CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Humain - Contribution Sociale > Réseau des acteurs du DD > Citoyenneté
ALTERNATIVES

Mouvement Zeitgeist Francophone : dans l’air du temps

Passer de la crise des dettes exponentielles à une gestion responsable de l’abondance des ressources

mercredi 3 juillet 2013
Posté par Cyrille

Imprimer Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


 Les chemins de la transition

Par Aurélien Vernet - Interface Conscience

Notre époque est secouée par une série de crises systémiques. Ces dernières ne sont pas insurmontables, mais leur enchaînement nous montre progressivement les limites de notre organisation sociétale aux niveaux économique, social et environnemental.

Pour ceux qui en doute encore, je les encouragent à regarder le magnifique article « Timelapse » qui signifie en français « saut dans le temps ».

PNG - 528.7 ko
Timelapse de la planète terre

- Nous avons déjà toutes les solutions ! (le meilleur du développement durable (2))

Nous avons déjà l’ensemble des solutions qui nous permettent d’effectuer la transition vers un système politique, économique et sociale soutenable, voire durable. La transition écologique en somme…

Pourtant de nombreuses personnes continuent de voir uniquement les contraintes, et refusent de prendre en considération les changements de direction possibles et souhaitables ! Pour répondre à ces nombreux déclinistes, il est temps de rassembler l’ensemble des initiatives positives émergentes.

Nous sommes en train de prendre conscience du verrouillage intellectuel de notre société à travers les doctrines dominantes concernant l’économie, la politique, les médias de masse, les idéologies nauséabondes…

PNG - 165.9 ko

Il faut se méfier des voies miraculeuses évoquées par certains, qu’elles soient spirituelles, sociales ou technologistes, non pas qu’elles soient toutes mauvaises, mais simplement parce qu’elles ont tendances à occulter le fait que les solutions sont déjà là et qu’il n’est pas nécessaire pour réussir de chercher des voies de rupture. Si ces ruptures technologiques, sociales ou spirituelles ont lieu dans les années à venir, elles ne feront qu’accélérer les processus déjà en cours, à condition qu’ils aient été lancés avec dynamisme en attendant.

Comment faire la transition vers un système équilibré, non destructif, stable, sain, serein, joyeux ?

Un certain nombre de scénarios, élaborés patiemment et indépendamment des pouvoirs politiques et économiques classiques, permettent d’entrevoir les chemins qui pourraient mener notre société vers une évolution positive, individuellement et collectivement.

Le premier élément à intégrer, c’est que nous avons suffisamment de ressources pour permettre à tout le monde de vivre décemment, y compris lorsque nous aurons atteint le pic de population mondial.

Nous serons au maximum 11 milliard d’humains sur terre selon les prévisions de l’ONU !

Les solutions existent et nous les avons déjà toutes ! Elles ne sont pas supposées, ou rêvées, elles sont déjà efficaces et ne demandent qu’à être mises en oeuvre à grande échelle.

Après notre article concernant les solution existantes, un peu en vrac, je me permet d’enchérir sur le sujet avec une liste de document issus d’organismes indépendants et sérieux :

 Ces Études Poussées Sur Le Sujet Nous Montrent Le Chemin

Commençons par les conditions matérielles de la vie des humains, en premier lieu, il convient de concevoir les sytèmes agricoles permettant à tous de se nourir sans appauvrir les sols, ni polluer à l’extrême l’environnement, les nappes phréatiques, assécher les rivières…

Le scénario AFTERRE trace le chemin vers une agriculture très productive et très respectueuse de l’environnement, en appliquant certains principes de bon sens, et d’autres issus de l’agroécologie. Il ne s’agit pas d’un scénario dogmatique, puisqu’il ne s’interdit pas de manière absolu l’utilisation d’engrais ou de pesticides, mais il envisage de manière crédible une utilisation multiples des sols permettant de maximiser les rendements en équilibrant les cultures.

Un exemple de l’utilisation des sols dans le scénario AFTERRE :

chemin2

L’évolution de la consommation de produits alimentaires,
vers moins de produits carnés et une augmentation des protéines végétales :

chemin3

Une fois que la question de la nourriture est réglée, il faut s’attacher aux ressources énergétiques : c’est là que le scénario Negawatt entre en jeu. Partant des éléments et des technologies actuels, ce scénario trace une voie de transition énergétique et écologique à l’horizon 2050 :

chemin4

Schéma simplifié 2010 :

chemin5
Schéma simplifié 2050 :

chemin6

Il est intéressant de voir que ces deux premiers scénarios sont actuellement en train d’évaluer leurs convergences. Peut-être assisterons-nous à une fusion des deux scénarios à terme, vers une démarche prospective globale de notre système.

