CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Humain - Contribution Sociale
Dans le Meilleur des mondes, la Terre tournerait rond ?

Toutes les clés sont entre nos mains !

Par Michel Walter - Association Terre Sacrée

samedi 11 septembre 2010
Posté par Cyrille

Imprimer Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

Michel Walter, fondateur du site Terre Sacrée de l’association SOS Planète, anime sans relâche avec une dizaine de lanceurs d’alerte bénévoles, une véritable base de données sur la situation contrastée de notre Planète Terre : de l’émerveillement inhérent à la beauté de la nature à la révolte intérieure d’une société de l’argent roi. Nous relayons cette semaine son appel à une "insurrection des conscience" comme dirait Pierre Rabhi car l’humour noir avec lequel il nous rappelle les chiffres sur la condition humaine, aussi difficiles soient-ils à accepter, ne doit pas faire oublier les injustices et les souffrances qui se cachent derrière ni que toutes les clés sont entre nos mains pour que ça change.



Patates transgéniques pour les uns, caviar pour les autres
Paradis pour les uns, enfer pour les autres.
Actuellement sur ce qui reste de notre Terre (qui n’est pas la seule, on s’en doute. Heureusement ! Mais les autres sont hors de portée. Heureusement ;o) :

- 14% des gens vivent en enfer. La peau sur les os, ils sont tout simplement en train de mourir de faim, sans mot dire. Ils peuvent crever ; ça se passe loin de chez nous.

- 14% des gens vivent aussi en enfer. Ils survivent au jour le jour dans une misère indigne, avec moins de deux euro par jour. Ils passent toutes leurs journées à courir après les grains de riz pour nourrir leur petite (?) famille. Ils n’ont pas accès aux soins. Eux aussi peuvent crever, loin de chez nous.

- 52% des gens parviennent à joindre approximativement les deux bouts au niveau alimentaire. Mais ils doivent le faire au prix d’un dur labeur, au sacrifice d’une vie de bonheur. Ils sont dans un dénuement quasi total et n’ont pas accès au confort occidental, dont ils rêvent, naturellement. Les pauvres ;o) Par exemple, le téléphone portable qu’ils nous fabriquent à la chaîne leur coûterait plusieurs mois de salaire !

- 19,99% des gens travaillent comme des fourmis pour se payer le nécessaire. Enfin disons un certain confort. Et c’est métro, boulot, dodo ! pour tous, même à la campagne. Ils ont accès à la technologie moderne. On les a formaté pour.

Les uns gobent publicités mensongères et émissions de variétés, qui leur font oublier patrons et tracasseries, mais ils sentent bien qu’ils ne vivent pas comme ils le souhaiteraient au plus profond d’eux-mêmes. Cette frustration quotidienne finit par devenir angoissante. Alors ils se bourrent de Prozac.

D’autres s’enfoncent dans leurs consoles de jeu comme dans des sables mouvants.

D’autres encore passent leur vie à batifoler sur Facebook, le tout nouveau trou noir tendance (superficiel et supervisé par la nouvelle droite décontractée) qui absorbe le web et ses utilisateurs.

Un bon nombre est à l’hôpital, à l’asile, à l’école où l’on enseigne l’art de ne pas devenir soi-même, en prison ou dans une sordide maison de retraite ... On en oublie, ceci n’étant pas une encyclopédie.

alveoles

Ces 19,99% sont tous de bons consommateurs.

Certains pèsent même deux fois le poids normal, tant on les a bourré d’huile de palme à leur insu.

Ils sont fatigués. Patraques. Empoisonnés par les multinationales agro-alimentaires et pharmaceutiques. Bourrés de pesticides, d’antibiotiques, de Doliprane, de métaux lourds, de E bidule, 415 machin, d’OGM interposés, de nano-trucs... La liste est longue.

Ils commencent à avoir des fourmis dans les pieds et à sentir que quelque chose ne tourne pas rond du tout sur Terre. Ou plutôt pour être exact en hors sol ;o)

environnement

Certains sont heureux quand même. Dieu merci ! Heureux de mettre au monde des enfants dans cet immondice jadis paradisiaque.

Ces 19,99%, c’est nous ! Les occidentalisés, les silicatisés.

- 0,0000001% des gens sont milliardaires et ne s’en cachent même plus, tellement ils ont soumis et asservi les 99,99% des autres tout au long de la sombre Histoire humaine. Ils sont suffisants. Arrogants. Sûrs d’eux, tant ils sont surprotégés. Ils s’affichent. Ils se la jouent. Ils se la pètent ! Les trous du cul

marionnettes

Ce sont eux qui tirent les ficelles et ils considèrent le bonheur des êtres humains comme s’il s’agissait de leur dernière chaussette. Ils racontent tout le contraire évidemment. Ils nous méprisent. Ils nous prennent pour du bétail, plus ou moins rentable selon les pays, et nous dépècent sans aucuns scrupules.

Sur le dos des autres, ils se sont donc créés un paradis. Un paradis artificiel. Leur paradis sur Terre.

Mais est-ce réellement un paradis, ce monde où ne coulent que des torrents de billets de banque ?

 Résultat des courses

Ne nous en faisons pas. Le monde est en pleine forme ! Il tourne rond. Il y a toujours des saisons. Des maisons. Des camions. Un regard de maman Orang Outan à croiser dans un zoo.

