CDURABLE
Cdurable
CDURABLE.info sélectionne, depuis 15 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
eau & biodiversité

Biosourcer l’achat public : un levier stratégique pour décarboner

jeudi 24 novembre 2022.
Imprimer

Dans le cadre du Salon des Maires, la filière industrielle, en partenariat avec la Direction générale des Entreprises du Ministère de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, présente les actions mises en œuvre pour favoriser la commande publique des produits de peinture et de détergence biosourcés.

Des produits plébiscités par les Français 
L’Association Chimie Du Végétal (ACDV) a confié à l’institut IFOP le soin de réaliser une enquête d’opinion auprès d’un échantillon représentatif de la population française. Objectif : mesurer l’appétence des Français pour les produits biosourcés. Les résultats confirment nettement leur attrait pour ces produits innovants qu’ils identifient comme autant de solutions favorables à la transition écologique et à la relocalisation industrielle.
lesproduitsbiosources.fr

Stratégie nationale d’accélération des produits biosourcés et des biotechnologies industrielles : favoriser la commande publique pour les produits biosourcés

Cette expérimentation s’inscrit dans la stratégie nationale dédiée aux produits biosourcés, annoncée par le Gouvernement le 10 décembre 2021, avec la volonté politique d’accélérer le développement des biotechnologies industrielles françaises et la fabrication de produits biosourcés, en soutien des ambitions du plan France 2030.

Pour répondre à cette ambition, les industriels fabricants des produits de peintures décoratives et de produits de détergence ont travaillé pour faciliter la commande publique de produits biosourcés. Cette expérimentation doit permettre d’accélérer la décarbonation de l’achat public, en favorisant l’adoption des produits biosourcés durables pour ces deux catégories de produits.

En coordination avec la Direction générale des entreprises, la filière des produits biosourcés a développé en 2022 des documents de communication, des guides techniques de filière et un référencement des produits biosourcés via une plate-forme dédiée sur l’AgroBioBase. Ces éléments pourront notamment être partagés auprès de la communauté des achats durables, la plate-forme d’échanges RAPIDD.

A cette occasion, les représentants de l’Etat et de l’industrie se sont exprimés :

Gary Norden, chef de projet à la Direction générale des entreprises : « La commande publique est un levier essentiel de la politique de l’État en matière de développement durable. Elle doit tenir compte notamment de la performance environnementale des produits, en particulier de leur caractère biosourcé. Le développement de produits biosourcés en France contribue en effet à la souveraineté du pays ainsi qu’à l’atteinte des objectifs environnementaux, via notamment la substitution des produits pétrosourcés avec des produits issus de biomasses françaises. Le recours aux produits biosourcés permet par ailleurs de pérenniser ou créer des emplois locaux, industriels ou agricoles. »

Antoine Peeters, vice-président de l’ACDV et DGA de Bioeconomy For Change : « Les produits biosourcés sont nombreux et touchent tous les domaines de notre quotidien. Ils apportent des solutions opérationnelles aux collectivités et acheteurs publics en permettant de réduire notre dépendance économique et notre empreinte climatique. »

Stephan Auberger, PhD, DG de SALVECO et administrateur de FHER : « Compte-tenu de son poids économique et de son effet d’entraînement, l’achat public joue un rôle majeur dans la transition écologique. En lançant cette expérimentation sur les produits biosourcés des secteurs de la détergence et de la peinture, l’Etat encourage la performance environnementale des produits et doit donner un formidable coup d’accélérateur aux produits biosourcés. »

Guillaume Clément, PDG groupe Blanchon et administrateur de la FIPEC  : « Nous devons accompagner la bascule de la pétrochimie à la chimie biosourcée, car c’est un levier d’indépendance stratégique et de décarbonation pour la France. Cela s’inscrit dans l’histoire naturelle de notre industrie. Il faut désormais accélérer grâce à ce type de soutien public. »

La Direction générale des Entreprises

Au service du ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, la Direction générale des Entreprises (DGE) conçoit et met en œuvre les politiques publiques concourant au développement des entreprises.

