CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Développement Durable en action
En mars 2011 dans les rayons de votre magasin

Alter Eco lance la première gamme de produits biologiques et équitables "Nord-Nord"

mercredi 12 janvier 2011
Posté par David Naulin

Imprimer Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

Fidèle depuis plus de 10 ans à son engagement pour la défense des petits agriculteurs à travers le monde, Alter Eco s’implique aujourd’hui dans la préservation d’une agriculture biologique française à travers les mécanismes du commerce équitable. Grâce au partenariat mis en place avec la Corab (Coopérative Régionale d’Agriculture Biologique située en Charente Maritime) et le lancement d’une gamme de 5 produits français, Alter Eco souhaite désormais aussi promouvoir une vision alternative de l’agriculture française, respectueuse de la dignité humaine et de l’environnement.



Une ambition : une économie au service de l’homme et non l’inverse

Nos sociétés « modernes » sont confrontées à un tournant majeur et les choix actuellement pris sont clés, sinon cruciaux, pour assurer la pérennité de notre société mais également celle des générations futures. Une partie des problèmes réside dans notre consommation avec une lutte constante pour des prix bas, système cristallisé dans nos choix de production agricole et notre consommation de biens alimentaires. Il devient dès lors primordial de proposer un modèle d’agriculture pérenne respectueux de l’environnement et de l’ensemble des intervenants notamment des agriculteurs et des consommateurs finaux. Un nouveau modèle qui doit également s’appuyer sur des valeurs alternatives, à celui dominant proposé actuellement, avec des solutions concrètes à un système en fin de cycle qui s’est construit pendant les 30 Glorieuses sur la production intensive et la rentabilité comme uniques critères. Si les solutions trouvées à cette époque nous ont portés, elles connaissent actuellement leurs limites. Le monde a changé et il faut adapter nos solutions. Pour Alter eco, ces solutions doivent s’incarner dans une économie responsable avec une dynamique
collective intégrant les parties prenantes.

 Un constat : des enjeux similaires au Sud comme au Nord

L’agriculture dans le monde : Dans les pays du sud, 1 milliard d’agriculteurs (Unesco) n’ont que leurs mains pour travailler, n’ont pas ou peu accès au crédit et encore moins à la formation. Le nombre de ces exploitations et des terres agricoles diminue également à grande vitesse : 30 millions d’hectares de surfaces cultivées sont perdus chaque année (Source : ONU - Août 2010).

Dans les pays du nord et notamment en France, 4,5 millions d’actifs agricoles ont disparu durant le XXème siècle et sur la seule période
1979-2004, leur nombre a été divisé par 3 (Ministère de l’agriculture 2009). Dans les deux cas (au sud comme au nord), un modèle sur des surfaces à taille raisonnable, en polyculture, respectueux de l’équilibre
environnemental, est trop souvent remis en cause par un modèle dominant en monoculture intensive.

Des enjeux similaires au Sud comme au Nord :

  • Une agriculture extensive en compétition avec l’agriculture intensive.
  • Une situation de dépendance, vente en dessous des coûts de production et un appauvrissement chronique.
  • Des producteurs victimes des fluctuations des cours des matières premières.
  • Un manque de soutien et de synergie collective.
  • Des exploitations non pérennes disparaissant de génération en génération.

Des forces similaires au Sud comme au Nord :

  • Une production « agro-écologique » combinant les savoirs ancestraux avec les techniques modernes permettant d’obtenir un modèle agricole durable.
  • Une agro-écologie permettant également d’appréhender la ferme comme un écosystème vivant avec un équilibre à trouver et à tenir.
  • Un mode d’agriculture respectant l’histoire des hommes et favorisant le tissu social.
  • Des produits de qualité supérieure, sains et nutritifs respectant les matières premières.

Convaincu par le fait que la mise en place d’un nouveau système passe par le soutien d’une agriculture biologique et équitable dans les pays du sud mais aussi du Nord, Alter Eco a donc décidé de lancer une gamme de produits issus de l’agriculture française avec la Corab.

 Une réponse : une nouvelle gamme de produits biologiques français

Une gamme qui propose une alimentation saine et riche en nutriments essentiels :

Gamme disponible en magasin : mars 2011

Le choix de l’association entre Alter Eco et la Corab ainsi que les produits choisis résulte d’une réflexion sur l’alimentation notamment dans nos sociétés occidentales.

