CDURABLE
CDURABLE.info sélectionne, depuis 15 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
La maison durable > Jardiner
eco-Jardinage

Comment retenir l’humidité du sol dans vos plates-bandes

Comment réduire l’arrosage, voici 9 matériaux pour le paillis.

jeudi 29 octobre 2020
Posté par Christopher C.

Imprimer Enregistrer au format PDF

Le jardinier n’est jamais satisfait, par temps humide et froid il déplore sa récolte et dès qu’il fait chaud et sec il se plaint des difficultés d’arrosage. Il est vrai qu’arroser avec un arrosoir est toujours fastidieux et arroser au tuyau nous fait consommer beaucoup d’eau. Heureusement, il s’avère qu’il y a une alternative viable à l’arrosage du soir tout en gardant un sol bien hydraté. Le paillage est votre allié principal, encore faut-il bien l’utiliser… Décodage.



Stocker l’eau plutôt qu’arroser…

Commençons par une hypothèse simple : il vaut mieux stocker l’eau dans le sol que de la gaspiller à l’infini. Cela est-il possible ? Oui, si vous ne laissez pas l’humidité s’évaporer de la surface de la terre. Comment fait la nature ? Et elle ne permet pas que le sol soit sec. Tout l’espace libre est occupé par des plantes et recouvre le sol de la lumière directe du soleil et de l’air sec. Tout ce qui pousse à la surface du sol empêche le gaspillage d’humidité.

Par conséquent, ne plantez pas en rangées pour que les mauvaises herbes n’infestent pas les allées. La plantation en rangs avec de grands espacements de rangs nous est venue des champs collectifs, où la technique utilisée exigeait de grandes distances entre les plantations pour laisser passer les roues des engins ou les bottes du jardinier.

Comment Rendre Son Jardin Résistant à la Sécheresse

Resserrez les rangs de vos plates-bandes

Eh bien, si vous plantez en rangées, rendez-les aussi proches que possible les unes des autres. Quelle devrait être la zone d’alimentation minimale pour différentes plantes de jardin ? L’expérience montre qu’une surface de 4 × 4 cm est suffisante pour les radis. Pour les betteraves, les navets, les radis, une surface de 9 × 9 cm convient, pour les oignons - 10 × 10 cm. Le chou à tête a besoin de 40 × 40 cm. Les concombres sont mieux cultivés en une rangée, en les plantant tous les 20 cm et en les plantant de part et d’autre des paliers.

Les poivrons ont besoin d’une surface de 25 x 25 cm, les tomates - 35 x 35 cm, à condition d’en retirer progressivement les feuilles inférieures. Pour l’aneth vous avez besoin d’au moins 30 × 30 cm. Le persil en feuille a besoin d’au moins 25 × 25 cm et le persil tubéreux lui, nécessitera une surface nutritionnelle beaucoup plus petite - 15 × 15 cm, tandis que le rutabaga et le céleri-racine ont besoin d’une surface d’au moins 25 × 25 cm.

Sous l’effet du soleil et du vent, l’eau s’évapore des plantes à travers leurs feuilles 10 fois moins que par le sol nu. Par conséquent, le sol doit être protégé de l’évaporation de l’humidité de sa surface. Pour ce faire, couvrez la surface du sol. Habituellement, il est proposé de pailler. Vous avez beaucoup d’options pour cela.

Le pallis, l’arme secrète pour jardiner durable…

Copeaux de bois - En Amérique et en Europe, le paillis vendu est spécialement issu des déchets de l’industrie du bois - l’écorce des arbres. Ce paillis est considéré comme le meilleur. Il ne pourrit pas pendant longtemps et ne change donc pas la composition chimique de la couche supérieure du sol. Il ne se mouille pas bien, il reste donc sec, mais suffisamment lourd pour ne pas s’éparpiller sous l’effet du vent. Ce paillis est respirant. En raison de sa couleur sombre, il est bien chauffé par le soleil pendant la journée et reste chaud pendant longtemps la nuit. En d’autres termes, il présente de nombreux avantages de toutes sortes. Mais le problème, c’est qu’il reste onéreux.

Épines de pin - Laissez-les sécher pendant un an ou deux et paillez, pas évident… S’il y a une forêt de conifères à proximité - ramassez les aiguilles, mais n’oubliez pas de leur ajouter de la cendre ou de la dolomite, de la chaux, de la craie, car les aiguilles acidifient fortement le sol. Il est bon de pailler avec de la tourbe de haute lande, elle n’est que légèrement inférieure au paillis d’écorce. Mais cela acidifie également le sol, vous devrez donc ajouter des désoxydants.

Herbe coupée - Le paillis le plus populaire, mais de courte durée, car il se décompose rapidement, mais fertilise le sol ; est l’herbe coupée (il est important qu’il n’y ait pas de graines).

Paillis non-tissé - Vous pouvez pailler avec des matériaux de revêtement non tissés (spunbond, lutrasil, etc.), mais choisissez les noirs.

Sphaigne - Vous pouvez utiliser de la mousse de sphaigne, elle est également bactéricide. Mais en dessous, le sol est toujours 2 à 3 degrés plus froid qu’à découvert et 5 à 10 fois plus froid que sous un abri sombre. Ainsi, dans les régions froides d’une serre où poussent des plantes qui aiment la chaleur, la sphaigne ne doivent pas être utilisée pour pailler le sol.

Carton - Vous pouvez utiliser du carton et même de simples journaux, pliés en plusieurs couches et collés ensemble dans une feuille avec du scotch ordinaire. Dans la serre, le sol peut être paillé avec des journaux froissés.

Feuilles - Au cours des premières semaines de printemps les plus chaudes, les feuilles tombées à l’automne servent de paillis, alors ne les ratissez pas pour des raisons de beauté et de propreté. Les vers éveillés eux-mêmes les entraîneront dans leurs terriers où elles seront transformés en humus, non sans l’aide de micro-organismes hivernés.

Plantes - Les plantes qui y poussent servent également d’excellente couverture pour le sol. C’est pourquoi il est préférable de transformer les jardins en pelouses. Si vous venez de commencer à développer votre site, ne supprimez pas toute la couverture herbeuse, mais uniquement là où vous allez construire un abri, poser des chemins, planter des arbres, etc.

De plus, vous ne devez pas retirer le gazon d’un seul coup tout au long du marquage. Ne tirez que là où vous allez construire et planter actuellement. Sous les arbres et les buissons, il est nécessaire d’enlever exactement autant que nécessaire pour poser le trou de plantation. Tondez régulièrement le reste de l’espace - et vous aurez toujours une zone propre, bien entretenue et suffisamment saturée d’humidité.


Référence :

Antoine Findeling - Etude et modélisation de certains effets du semis direct avec paillis de résidus sur les bilans hydrique, thermique et azoté d’une culture de maïs pluvial au Mexique. Sciences de la Terre. ENGREF (AgroParisTech), 2001. Français. tel-00005695


Article lu 193 fois



 

Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
Nombre de visiteurs 11846274

24 visiteurs en ce moment

| Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

Agence MC Cdurable CDURABLE.com

RSSfr

Creative Commons License : Firefox


__________________________________________
Google
  Maison
La maison durable
  Cdurable.com
Agir pour un monde durable