Son action est au cœur des chantiers du gouvernement pour la transformation économique du pays. Elle porte des missions à la fois sectorielles (politique industrielle, régulation du numérique et déploiement des infrastructures, politiques de soutien à l’artisanat, au commerce, aux services et au tourisme), transverses (simplification règlementaire, politique d’innovation) et relatives à la transformation numérique et écologique de l’économie.

L’Association Chimie du Végétal

Regroupant soixante-cinq d’adhérents représentatifs de l’ensemble de la chaine de valeur de la filière [1], l’Association Chimie du Végétal (ACDV) a été créée il y a près de 15 ans. Elle s’est donné pour mission de promouvoir la filière des ingrédients, matériaux et produits biosourcés. Au carrefour de compétences multi-secteurs et multi-activités, l’ACDV est un interlocuteur réfèrent, reconnu par les pouvoirs économiques et politiques, français et européens.

FIPEC

La FIPEC représente le secteur des industries des peintures, encres, couleurs, colles et adhésifs, préservation du bois.

Le secteur réalise un chiffre d’affaires de 5 milliards d’euros, et compte plus de 20 000 salariés au sein de 147 entreprises.

A travers les 5 syndicats (AFCALE, AFEI, AFICAM, SIPEV, SPB) qui réunissent ses adhérents, la FIPEC occupe une place prépondérante dans le domaine de la parachimie, dans des secteurs d’activité extrêmement variés : automobile (peintures, colles), bâtiment (peintures, enduits, vernis, colles, adhésifs, mastics et préservation du bois), ouvrages d’art (peinture anticorrosion), transports, aéronautique, électroménager, produits manufacturiers, cosmétiques, électronique, équipement médical, revêtement métal, bois, marine, imprimerie (encres, colles), emballages (vernis, encres, colles), beaux-Arts et loisirs créatifs (couleurs, encres, colles et adhésifs).

FHER

Fédération de l’Hygiène et de l’Entretien Responsable, FHER représente en France les entreprises qui formulent, fabriquent et commercialisent les produits destinés à laver, nettoyer et entretenir le linge, la vaisselle et l’ensemble des surfaces que ce soit dans les foyers, dans les collectivités, les services de santé ou dans l’industrie. FHER fédère 80 % des entreprises du secteur, TPE, PME ou grands groupes de dimension internationale. Ses 124 adhérents représentent 13 400 salariés avec 95 sites de production en France et génèrent un chiffre d’affaires de 6 Md€.

Bioeconomy For Change (B4C)

Bioeconomy For Change est le réseau de référence de la bioéconomie en France, en Europe et à l’international. Il rassemble 500 adhérents, depuis l’amont agricole jusqu’à la mise sur le marché de produits finis (coopératives agricoles, établissements de recherche et universités, entreprises de toute taille, acteurs publics, etc.). Son ambition ? Faire de la France l’un des leaders mondiaux dans la valorisation de biomasse. Pour réussir ce challenge, Bioeconomy For Change travaille à renforcer la compétitivité et l’industrialisation des entreprises de la bioéconomie par l’innovation, en structurant et fédérant un réseau unique au monde. Fort d’une équipe de 35 spécialistes, ses activités sont orientées autour des bioressources, de l’alimentation humaine et animale, de la chimie biosourcée et des biotechnologies industrielles, des produits et matériaux biosourcés, des bioénergies, des procédés et technologies. Bioeconomy For Change contribue au développement de la bioéconomie et aux stratégies d’innovation au niveau régional, national et européen. Depuis 2005, B4C a accompagné plus de 350 projets pour un investissement total de 3 milliards d’euros sur les territoires.

[1Industriels en amont (agroindustriels et chimistes), entreprises de biotechnologie, industriels dits en aval (utilisateurs de composés issus de biomasse), pôles de compétitivité, organismes professionnels


 
Google
  Maison
La maison durable
  Cdurable.com
Agir pour un monde durable