Afterres2050 Et NégaWatt 2011 : Les Convergences

Le scénario négaWatt 2011 et le scénario Afterres2050 de Solagro reposent sur des fondamentaux similaires : partir des besoins, appliquer la sobriété, l’efficacité, le recyclage ou la valorisation des ressources renouvelables, etc.

Parmi les points d’interface :

  • Afterres2050 fournit à négaWatt la quantité de biomasse mobilisée pour l’énergie. Bois, biogaz, carburants, représentent 40% de l’énergie finale en 2050. Le principal carburant utilisé en 2050 sera le méthane, issu de biogaz et de bois via la gazéification puis la méthanation.
  • Le scénario Afterres 2050 complète négaWatt en matière d’agriculture et de forêt : il traite la majorité des gaz à effet de serre hors CO2 énergie (méthane et protoxyde d’azote d’origine agricole) et des puits de carbone (forêts et sols agricoles).
  • Les besoins en matériaux (bois de construction, papier, paille, etc.) sont définis à partir du programme RENOV de négaWatt (construction et rénovation des bâtiments).
  • Inversement, la production d’engrais azotés et la consommation d’énergie de l’agriculture issue d’Afterres2050 est versée aux « tableurs et scénario » négaWatt.

Au final, un beau travail de collaboration, qui se poursuit.

Maintenant que nous avons vu que les conditions purement matérielles pouvaient être satisfaites pour tout le monde, il faut compléter le tableau avec les transformation de notre système économique et sociale.

On assiste à l’émergence d’un certain nombre de pratiques permettant aux individus de minimiser leurs dépenses tout en ayant accès à des biens ou des services de haute qualité. Il s’agit de la vague de la consommation collaborative qui permet d’envisager la richesse et la propriété sous un angle légèrement différent permettant à chacun à travers la redécouverte de la richesse collective et de l’échange sociale, de bénéficier de bien plus de chose que si l’on reste un « agent économique » solitaire. Cela nous amène naturellement vers l’économie du partage, popularisée par le mouvement du logiciel libre notamment : si tu copies un logiciel libre tu t’enrichis de ce logiciel et grâce à ce logiciel, tu n’as privé personne de son utilisation, tu n’as pas appauvris son propriétaire, car nous en sommes propriétaire collectivement. Le logiciel a éventuellement des auteurs, mais cela s’arrête là…

 

chemin7

Ces même principes sont applicables à l’ensemble des idées, il n’est plus nécessaire de breveter des idées, mais d’organiser les modalités de leur réalisation. Plus les idées sont partagées, plus il est facile de connecter les opérateurs économiques entre eux afin de dynamiser la réalisation…

L’économie circulaire propose de transformer les déchets en matière première réutilisée pour la conception des produits ou pour d’autres utilisations. En d’autres termes, ne plus créer de résidus que les systèmes industriels et naturels ne puissent absorber. La boucle est bouclée. Cela représente bien entendu un gain de compétitivité énorme pour les industries qui ont une maîtrise de leurs flux de matières premières.

chemin8

Il faut rapprocher le concept d’économie circulaire de celui d’écologie industrielle.

Dans les stratégies économiques et sociales en rupture radicale avec le climat de pensée actuel, un concept fort est en voie de concrétisation à travers le lancement d’une initiative citoyenne européenne et d’une initiative fédérale en Suisse.

 

chemin9

Ce concept, c’est celui du revenu de base, qui porte différents noms selon les penseurs qui l’évoquent. La définition choisie par le mouvement français pour le revenu de base est la suivante :

Le revenu de base est un droit inaliénable, inconditionnel, cumulable avec d’autres revenus, distribué par une communauté politique à tous ses membres, de la naissance à la mort, sur base individuelle, sans contrôle des ressources ni exigence de contrepartie, dont le montant et le financement sont ajustés démocratiquement.
chemin10

 

Les impacts en terme sociétaux sont immenses. La notion même de travail en est bouleversée. Il n’est plus nécessaire d’accepter n’importe quel travail pour vivre. La négociation entre employeurs et employés est rééquilibrée, les emplois pénibles sont revalorisés. La misère économique disparaît. L’instauration d’un revenu de base aurait pour effet de libérer l’innovation et la créativité et donc la création de valeur économique et sociale.

