CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Librairie Développement Durable > Humain
Quand nos civilisations s’épuisent

Le dérèglement du monde par Amin Maalouf

vendredi 10 avril 2009
Posté par David Naulin

Imprimer Enregistrer au format PDF

Amin Maalouf a publié, en autres, Léon l’Africain, Samarcande, Le Rocher de Tanios (Prix Goncourt 1993), Le périple de Baldassare, Origines… Ce nouvel ouvrage s’inscrit dans la lignée de son essai, Les identités meurtrières qui, lors de sa publication, connut un immense retentissement auprès de la critique et du public.



La thèse centrale de cet essai vaste, puissant et ambitieux pourrait être ainsi résumée : le dérèglement du monde tient moins à la " guerre des civilisations " qu’à l’épuisement simultané des civilisations, l’humanité ayant atteint en quelque sorte son " seuil d’incompétence morale ".
A l’âge des clivages idéologiques qui suscitait le débat succède celui des clivages identitaires, où il n’y a plus de débat. Islam et Occident : les deux discours ont leur cohérence théorique, mais chacun, dans la pratique, trahit ses propres idéaux.

Acheter Le dérèglement du monde chez notre partenaire Amazon.fr pour 17,10 € L’Occident est infidèle à ses propres valeurs, ce qui le disqualifie auprès des peuples qu’il prétend acculturer à la démocratie. Sa tentation : préserver par la supériorité militaire ce que ne lui assure plus sa supériorité économique ni son autorité morale. Sa volonté de dominer le monde le dispute ainsi à son désir de le civiliser. La guerre en Irak en est un bon exemple : on a dit partout que les Etats-Unis apportaient la démocratie à un peuple qui n’en voulait pas. La réalité est exactement l’inverse : ils n’ont pas apporté la démocratie à un peuple qui en rêvait !
Le monde arabo-musulman n’a plus ni la légitimité généalogique ni la légitimité patriotique autour desquelles il s’était historiquement structuré - magnifique développement sur la trajectoire de Nasser. Vivant dans l’humiliation et la nostalgie régressive de son " Age d’or ", l’ère des islamismes ayant succédé à l’ère des nationalismes, il se trouve condamné à une fuite en avant dans le radicalisme.

Ces " dérèglements symétriques " ne sont qu’un des éléments d’un dérèglement planétaire plus global qui exige que l’humanité se rassemble pour faire face à des urgences qui, à l’exemple des perturbations climatiques, menacent tous les peuples. Et si la Préhistoire de l’humanité prenait fin sous nos yeux, ouvrant dans les convulsions le grand chapitre d’une nouvelle Histoire de l’homme qui commence ?

- Références : Le dérèglement du monde d’Amin Maalouf - Editeur : Grasset - Date de publication : mars 2009 - 314 pages - ISBN-13 : 978-2246681519 - Prix public : 18 €

- Acheter Le dérèglement du monde chez notre partenaire Amazon.fr pour 17,10 €

Critiques :

"Amin Maalouf n’est pas du genre à s’agiter sans fondement. Humaniste éclairé, il se penche au chevet de deux ensembles culturels qu’il chérit également, analysant d’un côté la perte des valeurs, de l’autre l’indigence morale qui frappe le monde arabe. Il n’y voit pas qu’un dérèglement, mais plusieurs, qui concernent le climat, l’économie, la culture. Et comme il revendique chez lui « un fond de responsabilité », il cherche des solutions possibles. Elles passent évidemment par la culture. « Il faut repenser la consommation et se dire qu’il peut y avoir des modes de satisfaction de la personne humaine issus de la consommation immatérielle et de l’acquisition de connaissances. Je ne peux penser autre chose, moi qui viens d’une famille où il y avait des enseignants, des journalistes, des écrivains. C’est pourquoi je trouve qu’une société qui dévalorise ses enseignants est une société en crise »." Françoise Dargent - LE FIGARO (13/03/09) - Lire son article Amin Maalouf, un humaniste inquiet.

