commission européenne mentionne même des taux de 10 à 20 fois plus élevés en gavage qu’en élevage.

Au bout d’une douzaine de jours de gavage, les oiseaux sont alors emmenés à l’abattoir dans des caisses où ils sont entassés.

Pour voir ce qu’endurent vraiment les oiseaux, vous pouvez également regarder la vidéo tournée en 2004 dans des salles de gavage en France.

Autres vidéos

Pour en savoir plus

Selon l’ONG Protection Mondiale des Animaux de Ferme, le foie gras est un phénomène franco-français. La plupart du foie gras mondial est produit, transformé et consommé en France : 83 % de la production, 98 % de la transformation et 90 % de la consommation. La production mondiale s’élève à 20 500 tonnes, la part française est de 17 000 tonnes. Ces tonnages sont l’accumulation de foies d’animaux, soit, pour la France les foies de 30 millions de canards (pour 37 millions de canetons mis en place intialement…) et près de 800 000 oies. Les deux autres principaux pays à produire du foie gras sont la Hongrie et la Bulgarie loin derrière la France (dans les 3 000 tonnes).

Si la France exporte un peu vers l’Espagne, la Belgique, la Suisse, le Royaume-Uni ou encore le Japon, la plupart de la consommation mondiale se fait en France qui importe aussi du foie gras notamment des pays de l’Est.

 Le Rapport du Comité scientifique de la Commission Européenne de la santé et du bien-être des animaux
 Un manifeste pour l’abolition du foie gras initié par le collectif