Dans un monde où le travail disparaît alors que la richesse totale ne cesse d’augmenter, la solution paraît évidente : il faut partager la richesse !

chemin11
Les deux derniers éléments que j’évoquerai dans cet article sont plus généraux.

Le concept d’éducation populaire n’est pas nouveau, il vise à donner, en dehors du circuit scolaire ou institutionnel, un accès aux savoirs et à la culture, pour l’ensemble des individus, quel que soit son extraction sociale.

Cette éducation, plus libre, capable de s’affranchir du carcan institutionnel et de ses limites, est l’une des conditions indispensables de l’évolution de notre société. L’école tend malheureusement à reproduire les distinctions sociales, sélectionne une élite, et lui donne les clés pour gouverner. L’éducation populaire vise quand à elle à donner à tous, sous la forme qui lui convient le mieux, les clés de sa propre réussite, de l’accomplissement de ses projets. Elle questionne également les bases sociales et civiques qui fondent notre société.

Si vous souhaitez approfondir, la SCOP Le Pavé détaille très bien ces concepts dans ses conférences gesticulées.

Je voudrai également évoquer une démarche très intéressante qui se décline sur 3 axes :

  • celui des comportements individuels,
  • celui du mode de fonctionnement des organisations,
  • celui des politiques et des institutions.

Il s’agit du Pacte civique, qui, à travers 32 engagements relativement simple, trace la voie vers une société équilibrée et solidaire. Ces engagements concernent les individus eux-même et leurs modes de fonctionnement collectifs au sein des organisations.

 

chemin12

 

L’apparition de nouvelles formes de gouvernance et la volonté de transformer nos vieux schémas démocratiques. Qu’il s’agisse de pousser à la transparence de nos élus ou d’obtenir facilement les informations dont dispose l’Etat, nous assistons à une transformation progressive de la conception de gouvernement.

chemin13

Des projets émergent, en ayant pour objectif de rendre la place aux citoyens dans le débat démocratique :

  • Parlement et citoyens, innove et propose aux parlementaires de co-construire la loi avec les citoyens.
  • Démocratie Durable permet aux citoyens de proposer des projets et fournit une base de projets aux élus, locaux comme nationaux.
  • Des développeurs sont en train de concevoir des logiciels libres permettant de faire de la démocratie directe à l’échelle d’un pays.
  • D’autres sont en train de fabriquer les logiciels permettant de s’affranchir des contraintes techniques permettant de brider le réseau Internet.
JPEG - 34.3 ko
Aurélien Vernet

En conclusion, bien que cet article ne vise pas à l’exhaustivité, lorsque l’on se retrouve face à la morosité ambiante, il faut promouvoir les idées positives déjà présentes et en cours de mise en oeuvre. Ces engagements positifs sont, j’en suis convaincus, le terreau fertile du monde de demain.

Aurélien Vernet - Interface Conscience

 



logo tzm fr

 Présentation en vidéo

 Zeitgeist : Moving Forward

Zeitgeist : Moving Forward (Aller de l’avant), réalisé par Peter Joseph, est un film documentaire qui présente un argumentaire en faveur d’une transition qui déboucherait sur l’abandon de l’actuel paradigme socio-économique qui gouverne toutes les sociétés du monde. Ce film transcende le relativisme culturel ainsi que les idéologies traditionnelles et se focalise sur les principaux attributs humains et sociaux, ce « terreau vivant ». Le nouveau paradigme social durable qu’il prône, appelé "économie basée sur les ressources", s’inscrit dans le respect des lois immuables de la nature.

Apparaissent dans ce film des experts dans les domaines de la santé publique, de l’anthropologie, de la neurobiologie, de l’économie, de l’énergie, de la technologie, des sciences humaines et autres domaines ayant trait au fonctionnement socio-culturel. Ses trois thèmes centraux sont le comportement humain, l’économie monétaire et les sciences appliquées.

Dans son ensemble, cette œuvre engagée constitue un modèle de compréhension du paradigme social actuel et explique pourquoi il est impératif d’en sortir. La nouvelle approche sociale radicale, mais néanmoins pratique, qu’elle propose, est fondée sur des connaissances avancées qui permettraient de résoudre les problèmes sociaux auxquels le monde est aujourd’hui confronté.