"Le dérèglement du monde, c’est la dangereuse coïncidence entre plusieurs crises - géopolitique, économique, écologique - et un repli identitaire qui se combine avec la mondialisation et la révolution numérique pour donner naissance à un « tribalisme planétaire ». Romancier de talent, excellent connaisseur du Moyen-Orient, l’auteur, libanais d’origine, possède une précieuse double culture. Si son livre, succession de brefs essais remarquablement écrits, brasse un grand nombre de sujets, celui sur lequel il se concentre pour illustrer le risque de « régression » généralisée est l’affrontement entre l’Occident et le monde arabo-musulman." Gérard Moatti - LES ECHOS (26/03/09)

- Lire aussi le billet de Martine GOZLAN sur le site de Marianne : La révolte d’Amin Maalouf contre « le venin identitaire »

Extrait de la note introductive par Amin Maalouf

Copyright © Éditions Grasset & Fasquelle

Nous sommes entrés dans le nouveau siècle sans boussole.
Dès les tout premiers mois, des événements inquiétants se produisent, qui donnent à penser que le monde connaît un dérèglement majeur, et dans plusieurs domaines à la fois - dérèglement intellectuel, dérèglement financier, dérèglement climatique, dérèglement géopolitique, dérèglement éthique.

Il est vrai que l’on assiste aussi, de temps à autre, à des bouleversements salutaires inespérés ; on se met alors à croire que les hommes, se voyant dans l’impasse, trouveront forcément, comme par miracle, les moyens d’en sortir. Mais bientôt surviennent d’autres turbulences, révélatrices de tout autres impulsions humaines, plus obscures, plus familières, et l’on recommence à se demander si notre espèce n’a pas atteint, en quelque sorte, son seuil d’incompétence morale, si elle va encore de l’avant, si elle ne vient pas d’entamer un mouvement de régression qui menace de remettre en cause ce que tant de générations successives s’étaient employées à bâtir.

Il ne s’agit pas ici des angoisses irrationnelles qui ont accompagné le passage d’un millénaire à l’autre, ni des imprécations récurrentes que lancent depuis toujours ceux qui redoutent le changement ou s’effarouchent de sa cadence. Mon inquiétude est d’un autre ordre ; c’est celle d’un adepte des Lumières, qui les voit vaciller, faiblir et, en certains pays, sur le point de s’éteindre ; c’est celle d’un passionné de la liberté, qui la croyait en passe de s’étendre sur l’ensemble de la planète et qui voit à présent se dessiner un monde où elle n’aurait plus sa place ; c’est celle d’un partisan de la diversité harmonieuse, qui se voit contraint d’assister, impuissant, à la montée du fanatisme, de la violence, de l’exclusion et du désespoir ; et c’est d’abord, tout simplement, celle d’un amoureux de la vie, qui ne veut pas se résigner à l’anéantissement qui guette.

Pour qu’il n’y ait aucun malentendu, j’insiste : je ne suis pas de ceux qui boudent le temps présent. Fasciné par ce que notre époque nous apporte, je suis à l’affût des dernières inventions, que j’introduis sans délai dans ma vie quotidienne ; j’ai conscience d’appartenir, ne serait-ce qu’en raison des avancées de la médecine et de l’informatique, à une génération fort privilégiée par rapport à toutes celles qui l’ont précédée. Mais je ne puis savourer les fruits de la modernité en toute quiétude si je ne suis pas sûr que les générations à venir pourront les savourer tout autant.

Mes craintes seraient-elles excessives ? Je ne le crois pas, hélas. Elles me paraissent, au contraire, amplement justifiées, ce que je m’emploierai à montrer dans les pages qui suivent ; non pour accumuler des pièces dans un dossier, ni pour défendre par amour-propre une thèse qui serait mienne, mais simplement pour que mon cri d’alarme soit entendu ; ma première ambition étant de trouver les mots justes pour persuader mes contemporains, mes " compagnons de voyage ", que le navire sur lequel nous sommes embarqués est désormais à la dérive, sans cap, sans destination, sans visibilité, sans boussole, sur une mer houleuse, et qu’il faudrait un sursaut, d’urgence, pour éviter le naufrage. Il ne nous suffira pas de poursuivre sur notre lancée, vaille que vaille, en naviguant à vue, en contournant quelques obstacles, et en laissant faire le temps. Le temps n’est pas notre allié, c’est notre juge, et nous sommes déjà en sursis.

- Lire la suite de cet extrait sur le site des Editions Grasset

- Amin Maalouf dédicacera son nouvel essai le 4 mai 2009 à Lausanne- Librairie Payot, le 5 mai à Genève- Librairie Payot, le 7 mai à Paris - Fnac Forum et le 14 mai au Havre - Librairie la Galerne. Consulter le site de l’auteur : http://www.aminmaalouf.org/

Article lu 3143 fois



 

Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
Nombre de visiteurs 10228771

60 visiteurs en ce moment

| Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

Agence MC Cdurable CDURABLE.com

RSSfr

Creative Commons License : Firefox


__________________________________________
Google
Loading
  Maison
La maison durable
  Cdurable.com
Agir pour un monde durable