CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 

Calendrier

2016-12-11 11:49:56
« décembre 2016 »
L M M J V S D
 
 
Planète - Contribution Ecologique

Records mondiaux d’investissements dans les énergies renouvelables selon un rapport du PNUE

vendredi 25 mars 2016.
Imprimer envoyer l'article par mail

 Investissements dans les énergies renouvelables : Des étapes significatives franchies, De nouveaux records mondiaux établis

  • La production d’électricité à base de charbon et de gaz a attiré moitié moins d’investissements que ceux consacrés aux énergies renouvelables l’année dernière ;
  • Les énergies renouvelables ont contribué plus que toutes les autres technologies réunies à l’accroissement de la capacité électrique mondiale
  • Pour la première fois, les investissements dans les énergies renouvelables effectués dans les pays en développement (+19% en 2015) ont dépassé ceux des pays développés (-8%) ;
  • Investissements mondiaux record dans les énergies renouvelables en 2015 :
    286 milliards de dollars, soit un total de 2.300 milliards sur 12 ans

L’électricité produite à partir du charbon et du gaz a généré l’année dernière moitié moins d’investissements que ceux, record, générés par le solaire, l’éolien et autres énergies renouvelables, une nouvelle étape significative parmi d’autres franchie par les énergies renouvelables annonce aujourd’hui un rapport des Nations Unies.

Le 10ème rapport annuel sur les “Tendances mondiales des investissements dans les énergies renouvelables“ du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), publié aujourd’hui par Le Centre de Collaboration Frankfurt School – UNEP pour le Climat et le Financement de l’Energie Durable et Bloomberg New Energy Finance (BNEF), indique que les investissements mondiaux réalisés dans les énergies renouvelables se sont élevés à 266 milliards de dollars en 2015.

Ils ont représenté plus du double des investissements réalisés dans les centrales à charbon et à gaz qui sont estimés à 130 milliards de dollars.

L’ensemble des investissements dans les renouvelables qui comprend, outre le financement des capacités additionnelles, les investissements dans les nouvelles technologies et la recherche et développement, s’est élevé à 286 milliards de dollars en 2015, soit 3% au-dessus du précédent record établi en 2011. Depuis 2004, le monde a investi plus de 2.300 milliards de dollars dans les énergies renouvelables (montants non-ajustés pour tenir compte de l’inflation).

(Tous les chiffres sur les renouvelables incluent l’éolien, le solaire, la biomasse, la valorisation des déchets en énergie, la géothermie, l’énergie marine et les petites centrales hydroélectriques, mais excluent les projets hydro-électriques de plus de 50 mégawatts).

Autre fait significatif : les investissements dans les énergies renouvelables réalisés dans les pays en développement ont dépassé ceux des pays développés pour la première fois en 2015.

Aidées par une nouvelle baisse des coûts de production du mégawatt-heure, en particulier dans l’énergie solaire photovoltaïque, les énergies renouvelables hors hydroélectricité de forte puissance ont représenté 54% de la capacité en termes de gigawatt ajoutée l’année passée toutes technologies confondues. C’est ainsi la première fois que la capacité représentée par les nouvelles énergies renouvelables installées a dépassé celle ajoutée par toutes les technologies conventionnelles.

Les 134 gigawatts (GW) d’énergies renouvelables ajoutés l’an passé dans le monde se comparent à 106 GW en 2014 et 87 GW en 2013.

Sans les énergies renouvelables (hors hydroélectricité à forte puissance), les émissions annuelles mondiales de dioxyde de carbone auraient été plus élevées d’environ 1,5 gigatonne en 2015.

Le Directeur Exécutif du PNUE, Achim Steiner, a déclaré : « Les énergies renouvelables tiennent une place de plus en plus centrale dans nos modes de vie à faible carbone, et les investissements record de 2015 en sont une nouvelle preuve. Fait important, pour la première fois en 2015, les investissements dans les énergies renouvelables ont été plus élevés dans les pays en développement que dans les pays développés. »

« L’accès à une énergie propre et moderne a une valeur inestimable pour toutes les sociétés mais tout particulièrement dans les régions du monde où une énergie stable peut offrir une amélioration profonde de la qualité de vie, du développement économique et du respect de l’environnement. La poursuite et l’augmentation des investissements dans les énergies renouvelables est non seulement une bonne chose pour les hommes et la planète, mais elle sera un élément clé dans la réalisation des objectifs internationaux en matière de changements climatiques et de développement durable.  »

« En adoptant les Objectifs de Développement Durable l’an dernier, le monde s’est engagé à mettre fin à la pauvreté, à promouvoir le développement durable et à assurer une vie plus saine ainsi que l’accès à une énergie propre, accessible et durable pour tous. La poursuite et l’augmentation des investissements dans les énergies renouvelables joueront un rôle significatif pour permettre de tenir cette promesse ».

