CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Finance - Contribution Economique > Entreprises durables
APPLE

Rendre la pomme plus verte

jeudi 12 juillet 2007
Posté par Carine Hazebroucq

Imprimer Enregistrer au format PDF

Le CEO d’Apple, Steve Jobs, a annoncé que Apple deviendra plus verte. L’entreprise s’est engagée publiquement à devenir un leader environnemental et s’expose ainsi sous le feu des projecteurs aux critiques si elle ne respecte pas ses promesses.



Pour la protection de l’environnement et de la santé publique, depuis le 20 juillet 2005, il existe un décret relatif à la composition des équipements électriques et électroniques (appareils ménagers, ordinateurs, téléphones portables, etc.) et à l’élimination de leurs déchets :

1) La directive RoHS requiert la diminution, lors de la conception du produit, de l’usage de certaines substances chimiques dangereuses : plomb, mercure, cadmium, chrome hexavalent, polybromobiphényles/PBB et polybromodiphényléthers/PBDE
(concentration maximale autorisée : 0,1% par unité de poids de matériau homogène, sauf pour le cadmium où la limite est de 0,01%).

2) La directive DEEE impose la collecte sélective, le traitement et les autres formes de valorisation des déchets des équipements électriques et électroniques.

Ainsi, depuis mi-novembre 2006, pour tout appareil électrique ou électronique présentant ce logo, les distributeurs (FNAC, Darty, Boulanger, etc.) sont dans l’obligation de reprendre un appareil usagé pour un neuf acheté, et les collectivités incitées à collecter ces « e-déchets ». Lorsque le consommateur achète un nouvel équipement, il paie une Ecotaxe pour financer le recyclage en fin de vie du produit dans le respect de l’environnement.

Mais ce décret de juillet 2005 prévoit un système différent pour les e-déchets des professionnels. Actuellement, il existe une directive de 2003 qui stipule que l’entreprise doit veiller à l’élimination des équipements mis sur le marché après le 13 août 2005. Mais l’adaptation française de cette directive offre la possibilité au producteur de diluer sa responsabilité individuelle, en transférant cette obligation à son client dans le contrat de vente...

Des milliers d’e-déchets peuvent ainsi se retrouver dans la nature sans avoir été pris en charge dans le circuit de recyclage imposé par la loi. De nombreux trafics d’e-déchets illégaux, exportés par milliers chaque année des pays occidentaux vers l’étranger (Asie, Afrique), se sont développés. Le coût de recyclage est en moyenne 10 fois moins élèvé dans les pays émergents.

Des trafiquants récoltent ces déchets et, soit les expédient illégalement à l’étranger où ils sont traités non écologiquement, soit les abandonnent dans un champ ou un entrepôt. Ils se font payer pour soi-disant recycler ces déchets en toute légalité mais disparaissent dans la nature avec l’argent sans les avoir traités.

Et dans les pays de destination, les conditions de travail des ouvriers des chantiers de récupération ne sont pas du tout adaptées aux substances toxiques manipulées lorsqu’ils désassemblent les produits pour en extraire des substances de valeur comme du cuivre, du fer, du silicone, du nickel et de l’or.

Cette situation ne pourra changer que si les groupes électroniques assument leurs responsabilités jusqu’au bout de la chaine.

Greenpeace a édité, courant 2006, un Guide pour une high-tech responsable, remis à jour régulièrement en prenant en compte les efforts de chaque constructeur dans le domaine de l’environnement (principe de précaution, élimination du PVC, engagement en faveur de la substitution de tous les usages de retardateurs de flamme bromés/RFB, plan de reprise et de recyclage des produits obsolètes, etc.).

Le grand gagnant est LENOVO qui s’est engagé en faveur des principes de précaution et de responsabilité individuelle du producteur, ce qui implique que le fabricant est responsable de ses produits commercialisés et donc de leur devenir après obsolescence.
Concrètement, cela se traduit par la mise en place de services de reprise et de recyclage dans tous les pays où sont vendus leurs produits – ce qui en fait la première entreprise à atteindre cet objectif.

En toute dernière position du classement... APPLE, la marque à la pomme : très décevant de la part d’une entreprise qui se veut leader dans son domaine. Greenpeace a donc lancé un défi à l’entreprise pour rendre sa pomme plus verte !

L’ONG a fait pression sur l’entreprise en créant un site internet factice (http://www.greenpeace.org/france/green-my-apple/) pour dénoncer les non-engagements de l’entreprise sur des critères environnementaux et expliquer les conséquences sanitaires et environnementales que cela implique.
Greenpeace a aussi incité des milliers de fans de MAC à écrire directement au CEO d’Apple, Steve Jobs. Environ 47 000 ont répondu à l’appel !

Si bien que 9 mois après ce site, Steve Jobs a annoncé que Apple deviendra plus verte avec, entre autres, l’élimination prochaine des retardateurs de flamme bromés et du PVC de ses produits.
L’ONG a donc revu à la hausse le score d’Apple, désormais de 5/10, au lieu de 2,7.

L’entreprise Apple s’est engagée publiquement à devenir un leader environnemental et s’expose ainsi sous le feu des projecteurs aux critiques si elle ne respecte pas ses promesses. C’est un début et c’est en agissant ainsi sur le leader dans le secteur de l’électronique, que la démarche de l’ONG va faire fléchir toutes les entreprises dans le même sens car elles n’auront pas d’autre choix pour rester dans la compétition.

Vous pouvez également consulter sur le site de Greenpeace la campagne Technologie toxique où sont expliqués plus en détails les tenants et aboutissants des e-déchets.

Idéalement, le développement durable doit commencer dès la conception des produits : repenser les produits et process, c’est le principe de l’éco-design.


Petite note finale pour clore le sujet : ASUS lance l’EcoBook, un ordinateur portable avec une coque en bambou !

On est en bonne voie ;)

Article lu 2415 fois

lire aussi :
  • Obsolescence des produits high-tech : Comment les marques limitent la durée de vie de nos biens


  •  

    Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
    Nombre de visiteurs 10601490

    74 visiteurs en ce moment

    | Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

    Agence MC Cdurable CDURABLE.com

    RSSfr

    Creative Commons License : Firefox


    __________________________________________
    Google
    Loading
      Maison
    La maison durable
      Cdurable.com
    Agir pour un monde durable