CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Planète - Contribution Ecologique
Croissance économique soutenable et emplois durables

Les objectifs climatiques et énergétiques de l’UE à l’horizon 2030

- 40% d’émissions de GES et + 27% d’énergies renouvelables

lundi 24 février 2014
Posté par Cyrille , Celia Lao

Imprimer Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

Changement climatique, crise, pollution, emploi ou facture énergétique sont autant de sources d’inquiétude. Et si la lutte contre le changement climatique est un vrai défi à l’humanité dont le développement est non durable depuis plus de 40 ans, il est aussi une opportunité sur le plan économique selon l’Union Européenne. Découvrez dans la vidéo ci-dessous comment les nouveaux objectifs climatiques et énergétiques à l’horizon 2030 doivent renforcer la compétitivité, la sécurité et le développement durable au sein des pays de l’Union Européenne.



Les objectifs climatiques et énergétiques à l’horizon 2030 visent à rendre l’économie de l’Union européenne et le système d’énergie plus concurrentiel, sûr et durable.

L’Europe semble vouloir saisir les multiples difficultés auxquelles les états membres sont confrontés - crise, chômage et pollution - pour transformer la contrainte des objectifs cadres en opportunité économique de croissance et d’emploi tout en préservant l’environnement : du développement durable en somme !

Alors que l’Union Européenne est en bonne voie pour atteindre ses objectifs climatiques et énergétiques d’ici 2020, une nouvelle étape pour la période allant jusqu’en 2030 est nécessaire ne serait-ce que pour garantir une approche coordonnée entre les États membres.

Le cadre présenté par la Commission européenne le 22 Janvier 2014 doit donc nous conduire à poursuivre les progrès vers une économie faible en carbone. Il s’agit de développer un système d’énergie sûre, compétitive et qui permet de :
- garantir une énergie abordable pour tous les consommateurs,
- augmenter la sécurité de l’approvisionnement énergétique de l’UE,
- réduire notre dépendance aux importations d’énergie
- créer de nouvelles opportunités pour la croissance et l’emploi.

 Réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40%

Un des principaux objectifs fixés est la réduction des émissions nationales de gaz à effet de serre de l’UE de 40% en dessous du niveau de 1990 d’ici 2030.

Cet objectif permettra de s’assurer que l’UE est capable d’atteindre son objectif de réduction des émissions d’au moins 80 % d’ici 2050. En définissant son niveau d’ambition climatique à l’horizon 2030, l’Union européenne sera également en mesure de s’engager activement dans les négociations sur le nouvel accord international sur le climat qui devrait prendre effet en 2020.

 Augmenter la part des énergies renouvelables de 27 %

Les énergies renouvelables vont jouer un rôle clé dans la transition vers un système énergétique compétitif, sûr et durable. La Commission Européenne propose comme objectif d’augmenter la part des énergies renouvelables d’au moins 27 % de la consommation d’énergie de l’UE d’ici à 2030.

Un objectif nécessaire pour la poursuite des investissements dans le secteur des énergies renouvelables, contribuant ainsi à créer de la croissance et de l’emploi. Augmenter la part des énergies renouvelables peut également améliorer la balance commerciale de l’énergie et la sécurité d’approvisionnement de l’Union européenne.

 L’amélioration continue de l’efficacité énergétique

Améliorer l’efficacité énergétique apporte une contribution essentielle à toutes les politiques climatiques et énergétiques de l’UE. L’objectif est d’améliorer l’efficacité énergétique de 20 % en 2020.

 La réforme du système d’échange d’émissions de l’UE

Pour faire un système d’échange d’émissions plus robuste et plus efficace, il faut promouvoir l’investissement dans une société à faible émission de carbone au moindre coût.

Cela devrait permettre de répondre à l’excédent de quotas d’émission qui se sont accumulées au cours des dernières années et d’améliorer la résilience du système aux grands chocs en ajustant automatiquement l’offre de quotas à mettre aux enchères .

 Une énergie compétitive, sûre et abordable

La Commission propose un ensemble d’indicateurs clés pour évaluer les progrès au fil du temps et fournir une base factuelle pour l’action politique.

Ces indicateurs concernent, par exemple, la différence de prix de l’énergie avec les principaux partenaires commerciaux, la diversification de l’offre et le recours aux sources d’énergie indigènes, ainsi que la capacité d’interconnexion entre les États membres.

 Nouveau système de gouvernance

Le cadre d’objectifs pour 2030 propose un nouveau système de gouvernance fondé sur des plans nationaux pour une énergie compétitive, sûre et durable. Les plans seront préparés par les États membres dans le cadre d’une approche commune pour assurer la cohérence au niveau de l’UE.

 Rapport sur les prix de l’énergie et des coûts

Ces objectifs cadre sont accompagnés d’un rapport, sur les prix de l’énergie et les coûts, qui évalue les facteurs clés et compare les prix de l’UE avec ceux de ses principaux partenaires commerciaux.

 Contexte et prochaines étapes

De nouveaux objectifs climat et énergie qui s’appuient sur ceux de 2020.

Ils prennent également en compte la perspective à long terme établi par la Commission en 2011 dans sa Feuille de route vers une économie faible en carbone compétitive en 2050, la Feuille de route Energie 2050 et le Livre blanc sur les transports. Ces documents reflètent l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 80-95 % en dessous des niveaux de 1990 d’ici 2050.