Michael Liebreich, Président du Comité de Conseil de BNEF a déclaré : « Les investissements mondiaux dans les énergies renouvelables atteignent un nouveau record en 2015, dépassant de loin les investissements réalisés pour la génération de capacité électrique à partir de combustibles fossiles, et ce en dépit de la baisse des prix du pétrole, du gaz et du charbon. Ces investissements touchent désormais une palette de plus en plus large de pays en développement, aidés par des coûts en forte baisse et par les avantages liés à une production d’électricité locale en substitution de matières premières importées. »

Le rapport montre qu’en 2015 le marché des énergies renouvelables a été dominé une fois de plus par le solaire photovoltaïque et l’éolien qui, ensemble, ont représenté 118GW de capacité de production additionnelle, bien au-delà du précédent record de 94GW établi en 2014. L’éolien a ajouté 62GW et le photovoltaïque 56GW. La biomasse et la valorisation des déchets en énergie, la géothermie, le solaire thermique et les petites centrales hydroélectriques ont contribué pour des montants plus modestes.

En 2015, une plus grande attention a été portée au stockage par batteries en complément des projets solaires et éoliens et de systèmes photovoltaïques à petite échelle. Le stockage d’énergie revêt une grande importance car il apporte une réponse rapide à l’équilibre du réseau électrique, que ce soit pour faire face aux pics de demande ou à une production variable des énergies éolienne et solaire. L’année dernière, près de 250MW de stockage électrique (à l’exclusion du pompage hydraulique et des batteries plomb-acide) ont été installés dans le monde entier, contre 160MW en 2014.

 La hausse des investissements dans les pays en développement menée par la Chine et l’Inde

En 2015, pour la première fois, les investissements dans les énergies renouvelables dans les pays en développement et les économies émergentes (156 milliards de dollars, en hausse de 19% par rapport à 2014) ont dépassé ceux réalisés dans les pays développés (130 milliards de dollars, en baisse de 8% par rapport à 2014).

Une grande partie de ces investissements record ont eu lieu en Chine (+ 17% à 102,9 milliards de dollars, soit 36% du total mondial).

D’autres pays en développement viennent soutenir cette hausse : c’est le cas de l’Inde (+ 22% à 10,2 milliards de dollars), de l’Afrique du Sud (+329% à 4,5 milliards), du Mexique (+105% à 4 milliards de dollars) et du Chili (+151% pour atteindre 3,4 milliards de dollars).

Le Maroc, la Turquie et l’Uruguay sont entrés dans la liste des pays qui investissent plus de 1 milliard de dollars.

Dans l’ensemble des pays en développement, les investissements en 2015 étaient 17 fois plus élevés qu’en 2004.

Au sein des pays développés, les investissements européens ont baissé de 21%, passant de 62 milliards de dollars en 2014 à 48,8 milliards de dollars en 2015, le chiffre le plus bas enregistré sur le continent depuis neuf ans, et ce en dépit d’investissements record dans les projets éoliens offshore.

L’investissement aux États-Unis a augmenté de 19% à 44,1 milliards de dollars et pour le Japon le chiffre est sensiblement le même que l’année précédente à 36,2 milliards de dollars.

L’évolution des investissements au bénéfice des pays en développement peut être attribuée à plusieurs facteurs : la course de la Chine vers les énergies éolienne et solaire, la rapide augmentation de la demande d’électricité dans les pays émergents, le coût en baisse des énergies renouvelables, la croissance économique ralentie dans les pays développés et les coupes dans les politiques de soutien et de subventions en Europe.

 Encore un long chemin à parcourir

Que la capacité ajoutée représentée par les énergies renouvelables en matière de production d’électricité dépasse celle des sources conventionnelles en 2015 montre qu’un changement structurel est en chemin.

Les énergies renouvelables, à l’exclusion des grandes centrales hydroélectriques, représentent encore une faible part de la puissance totale installée dans le monde (environ un sixième ou 16,2%) mais ce chiffre continue de grimper (15,2% en 2014). Dans le même temps, l’électricité générée par les énergies renouvelables a représenté 10,3% de la production mondiale en 2015 (9,1% en 2014).

