Dans l'actualité :

Élections législatives : notre futur se joue maintenant !

"Nous sommes à la veille d’un moment historique" rappelle...

Veille environnementale : deux piliers pour une question stratégique

Sommes-nous dans une période de rupture ou de continuité...

Rendre irrésistible la bascule de l’économie extractive vers l’économie régénérative !

62 entreprises imaginent, produisent, diffusent et financent les récits...
Une info RUE89

La bouteille végétale de Volvic, pas si écolo

Entre l’eau du robinet chlorée et l’eau en bouteille génératrice de déchets, Volvic propose depuis mars la première « bouteille végétale » à grand renfort de marketing. Oui mais voila, a y regarder de plus près malgré son bouchon vert, elle est toujours 100% … en plastique dévoile RUE89…

Le plastique de cette bouteille-là est un PET (un mélange d’acide téréphtalique et d’éthylène glycol), comme ses cousines plus « classiques ». Sauf que les 20% d’éthylène glycol de la « bouteille végétale » sont issus d’une mélasse de canne à sucre. Ce déchet est issu de la production de sucre de canne, cultivée et transformée en Inde, alors que les autres bouteilles sont à 100% constituées d’hydrocarbures. Chez Danone, maison-mère de Volvic, on indique que : « La molécule issue du végétal remplace ainsi une des molécules du PET, mais sa composition chimique finale est exactement la même. » Concrètement, cette « bouteille végétale » nécessite (un peu) moins d’hydrocarbures consommés, mais engendre toujours autant de plastique, qu’on retrouve dans le ventre d’oiseaux sauvages, assemblé en continents flottants dans le Pacifique et l’Atlantique, résume la journaliste Marine Jobert qui signe cet article dans RUE89.
communiqué de presse de la marque Volvic
communiqué de presse de la marque Volvic
L’autorité de régulation de la pub alertée L’apparition de cette bouteille pseudo verte a, logiquement, fait bondir les spécialistes du secteur. La filière du « bioplastique » – représentée par Pascal Bastien, le président de Vegetal & Mineral Water SAS, une PME de Champagne-Ardenne) – travaille à produire un plastique à base de résines végétales, totalement biodégradable. Ulcéré par ce qu’il considère comme de la publicité mensongère, son représentant a alerté l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP). Danone assure qu’elle a travaillé en collaboration avec l’ARPP pour élaborer sa campagne et n’avoir, depuis, reçu aucun signalement émanant de l’autorité. Pascal Bastien dénonce un plastique qui n’est « ni biodégradable, ni compostable et qui est toxique pour l’environnement ». La Fondation France Libertés parle de « greenwashing de bonne foi, mais qui ne résout rien au niveau de la filière déchet ». Emmanuel Poilane, le directeur de la Fondation de Danielle Mitterrand, dénonce la « perversion du système qui amène à pouvoir annoncer comme “ verte ” une activité polluante au final ». Il se prend à rêver : « Si ces bouteilles étaient réellement composés de végétaux, on pourrait les enterrer dans son jardin ! » Un des efforts de Volvic en matière d’écologie Le directeur du comité nature Evian-Volvic et des usines de la marque, Stéphane Cousté, se défend en assurant : « La bouteille est 100% recyclable. C’est une étape de plus pour Volvic. » Il rappelle que la politique de développement durable de la marque a permis de réduire de 20% le poids des emballages des bouteilles et d’intégrer du plastique recyclé, ou de réduire le poids des bouteilles (de 10%). « Quand une bouteille sur deux seulement trouve le chemin de la poubelle de tri – pour finir en billes de plastique la plupart du temps – et que 100% du plastique en fin de vie finira enfoui ou incinéré, on comprend que, végétale ou pas, Volvic a bel et bien mis sur le marché une bouteille aussi polluante que ses concurrents. Il ne reste plus qu’à militer activement pour une eau de qualité à la sortie du robinet » conclut la journaliste Marine Jobert.

 

A lire

Élections législatives : notre futur se joue maintenant !

"Nous sommes à la veille d’un moment historique" rappelle...

Veille environnementale : deux piliers pour une question stratégique

Sommes-nous dans une période de rupture ou de continuité...

Écolo, oui … mais avec de petits arrangements avec nos consciences

Nous sommes nombreux à en avoir conscience : adopter des...

Européennes 2024 : des enjeux cruciaux pour le climat

Christian de Perthuis, Université Paris Dauphine – PSL Sur le...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Le véganisme, serait-il l’idiot utile de la société de consommation ?

On peut être végane pour diverses raisons : pour la...

Réussir l’éducation canine de son chien et le promener sans laisse !

Vous avez certainement déjà vu un chien obéir à...

Le plaisir est essentiel pour engager les Français dans la transition alimentaire

Une étude Jacquet Brossard menée avec BVA révèle que...
David Naulin
David Naulinhttp://cdurable.info
Journaliste de solutions écologiques et sociales en Occitanie.

Élections législatives : notre futur se joue maintenant !

"Nous sommes à la veille d’un moment historique" rappelle Greenpeace qui sort de sa neutralité comme certains syndicats. "Après le choc des élections européennes,...

Veille environnementale : deux piliers pour une question stratégique

Sommes-nous dans une période de rupture ou de continuité ? Dans quelle mesure les transitions actuelles – écologiques, énergétiques, technologiques… – annoncent-elles des changements...

Rendre irrésistible la bascule de l’économie extractive vers l’économie régénérative !

62 entreprises imaginent, produisent, diffusent et financent les récits avec le mouvement de la Convention des Entreprises pour le Climat (CEC) qui place les...