CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Finance - Contribution Economique
Un avis du Conseil Economique, Social et Environnemental

La valorisation de la forêt française : les préconisations du CESE

vendredi 12 octobre 2012
Posté par David Naulin

Imprimer Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

Malgré le formidable potentiel de la forêt française en termes d’étendue, de diversité, de richesses des milieux naturels et d’activités économiques, la filière forêt-bois nationale est confrontée à de grandes difficultés qui se traduisent notamment par un fort déficit de sa balance commerciale et un manque d’attractivité des métiers. De plus, elle va devoir faire face à une demande de bois de plus en plus importante et aux conséquences du changement climatique, qui constituent des défis supplémentaires à relever. Pour y parvenir, le CESE propose un ensemble de préconisations visant à mieux valoriser la forêt, tant par la production de bois que la préservation des écosytèmes et l’accueil du public, ainsi qu’à redynamiser la filière.



Voici l’Avis présenté par Mme Marie de l’ESTOILE au nom de la section de l’agriculture, de la pêche et de l’alimentation présidée par M. Joseph GIROUD et voté par 170 pour et 9 absentions le 10 octobre 2012 par le CESE (Conseil Economique, Social et Environnemental).

Avec plus de 25 millions d’hectares boisées dont 16 en métropole et 9 dans les régions ultramarines (8 pour la seule Guyane composée pour une part significative de forêts primaires), la France est le 3ème pays le plus boisé de l’Union européenne. Couvrant aujourd’hui plus du tiers du territoire national, les forêts publiques et privées constituent un atout considérable au travers de leurs différents rôles, conformément au principe de multifonctionnalité réaffirmé par la loi.

Tout d’abord, la forêt fournit du bois, qui est valorisé de diverses façons : construction, meubles, objets usuels ou d’art, papiers, panneaux et emballages, chauffage et biomasse... Parallèlement, à condition que ses modes d’exploitation soient durables, elle contribue activement à la préservation des équilibres écologiques, des écosystèmes et de la biodiversité puisqu’elle stocke le carbone, purifie l’eau, enrichit les sols et offre des habitats propices à la faune et à la flore. Enfin elle génère une grande diversité d’activités : touristiques, cynégétiques, sportives, scientifiques…, et produit, outre du bois et des champignons, des baies, des lichens utilisés en pharmacologie.

« Une balance commerciale déficitaire de 6 milliards d’€, 2ème poste après l’énergie »

Cependant, malgré son formidable potentiel, cette filière est aujourd’hui confrontée à d’importantes difficultés se traduisant par un fort déficit de sa balance commerciale. De fait, les forêts privées sont très morcelées et donc souvent sous exploitées car les ¾ des propriétaires possèdent moins de 4ha. Les bois français, majoritairement issus de feuillus, ne correspondent pas toujours aux besoins actuels du marché. Les scieries, pourtant maillons stratégiques de la chaîne, sont en fort déclin du fait d’un manque de compétitivité au niveau européen découlant d’une insuffisance d’investissements de modernisation, notamment par les entreprises artisanales. On importe donc de plus en plus de bois transformés, ceux générant la plus forte valeur ajoutée.

En outre, la filière, au demeurant insuffisamment structurée, devra faire face à de profonds changements. Le développement du recours au bois, notamment pour la production d’énergie et dans le secteur de la construction, va exiger d’augmenter significativement la production. Il s’agit d’abord de mobiliser durablement les bois disponibles et de veiller au renouvellement des parcelles exploitées. Des conflits d’usage découlant de l’augmentation de la demande et de la montée en puissance de nouveaux types d’usage, comme le bois-énergie, ne sont pas à exclure dans un avenir proche. L’adaptation au changement climatique renforce encore le contexte d’incertitudes pour les forestiers dans leurs choix relatifs aux essences et aux modes de gestion sylvicole afin d’espérer répondre, dans plusieurs décennies, aux attentes, fluctuantes, des consommateurs.

« 3,5 millions de propriétaires forestiers, près de 450 000 emplois, 60 milliards d’€ de chiffre d’affaire annuel »

Pour autant, rendre la forêt française plus productive ne doit pas se faire au détriment de ses autres missions écologiques, sociales et sociétales. C’est donc en ce sens qu’il faut faire évoluer l’ensemble de ses modalités de gestion et d’exploitation. Dans ce cadre, les métiers forestiers doivent devenir plus attractifs pour disposer de la main d’oeuvre qualifiée indispensable. De même, le rôle et les moyens de l’ONF, acteur majeur, méritent une attention particulière. S’agissant des forêts ultramarines, leurs spécificités exigent des mesures appropriées. Les défis à relever sont complexes et déterminants pour l’avenir ; la recherche et les innovations techniques doivent y contribuer. Ils appellent une politique volontariste rendue possible par une gouvernance renforcée de l’ensemble de la filière, pour mettre en oeuvre les actions efficientes.

- Télécharger l’avis complet du CESE (60 pages - PDF)
- Télécharger la fiche synthétique (2 pages - PDF)
- Voir la vidéo de la séance plénière

Présentation de la contribution de la délégation à l’Outre-mer à l’avis "La valorisation de la forêt française" :

Les experts auditionnés pour cet avis :

"La forêt, c’est un autre espace temps. Il faut parfois attendre plus de 150 ans pour obtenir le fruit de notre travail." M. Henri PLAUCHE-GILLON, Président de la Fédération des forestiers privés de France (FFPF) et du Centre national de la propriété forestière (CNPF) :

"L’une de nos faiblesses, c’est de ne pas posséder les essences adaptées aux demandes du marché". M. Jean-Pierre MICHEL, Président de l’interprofession France Bois Forêt, maire d’une commune adhérente à la Fédération Nationale des Communes Forestières :

Auditions réalisées dans le cadre de la contribution sur les forêts ultramarines :

"Il faut mettre en valeur le potentiel énergétique des forêts afin de développer les énergies renouvelables et parvenir à l’autonomie énergétique des Outre-mer". Marc DEL GRANDE, Chef du Service des politiques publiques à la Délégation générale à l’Outre-mer (DéGéOM) :

"Il faut créer une filière de bois tropicaux certifiée pour pouvoir mieux approcher le marché métropolitain et international et contribuer à la création d’aires forestières protégées". Anne-Gaëlle VERDIER, Coordinatrice Outre-mer au WWF France :

"Nous sommes engagés dans une démarche d’exploitation à faible impact des forêts tropicales". Claude RUPÉ, Coordinateur Corse-DOM à l’Office national des forêts (ONF) :

Article lu 920 fois

lire aussi :
  • Sous l’arbre, le mag-info de nos forêts
  • Il était une forêt
  • Financer la transition écologique et énergétique
  • Le chauffage domestique au bois : marchés et approvisionnement


  •  

    Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
    Nombre de visiteurs 9841591

    68 visiteurs en ce moment

    | Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

    Agence MC Cdurable CDURABLE.com

    RSSfr

    Creative Commons License : Firefox


    __________________________________________
    Google
    Loading
      Maison
    La maison durable
      Cdurable.com
    Agir pour un monde durable