Cette nouvelle gamme d’aliments propose trois légumineuses (lentilles, haricots blancs et pois cassés) ainsi que deux mueslis composés de flocons de céréales complètes, de fruits secs oléagineux, participe à proposer une alimentation saine et riche en nutriments essentiels.

Les légumineuses sont sources de protéines végétales, de nombreux minéraux et oligo-éléments (magnésium, calcium, fer) ainsi que de vitamines B ; ce sont, grâce à leur richesse en fibres, les sources de glucides ayant l’IG (Index Glycémique) le plus bas (30).
Les céréales complètes, sous forme de flocons sont nos meilleures sources de magnésium, de vitamines B et E ; elles sont, grâce à leur richesse en fibres des sources de glucides, à IG bas : 50 (contre 70 pour des céréales raffinées).
Les oléagineux (amande, noisette et tournesol) sont d’excellentes sources de minéraux (calcium, magnésium, fer) de vitamines B et E , de protéines (15 à 20 %) et de bonnes graisses particulièrement riches en acides gras mono-insaturés et poly-insaturés oméga 6 et oméga 3.

Pour Alter Eco et la Corab, produire et promouvoir à nouveau cette gamme d’aliments en France est un projet cohérent qui permet de revenir à une alimentation saine, nutritive, savoureuse, variée et respectueuse de l’homme et de l’environnement.

 Une coopérative : des producteurs engagés dans l’agro-écologie

Une coopérative : des producteurs engagés dans l'agro-écologie

La CORAB (Coopérative Régionale d’Agriculture Biologique) située à Saint Jean d’Angely en Charente Maritime regroupe 120 producteurs tous engagés dans la production biologique.

Son modèle économique est construit sur quatre axes majeurs :

  • Un projet qui met la qualité produit au cœur de son action : A la fois dans les contraintes que la coopérative peut s’imposer, notamment au travers de la collecte de l’ensemble des quantités à la récolte pour une meilleure maîtrise de la qualité produit ainsi qu’au travers des investissements réalisés (silo, unité de triage…) et au niveau des espèces promues.
  • Un projet de coresponsabilité : La coopérative apporte une visibilité long terme aux producteurs lui permettant d’assumer le choix de cette agriculture familiale en s’engageant à acheter la totalité des volumes récoltés. En échange, le producteur s’engage à vendre la totalité de ses récoltes à la coopérative (exception faite des besoins en autoconsommation et de la vente directe locale).
  • Un projet de relocalisation de l’activité économique : La coopérative promeut un modèle d’intégration verticale dans lequel elle tente de se réapproprier la chaîne de valeur du produit, soit directement (investissement dans le silo, dans une unité de triage de première transformation…) soit en tissant des partenariats de long terme avec des industriels et des distributeurs via la contractualisation pluriannuelle.
  • Un projet nutritionnel : La coopérative promeut un projet de diversité produit au travers d’une offre de 24 espèces qui doit permettre de répondre aux besoins d’une alimentation saine et équilibrée. Les céréales apportent les besoins en fibres, en vitamines, en minéraux et en glucides, les légumineuses apportent les protéines et les oléagineux apportent les lipides.

Un modèle d’agriculture française novateur qui s’appuie sur l’agro-écologie

Le choix des producteurs de la Corab répond d’abord à un choix individuel des producteurs de s’organiser en coopérative pour promouvoir un modèle d’agriculture innovant respectueux de l’homme et de l’environnement respectant les critères de l’agro-écologie avec :

  • La nécessité de travailler une exploitation dans le respect du territoire en intégrant l’histoire et les connaissances empiriques
    avec les savoir-faire modernes. Une modernité qui permet de sortir d’une logique du « tout intensif » mais qui n’empêche pas de
    travailler à augmenter le niveau de productivité naturel des sols et des écosystèmes.
  • La nécessité de réinventer un modèle économique fondé sur la diversification de revenus, avec une ferme conçue comme un
    écosystème avec des principes de polyculture et/ou de polyculture élevage, et une autonomie accrue de l’exploitation.
  • L’intégration de système agricole durable avec une agriculture de conservation permettant notamment l’amélioration des conditions de vie des exploitants à travers trois principes à l’échelle de la parcelle : - le travail minimal au sol – les associations et les rotations culturales – la couverture permanente du sol.
  • Et enfin une agriculture qui n’omet pas et surtout revisite le principe nourricier et civique du métier assurant une continuité dans sa fonction sociétale.