Un Livre vert adopté par la Commission en Mars 2013 a lancé une consultation publique sur ces nouveaux objectifs. La consultation publique s’est déroulée jusqu’au 2 Juillet 2013.

Prochaines étapes, la Commission invite le Conseil et le Parlement européen à approuver les objectifs de l’UE pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et accroitre le recours aux énergies renouvelables. Un Conseil européen a également prévu d’examiner ses objectifs lors de sa réunion de printemps les 20-21 Mars 2014.

Article lu 1202 fois

lire aussi :
  • Transition énergétique : faut-il mettre fin au marché du carbone européen ?
  • 6 mois de présidence Hollande : bilan des politiques énergétiques et climat
  • Evaluation de la loi de transition énergétique pour la croissance verte
  • Gaz de schiste : l’essentiel à savoir pour comprendre et agir !
  • Pour un modèle français de décentralisation énergétique
  • Financer la transition écologique et énergétique
  • Etat des énergies renouvelables en Europe 2012
  • COP18#DOHA : la 18ème Conférence des Nations Unies sur le Climat à Doha
  • 2ème Feuille de route pour la transition écologique
  • Certificats d’économie d’énergie : vers des objectifs toujours plus ambitieux
  • L’énergie durable : pas que du vent !
  • Tarifs progressifs de l’énergie
  • Facture énergétique : 833 € tous les deux mois de gaz et d’électricité en 2030, ça vous tente ?
  • Limiter le réchauffement climatique à 2°C : mission impossible ?
  • CLIMAT PRATIC : les petites collectivités et territoires ruraux ont un outil pour leur politique climat énergie
  • CDURABLE.info ralenti le rythme pour préparer sa transition
  • Rechercher toute l’info qui vous intéresse disponible sur CDURABLE.info
  • Cadre européen Climat-Énergie 2030


  • forum

    • Le Conseil Européen, étape décisive pour le Paquet Énergie-Climat 2030
      17 mars 2014, par Cyrille

      Le sommet des chefs d’Etat européens des 20-21 mars pourrait voir l’adoption des grandes lignes de la politique climat-énergie de l’Europe pour les 15 prochaines années.

      Pour le Réseau Action Climat, cette étape clé pour l’avenir de la politique climatique et énergétique de l’UE doit déboucher sur des décisions ambitieuses. Elles formeront la base de la position de l’Europe dans les négociations de l’ONU sur le climat. Une absence de volontarisme de l’UE affaiblirait la dynamique des négociations internationales jusqu’à à la Conférence de Paris en décembre 2015, où un accord mondial sur le dérèglement climatique doit être conclu. Un manque d’ambition de l’UE freinerait également les politiques nationales de transition énergétique.

      Le dossier à télécharger ci-dessous propose un décryptage des enjeux du sommet et résume les attentes du Réseau Action Climat France, qui regroupe les principales associations françaises de protection de l’environnement.

    • Changements climatiques : la parole aux témoins - Lundi 24 mars à Paris 7ème
      3 mars 2014, par Simon Coquillaud

      [Invitation]

      La Chaire Développement durable de Sciences Po et le Réseau Action Climat ont le plaisir de vous convier à une conférence exceptionnelle :

      Changements climatiques : la parole aux témoins

      Lundi 24 mars de 14h45 à 16h45

      Amphithéâtre Emile Boutmy
      Sciences Po - 27 rue saint-Guillaume Paris 7è

      A l’occasion de la publication par le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) du chapitre "impacts du changement climatique" (5ème rapport volume 2), cette conférence permettra de redonner un visage humain et local aux dérèglements climatiques.
      Grâce à nos trois témoins, nous tenterons de comprendre en quoi la montée de la mer, la fonte des glaciers et la sécheresse affectent respectivement les riziculteurs du Bangladesh, les communautés montagnardes du Pérou, et les populations nomades du Tchad.
      Nous analyserons aussi les impacts sur nos régions françaises et amorcerons un dialogue sur la lutte contre ces impacts dans le cadre de l’accord international sur les changements climatiques qui doit être adopté à Paris fin 2015.

      En présence de :
      - América Castillo Cunyas, du village de Chamiseria, Pérou
      - Morgane Créach, directrice du Réseau Action Climat France
      - Hervé Le Treut, climatologue, directeur de l’Institut Pierre Simon Laplace
      - Khukumoni Shahanara Kathun, Bangladesh (à confirmer)
      - Hindou Oumarou Ibrahim, coordinatrice d’AFPAT, Tchad
      - Laurence Tubiana, professeure à Sciences Po, directrice de la Chaire Développement durable et de l’Iddri.

      Langue : anglais

      Participation gratuite dans la limite des places disponibles.

      En partenariat avec Care, Oxfam et Réseau Climat Développement

     

    Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
    Nombre de visiteurs 9979422

    51 visiteurs en ce moment

    | Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

    Agence MC Cdurable CDURABLE.com

    RSSfr

    Creative Commons License : Firefox


    __________________________________________
    Google
    Loading
      Maison
    La maison durable
      Cdurable.com
    Agir pour un monde durable