« Malgré les signaux ambitieux donnés par la COP 21 à Paris et la capacité croissante des nouvelles installations d’énergies renouvelables, il reste encore un long chemin à parcourir », a déclaré Prof. Dr. Udo Steffens, Président de la Frankfurt School of Finance & Management.

"Les centrales thermiques à charbon et autres centrales conventionnelles ont des durées de vie longues. Sans nouvelles interventions politiques, les émissions de dioxyde de carbone à fort impact sur le climat continueront de croitre pendant au moins une autre décennie."

"La forte chute récente des prix du charbon, du pétrole et du gaz rend la production d’électricité conventionnelle plus attrayante," a ajouté le Dr Steffens. "Cependant, les engagements pris par toutes les nations au Sommet Climat de Paris en décembre dernier, qui faisaient écho aux déclarations du sommet du G7 l’an passé, nécessitent un système de production d’électricité à faible émission de carbone, voire sans carbone.

 Global Trends in Renewable Energy Investment 2016

- Télécharger le Rapport en Anglais "Global Trends in Renewable Energy Investment 2016"

 Contacts

- Terry Collins, Tel : +1-416-538-8712 ; Portable : +1-416-878-8712

- Angelika Werner, Directrice de la Communication, Frankfurt School of Finance & Management, Tel : +49(0)69-154008-708

- Sophie Loran, PNUE, Chargée de Communication, Paris Tel : + 33 1 44 37 42 83

- Shereen Zorba, PNUE, Chef du News Desk ; Nairobi Tel : +254-20-762-5022 ; +254-788-526000 (portable) ; +254-713601259

 A PROPOS DU PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR L’ENVIRONNEMENT

Programme des Nations Unies pour l'Environnement
Créé en 1972, le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) est la voix du système des Nations Unies en matière d’environnement. La mission du PNUE consiste à accompagner les décideurs politiques et économiques et à encourager les partenariats en matière d’environnement en inspirant, informant et permettant aux nations et aux populations d’améliorer leur qualité de vie sans compromettre celle des générations futures. Le PNUE travaille sur sept priorités stratégiques : les changements climatiques, la gestion efficace des ressources, les substances chimiques et les déchets dangereux, la gestion des écosystèmes, les catastrophes et conflits, la gouvernance environnementale et l’évaluation de l’environnement.
- www.unep.org

 A PROPOS DU CENTRE DE COLLABORATION FRANKFURT SCHOOL - PNUE

Frankfurt School UNEP Collaborating Centre for Climate & Sustainable Energy Finance
Le Centre de Collaboration Frankfurt School - PNUE pour le Climat et le Financement de l’Energie Durable aide à la transformation des économies vers des modèles résilients aux changements climatiques, à faible émissions de carbone et économes en ressources par son intervention auprès des investisseurs. Plus particulièrement il joue un role catalytique pour le financement des énergies propres auprès du secteur privé qui a un rôle déterminant à jouer. Les travaux du Centre visent à encourager et à apporter une assistance technique à la communauté financière pour qu’elle accroisse ses investissements existants ou qu‘elle s’engage sur de nouveaux marchés. Un élément clé de ce processus est d’aider à la mise en place par le secteur public des politiques, réglements et initiatives qui permettent de réduire les risques et autres barrières à l’investissement, réels ou perçus comme tels par le secteur privé en raison de son manque de familiarité avec le secteur des énergies propres, en particulier dans les pays en développement.
- http://fs-unep-centre.org

 A PROPOS DE BLOOMBERG NEW ENERGY FINANCE

Bloomberg New Energy Finance
Bloomberg New Energy Finance offre analyses, outils et données aux décideurs qui conduisent le changement dans les systèmes énergétiques. Depuis sa plateforme web, BNEF aide ses clients à se tenir informés des derniers développements sur tout le spectre énergétique, avec une couverture et profondeur inégalées. BNEF emploie 200 personnes à Londres New York, Pékin, Cape Town, Hong Kong, Munich, New Delhi, San Francisco, São Paulo, Singapour, Sydney, Tokyo, Washington et Zurich.
- http://about.bnef.com


 

Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
Nombre de visiteurs 9985042

48 visiteurs en ce moment

| Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

Agence MC Cdurable CDURABLE.com

RSSfr

Creative Commons License : Firefox


__________________________________________
Google
Loading
  Maison
La maison durable
  Cdurable.com
Agir pour un monde durable