Une des caractéristiques uniques de ce film, qui le différencie en termes de style de la plupart des autres documentaires, est qu’il exploite en parallèle un thème cinématique/dramatique dans le cadre duquel figurent de véritables acteurs qui jouent différentes scènes abstraites liées au message général du film. Il utilise également avec force de nombreux effets visuels et de l’animation en 2D et 3D, et n’a donc recours que ponctuellement aux caractéristiques traditionnelles des films documentaires.

- Pour télécharger gratuitement le film

 Zeitgeist : Addendum

Le documentaire Zeitgeist : Addendum est le deuxième film de Peter Joseph, suite de Zeitgeist, The Movie, sorti en 2007. Après le succès inattendu de son premier opus, le réalisateur à poursuivi ses recherches pour proposer une alternative viable aux problèmes de société actuels.
Loin de se cantonner à des exemples précis, ce film incite chaque téléspectateur à se renseigner de lui-même sur les différents aspects de notre société et à se forger sa propre opinion.

 Déclaration de principe

Fondé en 2008, le Mouvement Zeitgeist est une organisation qui plaide pour la construction d’un monde durable et véhicule un activisme local et des actions de sensibilisation par le biais d’un réseau de branches nationales et régionales, d’équipes de projets, d’évènements annuels, de médias et d’œuvres caritatives.

Les principes fondamentaux du Mouvement incluent la reconnaissance que la majorité des problèmes sociaux qui gangrènent actuellement l’espèce humaine ne sont pas uniquement le fruit d’une corruption institutionnelle, de la rareté, de manœuvres politiques, d’un défaut de «  la nature humaine » ou d’autres causes communément évoquées au sein de la communauté activiste. Le Mouvement reconnaît en revanche que les problèmes tels que la pauvreté, la corruption, l’effondrement économique, l’accès au logement, la guerre, la famine, etc. sont autant de « symptômes » provenant d’une structure sociale dépassée.

Bien que des réformes intermédiaires, de même qu’un soutien durable des individus composant la société, présentent un intérêt pour le Mouvement, l’objectif défini ici est la mise en place d’un nouveau modèle socio-économique basé sur la gestion technique et responsable des ressources, leur allocation et leur distribution selon ce qu’on pourrait appeler « la méthode scientifique » pour analyser les problèmes et trouver des solutions optimisées.

Ce « Modèle Économique Basé sur les Ressources » vise à appliquer à l’organisation sociale une approche technique directe, en opposition à une approche monétaire ou politique. Il s’agit d’actualiser le fonctionnement de la société pour intégrer les méthodes éprouvées les plus avancées que la science peut offrir, en laissant derrière nous les conséquences destructrices et les inhibitions paralysantes générées par notre système d’échanges monétaires, de profits, de corporations et par d’autres éléments systémiques et motivationnels.

Le Mouvement est fidèle à un cheminement de pensées et non à des personnes ou à des institutions. Autrement dit, le point de vue soutenu est qu’en utilisant des études sociologiques ciblées et des connaissances vérifiées par la science et la technologie, nous sommes désormais capables d’arriver logiquement à une organisation sociétale qui serait nettement plus apte à répondre aux besoins de la population humaine. À vrai dire, tellement plus, qu’il n’y a que peu de raisons de supposer que la guerre, la pauvreté, la plupart des crimes et beaucoup d’autres effets de la pénurie basés sur l’argent, qui sont très courants dans notre modèle actuel, ne puissent être résolus à terme.

La portée des campagnes d’activisme et de sensibilisation s’étend du court au long terme. La vision à long terme, qui est la transition vers un Modèle Économique Basé sur les Ressources, est constamment recherchée et exprimée, comme nous l’avons évoqué précédemment. Cependant, sur le chemin qui y mène, le Mouvement reconnaît aussi la nécessité de réformes transitoires, en lien direct avec la population.

Par exemple, bien qu’une « réforme monétaire » ne soit pas une fin en soi selon le Mouvement, nous reconnaissons l’intérêt d’une telle approche législative dans le contexte de la transition et du temps nécessaire à sa mise en œuvre. De même, bien que les collectes de nourriture et de vêtements et autres projets pour porter secours à ceux qui sont actuellement dans le besoin ne soient pas considérés comme des solutions à long terme, nous reconnaissons l’intérêt de ces démarches qui n’empêchent pas une évolution des consciences.