 Un cahier des charges : bien plus que du bio

Un cahier des charges : bien plus que du bio

Des critères liés à l’exploitation : Exploitation 100% biologique - Polyculture et/ou polyculture élevage - Des exploitations à taille raisonnable - Diversité de l’assolement - Rotations pluriannuelles - Principe de la prairie et des inter cultures inclus dans les rotations - 100% des volumes dédiés à la coopérative (exception faite des besoins en autoconsommation et vente directe à l’échelle locale).

Des critères liés à la coopérative : Coopérative 100% biologique - Fonctionnement démocratique - Achat de tous les volumes produits par ses membres - Juste répartition des volumes - Contractualisation pluriannuelle - Préfinancement à la récolte aux adhérents - Offre produit : reflet du travail en polyculture et du projet nutritionnel destiné à garantir un mode d’alimentation sain - Plan de développement à long terme - Mise en place d’un réseau permettant les échanges de compétences et une communication sur les bonnes pratiques agro-écologiques - Lien direct : favoriser les liens les plus directs
possibles entres les producteurs et les consommateurs - Soutien aux nouveaux adhérents - Soutien à la transformation et la valorisation
locale de la production et des savoir-faire alimentaires.

Des critères liés à la qualité des produits : Collecte réalisée 100% à la moisson - Favoriser les variétés rustiques - Valorisation des savoir-faire et des spécificités régionales - Les produits composés biologiques contiennent au moins 95% d’ingrédients biologiques - Mixité produit : la solidarité avec les paysans des autres pays est favorisée. Les produits « nord-sud » sont composés d’au minimum 50% d’ingrédients respectant le présent cahier des charges. Les 50% restants peuvent être constitués d’ingrédients bio et équitables respectant les exigences d’Alter Eco - Interdiction de produit contenant des OGM au seuil de détection analytique, soit 0,1% (espèces à risque OGM en Europe : maïs, soja, colza, riz et lin) - Les ingrédients à risque OGM qui sont non bio, ne sont pas utilisés dans les recettes (ex :
lécithine de soja conventionnelle).

Des critères liés aux prix, aux volumes et à la transparence : Le prix minimum garanti par Alter Eco couvre au minimum la valeur intrinsèque du produit incluant les coûts de production et les frais de la coopérative, et prend en compte la moyenne du prix de chaque produit pris sur plusieurs années - Préfinancement : Alter Eco préfinance à la
signature du contrat - Prime : la prime versée peut être utilisée à des
fins d’investissement pour les outils de production, d’aide aux nouveaux adhérents et pour l’équipement - Les céréales et légumineuses proviennent à 100% de la coopérative partenaire - Transparence économique des différents acteurs de la filière - Prix de vente consommateur indicatif indiqué sur www.altereco.com.

 En conclusion : promouvoir de nouveaux modèles économiques, sociaux et environnementaux

La défense d’un modèle d’agriculture passe par la mise en avant des produits issus de cette agriculture mais également par les consommateurs qui choisissent ces produits. Le levier sensibilisation est donc clé notamment au niveau de la dignité humaine et environnementale ; sans oublier la qualité gustative supérieure de ces produits et les bénéfices pour notre santé. Proposer des solutions concrètes et efficaces permet également de prévenir à court et moyen terme les risques économiques, sociaux et environnementaux auxquels nous devons faire face.

C’est également un projet sociétal avec l’intégration et le partage de l’ensemble des parties prenantes autour d’un même projet. Vision qui doit s’inscrire dans une dynamique territoriale et par la même préserver un art de vivre culinaire et les histoires des hommes autour de ces produits.

Un projet qui doit également déboucher sur des réflexions plus larges : quels rôles et missions des agriculteurs dans notre société ? Quelle alimentation pour une société équilibrée ? En espérant relever le défi de faire place à une agriculture florissante maintenant nos terres fertiles pour notre génération et celles de nos enfants.

Article lu 2419 fois

lire aussi :
  • L’Agriculture Bio en danger !
  • Du consommateur au consom’acteur


  •  

    Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
    Nombre de visiteurs 9985170

    54 visiteurs en ce moment

    | Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

    Agence MC Cdurable CDURABLE.com

    RSSfr

    Creative Commons License : Firefox


    __________________________________________
    Google
    Loading
      Maison
    La maison durable
      Cdurable.com
    Agir pour un monde durable