CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
L’actu du DD
Une nomination saluée par le WWF et France Nature Environnement

Nicole Bricq nommée ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie

Frédéric Cuvillier nommé ministre délégué en charge des Transports et de l’Économie maritime

jeudi 17 mai 2012
Posté par David Naulin

Imprimer Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

On attendait Cécile Duflot, la patronne d’Europe-Ecologie-Les-Verts. Finalement ce sera Nicole Bricq, 65 ans, qui occupera le poste de ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie sous le gouvernement Ayrault. Spécialiste des finances publiques et militante de la première heure du PS, la sénatrice de Seine-et-Marne accède à son premier poste ministériel.



Se revendiquant "réformiste", elle est devenue incontournable sur les questions budgétaires au Sénat. Avec la nouvelle majorité de gauche du Sénat, elle a mené une rude bataille contre le dernier projet de loi de Finances du quinquennat de Nicolas Sarkozy et ses deux plans de rigueur, faisant adopter par le Sénat un contre-budget déroulant le programme de François Hollande.

Une ministre à la culture écologique affirmée

Et l’Ecologie dans tout ça ? Longtemps pressentie au Budget, le domaine ne lui est pas inconnu. "Je suis un peu étonnée, avoue cependant celle qui a rendu un rapport sur la fiscalité environnementale en 1998, lorsqu’elle était députée, juste après avoir battu Jean-François Copé.

Inscrite au pôle écologique lors du dernier congrès socialiste, Nicole Bricq est devenue une ardente opposante aux compagnies pétrolières prêtes à tout pour extraire du pétrole de schiste. Elle a déposé une proposition de loi (non adoptée) demandant l’abrogation des permis et interdisant l’exploitation du pétrole de schiste. Les anti-pétrole de schiste pourraient trouver avec la ministre un relais à leur combat. "C’est dans mon portefeuille, concédait hier soir Nicole Bricq. "Je dois aussi m’occuper du développement durable, du nucléaire, etc."

Frédéric Cuvillier, est nommé ministre délégué auprès de la ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie, en charge des Transports et de l'Économie maritime. De son côté, Frédéric Cuvillier, député-maire de Boulogne-sur-Mer, a été hier nommé ministre délégué auprès de la ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, en charge des Transports et de l’Économie maritime. Rédacteur du Défi maritime, document de référence de la campagne socialiste sur la mer, Frédéric Cuvillier va devoir entrer très vite dans le vif du sujet avec plusieurs dossiers chauds : Air France, la SNCM, la réforme de la gouvernance du système ferroviaire français entre Réseau Ferré de France (RFF) et la SNCF...

- Consultez le site du Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie

 Cabinet ministériel

Par arrêté du 31 mai 2012
Sont nommés au cabinet de la ministre :

- Conseillère, chef de cabinet : Mme Laurence Girard.
- Conseillère sociale et juridique : Mme Paquita Morellet-Steiner.
- Conseiller transports, économie maritime : M. Emmanuel Kesler.
- Conseiller diplomatique : M. Paul-Bertrand Barets.
- Conseiller spécial : M. Vincent Monadé.
- Conseiller technique production et mix énergétique, marchés, tarifs : M. Pascal Lignères.
- Conseiller technique énergies renouvelables et réseaux, efficacité énergétique, climat, code minier : M. Christophe Schramm.
- Conseiller technique budget et fiscalité : M. Guillaume Leforestier.
- Conseillère technique eau, santé-environnement, risques et milieux naturels, chasse : Mme Marie Renne.
- Conseillère technique risques technologiques, urbanisme, économie verte, déchets : Mme Diane Szynkier.
- Conseillère technique relations avec les associations environnementales, biodiversité : Mme Maud Lelièvre.
- Conseiller technique chargé des relations avec les élus : M. Yohann Petiot.
- Conseiller technique affaires réservées : M. Nicolas Delaunay.
- Conseillère technique communication, presse : Mme Perrine Duglet.

 Réaction de France Nature Environnement

Dans son appel des 3000, France Nature Environnement (fédération regroupant 3000 associations et 850 000 adhérents) avait appelé de ses vœux la mise en place d’un ministère de l’écologie avec un large périmètre incluant l’environnement, l’aménagement du territoire, le climat, la biodiversité, l’énergie, les transports, la forêt, la mer et la pêche.

Dans un communiqué FNE considère que "Le rattachement de l’énergie au ministère de l’écologie est une très bonne nouvelle. France Nature Environnement regrette néanmoins que le périmètre du ministère soit restreint et n’inclut pas le logement. En revanche, la nomination de Cécile Duflot au ministère du Logement permet d’espérer que celui-ci devienne enfin un levier majeur de la transition écologique à condition d’une forte articulation entre les deux ministères. FNE souhaite également que rapidement, des feuilles de route soient transmises à chacun des ministères, comme le président de la République l’avait annoncé lors du congrès de FNE et répété pendant la campagne, afin qu’ils soient individuellement et collectivement, acteurs de la transition écologique".

"Mobilisée contre les gaz de schiste et à la pointe du combat contre les dispositifs fiscaux nuisibles à la biodiversité, Nicole Bricq a la légitimité pour piloter le ministère de l’Ecologie. Depuis de nombreuses années, elle a engagé un dialogue constructif avec les ONG en général, et avec FNE en particulier".