Mais au fait ! Sans rire. Lorsque les ressources fossiles non renouvelables commenceront vraiment à manquer (mais bien avant la dernière goutte officielle de pétrole -pas fous, les types !-) les 0,0000001% donc n’auraient-ils pas intérêt à s’enfouir avec leurs stock d’or et de semences dans une arche chinoise, américaine ou russe, avec leurs fameux mini-réacteurs atomiques pour assurer la culture hydroponique, laissant le reste de la population, affaiblie par l’immense famine, se faire attaquer par bactéries et virus, qu’ils auraient -les 0,0000001%- peut-être même pris soin de créer en laboratoire, avec les vaccins correspondants, laissant les 99,99% s’entredévorer comme des rats ?

salut24

Quelques années d’attente sous les LED luminescentes -le temps c’est eux ! Tic tac Tic Tac- et des festivités mondaines en veux-tu en voilà.

Un retour à nos ancêtres noctambules vivant dans des galeries souterraines pour échapper aux dinosaures.

En quelque sorte, un retour aux sources pour gros riches.

Et peut-être même pour de bon.

Eh oui !

Les portes des arches des milliardaires s’ouvrent un jour sur une planète qui va pouvoir enfin souffler et se restaurer, libérée de toute prédation industrielle excessive. Déjà certaines espèces font leur réapparition, alors qu’on les croyait disparues.

Costard-cravates, les 0,0000001% s’attribuent mutuellement la légion d’honneur pour avoir sauvé la nature sauvage et évolutive de cette trop belle planète vivante.

Les femmes applaudissent. Les Blacks aussi.

Mais nous nageons bien sûr en pleine anticipation, voire au beau milieu de résidus de délires de science fiction ...

Ou alors ?

Et s’il y avait du vrai dans ce scénario, ne serait-ce qu’un peu de vrai, et bien ne nous reste-t-il pas à tout mettre en oeuvre pour qu’il ne se produise jamais ?

salut30

Mais gardons la partie où la Nature reprend ses droits et peut continuer sa besogne joyeuse en toute intelligence et conscience.

Elle est trop magique ! Et capable de tout. Il suffit d’en prendre soin et de respecter son côté ... exubérant.

Gardons les clairières où vit une Humanité solidaire et libre, dotée si elle le souhaite d’une technologie bien plus évoluée qu’on ne le pense, mais d’une technologie en tout cas propre et respectueuse.

Dîtes, mais j’y pense ! Y’aurait pas un bug dans la Matrice d’origine ? Un des paramètres du Big Bang n’était-il pas optimum ?

Non, non ! Rien ! C’était juste une suggestion ?

Carpe Diem à toutes et à tous, sans oublier l’Essentiel ni le minimum

Je nous aime

Mich

Laisser faire signifie que nous ne valons rien et que nous méritons notre sort, purgeant on ne sait quelle peine !

Car -contrairement à ce qu’on nous fait croire !- TOUTES LES CLEFS SONT ENTRE NOS MAINS, dans chaque cellule de notre être.

Toutes les clefs ! Même certaines clefs premières que les 0,0000001% n’ont pas, mais bien sûr qu’ils convoitent ...

SOS Planète

- Suivre l’actualité du site de Terre Sacrée : SOS Planète

 label-asso.fr

L’objectif ouvert de ce troisième site [1] est, avec la participation intuitive, inventive, ingénieuse et effective de tous, par des actes et des états d’être positifs quotidiens, locaux et globaux, de favoriser le réveil de nos consciences humaines, englouties par un trou noir innommable abrutissant.

Rendons à l’Homme sa dignité. Dehors la culpabilité ! [2] Reprenons confiance en nous, malgré l’étendue du dé$a$tre, dont le seul respon$able est le profit à tout prix.

Faisons de chaque instant une bénédiction. Ne suivons ni vessies, ni lanternes ; rallumons plutôt notre propre flamme intérieure. Soyons nous-mêmes simplement. Nous valons mieux que ce que nous avons été et sommes. Même si la vie nous semble parfois routinière, si la souffrance nous accable et qu’on n’en comprend pas le sens, ce n’est certainement pas une raison pour se résigner et refuser d’évoluer. Redevenons créateurs associés. Souvenons-nous. Laissons-nous stimuler par l’énergie créatrice émergente.

Donnons les quelques derniers coups de burin aux statues presqu’achevées, qui tombent dans le jardin comme par enchantement.

Que du bonheur ! transmettons-le ! Empathie, amour entre toutes les espèces et en leur sein. Nous sommes petits ! Nos choix sont limités. Nous devons apprendre de nos erreurs. Grandir. Redevenir fiers de nous, fiers d’être humains !

C’est bel et bien la joie profonde d’être jardinier de la Terre que nous devons laisser ressurgir de nos coeurs meurtris...

Aimons la Vie par dessus tout. Elle nous donne tout. Chérissons-là.

Chacun à sa place. Chacun a sa place !

[1publié par l’association Terre sacrée

[2La question de la culpabilité collective est analysée par Freud dans plusieurs de ses textes. Elle apparaît de manière flagrante dans la démarche religieuse et dans les mythes de nombreuses cultures. La religion se fonde souvent sur le principe d’une faute dont les êtres humains seraient redevables à une instance divine. Dans la religion chrétienne l’apôtre Paul en fait une loi première, la « faute originelle » qui est réactualisée dans cette religion par la mise à mort du fils de Dieu. Le bouddhisme a une approche légèrement différente. En effet d’un point de vue bouddhiste, il n’y a pas de culpabilité originelle mais un enchainement de causes et d’effets. L’ignorance de la nature véritable des choses nous pousse à perpétuer notre souffrance et pour s’en libérer, il faut se libérer de notre ignorance. (Wikipedia)

Article lu 1456 fois



 

Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
Nombre de visiteurs 9837880

46 visiteurs en ce moment

| Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

Agence MC Cdurable CDURABLE.com

RSSfr

Creative Commons License : Firefox


__________________________________________
Google
Loading
  Maison
La maison durable
  Cdurable.com
Agir pour un monde durable