Par ailleurs, le Mouvement Zeitgeist n’est rattaché à aucun pays ni à aucune plateforme politique traditionnelle. Le Mouvement Zeitgeist considère le monde comme un seul système et l’espèce humaine comme une seule famille et reconnaît que toutes les nations doivent démanteler leurs armements de même qu’apprendre à partager ressources et idées si nous souhaitons perdurer. Ainsi, les solutions auxquelles nous parvenons visent à aider toutes les personnes sur la planète Terre et non un groupe restreint.

 Changer de regard

 La Charte du Monde Libre

La Charte du Monde Libre est une déclaration de principes ayant le potentiel d’optimiser les conditions de vie sur Terre pour toutes les espèces, d’éradiquer la pauvreté et l’avidité et de favoriser le progrès.

Ces dix brefs principes, qui ne sont rattachés à aucune politique ou religion, pourraient constituer les bases d’une nouvelle société plus avancée qui n’utiliserait aucune monnaie, serait libre et gratuite, équitable et durable. Ils reposent uniquement sur la Nature, le bon sens et la survie.

La Charte du Monde Libre est désormais largement considérée comme une progression logique suite à l’échec des mécanismes de la société actuelle, et une étape naturelle de notre évolution.

Cette charte propose dix principes fondamentaux sur lesquels fonder une toute nouvelle société mondiale reposant sur l’équité, le bon sens et la survie. S’ils sont respectés, ces principes réaliseront dans une juste mesure l’égalité entre les hommes, réduiront la souffrance et l’injustice, créeront une société collaborative encourageant le progrès et la technologie, tout en garantissant un monde sain, diversifié et durable pour l’ensemble des espèces.

Voici le détail de ces dix principes fondamentaux :

- 1. La principale préoccupation de l’humanité est le bien commun de l’ensemble des espèces vivantes et de la biosphère

Les êtres humains, les animaux et les plantes font partie intégrante de la nature et de cette biodiversité. Nous ne sommes ni en dehors ni au-dessus d’elle. Toutes les espèces de notre planète sont liées les unes aux autres, et dépendent directement et indirectement les unes des autres pour leur survie.

L’impact physique de l’humanité sur le monde est désormais si grand que nous devons faire preuve de sagesse et de responsabilité. Toute décision doit désormais tenir compte, non seulement de nos besoins, mais aussi de ceux de toutes les espèces.

- 2. La vie est précieuse sous toutes ses formes, et doit pouvoir librement s’épanouir au sein d’un bien commun global

La vie est un phénomène incroyable et notre planète est jusqu’à présent le seul endroit où on l’a trouvé, ce qui en fait une chose particulièrement rare et belle qui devrait être chérie et respectée.

Cela étant, la vie est aussi nourriture, et les espèces existantes dans notre monde forment une chaîne alimentaire complexe. Pour la préserver, et donc préserver la biodiversité et assurer notre survie, nous devons respecter le bien commun de toutes les espèces lors de nos interactions avec l’une d’elles.

- 3. Les ressources naturelles de la Terre appartiennent à l’ensemble de ses habitants, et doivent être librement partagées dans le respect du bien commun

Chaque être vivant sur cette planète a automatiquement droit à une part des ressources naturelles de la Terre, et peut les utiliser pour mener une existence saine et épanouissante sans obligations ou subordinations à tout autre être.

Du fait de sa taille et de son mode de vie complexe, l’humanité a le devoir particulier de ne pas surexploiter les ressources naturelles ou de les utiliser plus que nécessaire pour entretenir un mode de vie satisfaisant et sain, respectueux du bien commun.

- 4. Chaque personne est un membre égal de la communauté humaine mondiale et un citoyen libre de la Terre

Les divisions sociales, idéologiques et géographiques entre les personnes sont des barrières dénuées d’une base physique et naturelle. Elles devraient disparaître pour favoriser le bien-être commun et pour la survie de la société dans son ensemble.

D’une manière générale, nous avons tous des besoins et désirs similaires. Avec une coopération universelle et un accès juste et égalitaire, nous pouvons tous exercer nos potentiels et nos talents plus efficacement pour atteindre des objectifs communs.

- 5. Notre communauté repose sur l’esprit de collaboration et la compréhension de la nature, pourvus par l’éducation de base

Tout enfant qui reçoit une éducation utile et pertinente sur le fonctionnement de la nature, du monde et de la vie en communauté, rendra en définitive les meilleurs services à ce monde et à cette communauté. L’éducation traditionnelle, imposée et centrée sur la carrière professionnelle, est devenue une force considérablement destructrice.