"Quelle que soit la géométrie du gouvernement, la taille du ministère et la personnalité de la ministre, la mise en œuvre de la transition écologique dépendra beaucoup de la volonté politique du président de la République et du premier Ministre, qui orientera l’action des différents ministères concernés" considère Bruno Genty le président de la fédération.

 Réaction du WWF

Le WWF France salue la nomination de Madame Nicole Bricq, sénatrice de Seine et Marne, à la tête du ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie. "Les équipes du WWF se joignent à leur Présidente, Isabelle Autissier, ainsi qu’à leur Directeur général, Serge Orru, pour présenter à la nouvelle ministre leurs meilleurs vœux de succès.

Ancienne députée, rapporteure générale du budget au sein de la Commission des finances du Sénat et proche du Président de la République, la nomination de Nicole Bricq représente un gage de sérieux et de crédibilité pour mieux intégrer l’environnement au cœur du budget et des politiques publiques.

Le WWF France attend de la nouvelle ministre qu’elle relance le dialogue environnemental avec les ONG à l’origine du Grenelle de l’environnement et qu’elle engage de façon résolue notre pays sur les voies de l’excellence environnementale et du développement humain soutenable, créateurs d’emplois et protecteurs des ressources naturelles.

Dans le cadre de ce quinquennat que nous souhaitons exemplaire, la nouvelle ministre pourra trouver dans le WWF France et ses équipes un partenaire exigeant mais loyal pour les grands rendez-vous nationaux, européens et internationaux à venir et ce dès la conférence de RIO +20".

 Réaction d’Europe Ecologie Les Verts

Pascal Durand, porte-parole d’Europe Ecologie-Les Verts, s’est réjoui mercredi de la place de l’écologie dans le gouvernement, et des nominations de Cécile Duflot (Egalité des territoires, logement) et de Pascal Canfin (ministre délégué, Développement) au gouvernement Ayrault.

"Le Président de la République et le Premier Ministre ont souhaité placer l’écologie au coeur de l’action gouvernementale", affirme-t-il. D’après lui, "le périmètre du Ministère de l’écologie a été confirmé et des responsabilités ministérielles très importantes ont été confiées aux écologistes".

 Réaction du SER

Le Syndicat des Energies Renouvelables propose des mesures d’urgence

Le Syndicat des énergies renouvelables [1] se félicite de l’arrivée de Madame Nicole BRICQ dans un Ministère qui regroupe Ecologie, Développement durable et Energie et affirme sa confiance dans le dialogue qui pourra se nouer entre les services de l’Etat et les professionnels du secteur. Jean-Louis BAL, Président du SER, a déjà eu l’occasion de présenter le Livre blanc des énergies renouvelables à Madame la Ministre, alors Rapporteur générale de la Commission des finances au Sénat.

Dans l’attente du débat énergétique annoncé pour l’automne, auquel le Syndicat des énergies renouvelables souhaite apporter sa contribution la plus active, les professionnels soulignent l’urgence de prendre plusieurs mesures pour enclencher une nouvelle dynamique de croissance :

- Intégrer les énergies renouvelables dans le plan de rénovation des bâtiments, annoncé par le gouvernement, par la mise en place d’outils réglementaires et financiers

- Doubler la dotation du Fonds chaleur finançant notamment les chaufferies bois, le solaire thermique, la géothermie et les réseaux de chaleur EnR

- Stabiliser les coûts à la charge des producteurs d’électricité renouvelable (raccordement, fiscalité) et les dimensionner en fonction des niveaux de tarifs d’achat

- Simplifier et sécuriser le cadre réglementaire et tarifaire, en particulier pour l’éolien terrestre

- Relancer les filières solaire et éolienne, outre-mer, notamment en instaurant des tarifs d’achats adaptés à ces régions

- Lancer, durant le second semestre 2012, le deuxième appel d’offres éolien offshore afin de consolider la filière industrielle naissante

- Doubler le volume cible, aujourd’hui de 450 MW, de l’appel d’offres photovoltaïque, revoir le mécanisme de baisse trimestrielle des tarifs et relever la puissance éligible au tarif d’achat à 250 kW contre 100 kW aujourd’hui

- Lancer un plan de développement de l’hydroélectricité en déterminant rapidement les zones propices pour les nouveaux projets et en optimisant les centrales existantes.

Le SER rappelle l’enjeu majeur que représentent les énergies renouvelables : 25 % de notre consommation énergétique en 2020, 125 000 emplois nouveaux, 3,4 milliards d’euros de solde positif sur la balance commerciale française.

 Les autres ministères

- Cécile Duflot nommée ministre de l’Égalité des territoires et du Logement et François Lamy nommé ministre délégué en charge de la Ville.
- Pascal Canfin : l’économiste écolo devient ministre délégué au développement.

[1Le Syndicat des énergies renouvelables regroupe plus de 500 adhérents, représente un chiffre d’affaires de 10 milliards d’euros et plus de 11 000 emplois. Elle est l’organisation professionnelle qui regroupe les industriels de l’ensemble des filières énergies renouvelables : biomasse (FBE), bois, biocarburants, éolien (FEE), énergies marines, géothermie, hydroélectricité, pompes à chaleur, solaire photovoltaïque (SOLER), solaire thermique et thermodynamique.

Article lu 2194 fois



 

Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
Nombre de visiteurs 9843929

52 visiteurs en ce moment

| Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

Agence MC Cdurable CDURABLE.com

RSSfr

Creative Commons License : Firefox


__________________________________________
Google
Loading
  Maison
La maison durable
  Cdurable.com
Agir pour un monde durable