CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 

Calendrier

2016-09-27 22:38:55
« septembre 2016 »
L M M J V S D
 
 
Finance - Contribution Economique

Impact de la crise financière : 20 millions de nouveaux chômeurs dans le monde d’ici à la fin 2009

mercredi 29 octobre 2008.
Imprimer envoyer l'article par mail

« La tourmente financière mondiale et ses répercussions sur l’économie réelle risquent de créer 20 millions de nouveaux chômeurs dans le monde d’ici à la fin 2009, a prévenu, lundi 20 octobre, le directeur général du Bureau international du travail (BIT), Juan Somavia. Selon des estimations du BIT, "le nombre de chômeurs pourrait passer de 190 millions en 2007 à 210 millions fin 2009", a indiqué M. Somavia lors d’une conférence de presse, ajoutant que ces chiffres pourraient s’aggraver en fonction de l’impact de la crise sur l’économie réelle. "Cela serait la première fois dans l’histoire", a-t-il ajouté, prévenant que ce chiffre pourrait même s’aggraver en fonction de l’impact de la crise sur l’économie réelle.

"Nous avons besoin d’une action rapide et coordonnée des gouvernements pour prévenir une crise sociale qui pourrait s’avérer sévère, longue et globale", a encore expliqué le responsable. Selon M. Somavia, le nombre de "travailleurs pauvres" qui vivent avec moins de un dollar par jour pourrait croître de 40 millions tandis que celui des personnes gagnant moins de deux dollars pourrait augmenter de 100 millions entre 2007 et 2009. Il a toutefois estimé que "l’impact serait global" et que la crise actuelle frapperait plus durement certains secteurs tels que la construction, l’automobile, le tourisme, la finance, les services et l’immobilier. Il a également noté que les nouvelles projections « pourraient se révéler sous-estimées si l’on n’affronte pas rapidement les effets du ralentissement économique actuel et la récession qui menace ».

« La crise ne sévit pas seulement à Wall Street, mais partout dans le monde. Nous avons besoin d’un plan de sauvetage économique pour les familles laborieuses et l’économie réelle, avec des règles et des politiques qui fournissent des emplois décents. Nous devons mieux assurer le lien entre productivité et salaires et entre croissance et emploi », a affirmé M. Somavia. C’est pourquoi il estime que « la protection et la promotion des entreprises durables et des offres d’emplois décents doivent être au cœur du Sommet sur la crise financière, récemment annoncé par les Présidents Bush et Sarkozy ».

La crise doit être saisie comme une "opportunité" de rééquilibrer la mondialisation devenue "inéquitable et non durable", a-t-il encore considéré. Selon le responsable, il s’agit de redonner sa place à l’économie réelle, affaiblie par la sphère financière. Le "niveau des profits du secteur financier était devenu si élevé que les banques préféraient la finance" au soutien des entreprises créatrices d’emplois, a expliqué M. Somavia. »

M. Somavia a également fait part de ses inquiétudes quant à la restauration des flux de crédit ; au maintien et au renforcement de la protection sociale (pensions, indemnités chômage, allocations familiales et mécanismes de soins de santé) ; à l’accès garanti des entreprises au crédit pour éviter les licenciements, les réductions de salaire, la banqueroute et pour permettre la reprise, le respect des droits des travailleurs et l’approfondissement du dialogue social afin de gérer les conséquences de la crise pour les entreprises ; au maintien des flux d’aide publique au développement ; à la restauration d’un régime de régulation de la finance mondiale ; et au passage rapide de la reprise au développement durable grâce à l’investissement et à la croissance.

« Nous sommes très favorables aux appels actuels en faveur d’une meilleure régulation financière et d’un système de surveillance global de contrôles et de garde-fou, mais nous devons nous projeter au-delà du système financier. »

« Bien avant que n’éclate la crise financière actuelle, nous étions déjà en crise, avec une pauvreté massive à l’échelle mondiale et des inégalités sociales croissantes, une informalité et un travail précaire en plein essor – un processus de mondialisation qui a généré de nombreux bénéfices mais qui est aujourd’hui déséquilibré, injuste et précaire », précise-t-il. « Nous devons rétablir l’équilibre et nous concentrer sur le sauvetage des personnes et de la production. Il s’agit de sauver l’économie réelle. »

Pour le Bureau International du Travail, si nous voulons préserver la bonne marche des économies et des sociétés ouvertes, nous devons commencer à travailler ensemble au sein des organisations internationales concernées afin de développer un nouveau cadre multilatéral au service d’une mondialisation juste et durable. Les négociations commerciales sont reportées, les marchés financiers sur la brèche et le changement climatique se poursuit ; toute reconstruction devra trouver des méthodes pour intégrer les politiques financière et économique, sociale et environnementale dans une approche commune du développement durable.

Sources : Le Monde, 20 octobre 2008 - Bureau International du Travail


Voir en ligne : Le Monde


 

Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
Nombre de visiteurs 9837179

59 visiteurs en ce moment

| Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

Agence MC Cdurable CDURABLE.com

RSSfr

Creative Commons License : Firefox


__________________________________________
Google
Loading
  Maison
La maison durable
  Cdurable.com
Agir pour un monde durable