Ultimement, l’éducation remplacera la régulation sociale qui ne constitue en fait qu’un système brut de maintien de l’ordre. L’idée est qu’un enfant comprenant pleinement pourquoi il n’est pas acceptable d’agir d’une certaine façon est infiniment mieux paré qu’un enfant qui ne connaît que la crainte de la punition.

- 6. Notre communauté offre à tous ses membres les éléments nécessaires à une vie saine, épanouissante et durable, en toute liberté et sans obligations

Toute personne devrait se voir garantir les meilleures conditions de vie techniquement possibles sans recours à l’argent, aux échanges ou à l’endettement. Il n’y a plus de besoin logique de le faire. Cela s’explique par notre maîtrise des technologies et la facilité avec laquelle nous pouvons produire des biens pour nous-mêmes.

Toutes les formes de dette et de subordination freinent non seulement le progrès, mais sont désormais complètement superflues. La souffrance humaine est presque entièrement imputable à un système d’échanges dépassé.

- 7. Notre communauté respecte les limites de la nature et ses ressources, en s’assurant que leur utilisation et gaspillage restent minimaux

Nos ressources sont limitées soit par leurs quantités en termes absolus soit par le temps requis pour les gérer et les remplacer. Dans tous les cas, nous devons les utiliser avec sagesse pour préserver l’environnement et gérer leur approvisionnement.

En outre, nous devons minimiser notre accumulation de biens rarement utilisés et la quantité de déchets non réutilisables que nous produisons, qui influent directement sur notre environnement. Plus nous préservons notre monde, meilleures seront nos chances de survie dans le temps.

- 8. Notre communauté tire essentiellement ses solutions et avancées de l’application de la logique et des meilleures connaissances disponibles

Dans une nouvelle société dénuée d’inhibiteurs et de contraintes financières, les plus grands défis qu’affrontera l’humanité seront techniques. Par exemple : comment fournir suffisamment de nourriture, d’eau, de logements, d’énergie, de matériaux, et assurer un niveau de vie élevé de manière durable pour chacun ?

Contrairement aux politiques traditionnelles et à la spéculation, la méthode scientifique est un système solide et éprouvé de résolution de ces problèmes techniques, s’appuyant simplement sur les faits et la logique, avec une référence commune à travers toutes les cultures et les langues.

- 9. Notre communauté reconnaît son obligation d’attention et d’empathie pour les membres qui ne sont pas en mesure d’apporter leur contribution

Les personnes qui, pour une quelconque raison, sont dépendantes ou ne peuvent pas apporter leur contribution à la société, peuvent bénéficier de toute la diligence, les égards et les soins possibles apportés par le reste de la communauté, sans obligation.

De plus, en tant que futurs contributeurs à la communauté, il est essentiel que nous transmettions autant de connaissances utiles que possible à nos enfants, de façon à stimuler leur créativité, leur intellect et leur développement en général pour assurer le progrès futur.

- 10. Notre communauté reconnaît sa responsabilité de maintenir une biosphère diversifiée et durable pour les générations futures

Nous devons nous rappeler que nous ne partageons pas seulement notre planète avec d’autres personnes, animaux et plantes, mais aussi avec les graines de ce que seront les personnes, animaux et plantes du futur, qui vivront et grandiront ici un jour.

Ces êtres, qui n’ont pour l’instant pas de voix ou d’influence, ont tout comme nous droit à la vie. Il est dans l’intérêt de toutes les espèces de laisser le monde aux générations futures comme nous l’avons trouvé, voire meilleur c’est-à-dire dans un état de progrès sain et durable.

- La Charte du Monde Libre



Article lu 1461 fois

lire aussi :
  • Consommation collaborative :
    entre tradition et modernité
  • MADE IN LOCAL - Emploi, croissance, durabilité : et si la solution était locale ?
  • Business as unusual : qu’est-ce que la lucrativité limitée ?


  •  

    Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
    Nombre de visiteurs 9971394

    62 visiteurs en ce moment

    | Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

    Agence MC Cdurable CDURABLE.com

    RSSfr

    Creative Commons License : Firefox


    __________________________________________
    Google
    Loading
      Maison
    La maison durable
      Cdurable.com
    Agir pour un monde durable