[CDURABLE.info l'essentiel du développement durable] : Plus d’amour et moins de prospectus dans les boîtes aux lettres
Plus d’amour et moins de prospectus dans les boîtes aux lettres
samedi 5 février 2011
par David Naulin

L’observatoire du Hors Média (OHM), présidée par Dominique Scalia, qui regroupe entre autres les principaux distributeurs de prospectus, distribue en ce moment, dans 13 millions de boites aux lettres, un message de promotion du gaspillage de papier, qui cherche à faire croire aux français que plus il y a de prospectus, plus on est heureux. "Comment vivrait-on dans un monde sans amour et zéro papier ?" demande sournoisement l’OHM aux citoyens. Les associations telles que France Nature Environnement (FNE) s’insurgent contre cette tentative ridicule de désinformation et réaffirment s’il est besoin quelques vérités. Explications.

L’incroyable campagne de l’observatoire du Hors Média

Avec cette campagne "d‘information", l’Observatoire du Hors Media, qui réunit des acteurs de la filière de la communication papier (producteurs, imprimeurs, transporteurs, distributeurs, graphistes…), souhaite "en finir avec les idées reçues" interpellant le lecteur de façon on ne peut plus directe : "... et si je m’étais trompé, et si on m’avait trompé !" Et affirme sans complexe que le papier est un "produit naturel, renouvelable, recyclable, non toxique et biodégradable, tout en étant particulièrement efficace comme support de transmission d’une information, puisque 92% des français lisent les prospectus qu’ils reçoivent et 65% ont effectué un achat après l’avoir reçu..." Télécharger au format PDF ce prospectus (il faut le lire pour le croire) en cliquant ici.

L'OHM l'affirme "dans un monde sans papier, il y aurait moins de forêts, plus de CO2, moins de prospectus..."

De là à dire que "j’aime le prospectus", il n’y a qu’un pas à faire qu’OHM franchit sans complexe, en proposant un petit quizz très instructif... Parmi les questions/réponses inscrites sur ce prospectus :

"QUESTION : pour faire ce prospectus à 13 millions d’exemplaires, combien d’arbres aura t-il fallu abattre : 800 / 125 / 0 ?"

"RÉPONSE : 0. En France comme en Europe, pour fabriquer de la pâte à papier, l’industrie papetière utilise comme matière première soit du bois (40%), soit des papiers et des cartons récupérés qui sont recyclés (60%). Quand on a recours à du bois, il provient essentiellement des coupes d’entretien pratiquées en forêt (70%) ainsi que des chutes de l’activité de sciage (30%). Les papiers et cartons recyclés proviennent quant à eux, du tri quotidien des particuliers et des entreprises."

Des questions/réponses étonnantes

Il existe un site dédié à cette campagne (www.monprospectus.com), consultez-le en cliquant ici. Nous vous invitons à communiquer vos réactions en utilisant leur formulaire contact en cliquant ici.

La réponse de France Nature Environnement

- Gaspiller le papier n’aide pas à lutter contre l’effet de serre : Si le papier permet de séquestrer temporairement le carbone, sa fabrication,son impression et son recyclage nécessitent la consommation de matières premières et d ?énergie. Pour être au final au mieux recyclé, au pire incinéré ou enfoui. Le bilan C02 est donc négatif.

- La consommation de papier a un impact sur l’environnement : Pour l’OHM, le papier est "naturel, non toxique et biodégradable". C’est oublier un peu vite que le cycle de fabrication utilise des produits qui le sont moins : agents de blanchiments, encres… Seul un papier sur deux est recyclé, mais le recyclage a lui aussi un impact environnemental, par exemple par, sachant que l’activité de désencrage utilise des produits chimiques et génère des boues de désencrage.

- Les prospectus ne favorisent pas le pouvoir d’achat. La publicité est faite pour inciter les consommateurs à consommer plus. Prétendre le contraire est une ineptie. Pour preuve, les nombreux ménages endettés, attirés par les publicités et étranglés par de multiples crédits à la consommation. Un ilot de perte dans un océan de profit. Tel est le crédo des grandes surfaces.

- Le marketing direct (dont les prospectus) nous coûtent 10 milliards d’euros annuels. Le budget annuel consacré au marketing direct est de 10 milliards d’euros. Ce qui représente 350 euros par foyer et par an. Ces 350 € par foyer sont au final payés par les consommateurs... une bonne raison de réduire les gaspillages !

Pas de pub Alors que le Grenelle de l’Environnement a fixé pour objectif de réduire nos déchets de 7% en 5 ans et que différentes enseignes commerciales ont déjà modifié leurs pratiques (c’est, par exemple, le cas de l’enseigne botanic qui a cessé de diffuser des prospectus en boîtes aux lettres et des magasins Leclerc qui ont annoncé la suppression de ces mêmes prospectus en 2020), l’OHM adopte une attitude irresponsable et provocatrice en encourageant à consommer toujours plus de papier. FNE en appelle au bon sens des citoyens. Avec un autocollant stop-pub, nous pouvons vivre avec plus d’amour, et moins de prospectus...

Agir : moins de prospectus dans sa boîte aux lettres, c’est possible

L’ADEME le rappelle sur son site : les courriers non adressés correspondent en moyenne chaque année à 35 kg par foyer à la charge des collectivités qui la répercute sur nos taxes ordures ménagères...

Pour ceux qui ne lisent pas les imprimés non adressés, et désirent ne plus les recevoir dans leur boîte, il est possible d’apposer sur sa boîte aux lettres un autocollant ou une étiquette, mentionnant le refus de recevoir ces imprimés. Ces autocollants mentionnent en général le souhait de continuer à recevoir l’information de sa collectivité.

StoPub Par exemple, France Nature Environnement a réalisé un autocollant en partenariat avec l’association départementale la FRAPNA Drôme : StoPub. 100 StoPub, c’est 4 tonnes de papier évitées et 400€ d’économies sur les frais de collecte et de traitement des déchets. FNE a réalisé une calculette pour estimer le budget annuel consacré par sa collectivité à l’élimination des courriers non adressés. Faites votre calcul en cliquant ici.

Vous pouvez commander ces autocollants auprès de France Nature Environnement en cliquant ici. Vous pouvez aussi le télécharger en cliquant ici.